CORPUS NOSTRADAMUS 200 -- par Patrice Guinard
 

Catalogue de littérature nostradamique III (XXe-XXIe siècles)

Bibliographical & Iconographical Documentation of the CORPUS NOSTRADAMUS
 

Ce catalogue fait suite à ma Biblio-iconographie du Corpus Nostradamus (CN 60) et à mon Catalogue de littérature nostradamique II (XVIe-XIXe siècles) qui est la première partie du présent texte (CN 130).
En colonne 1 une appréciation de la valeur et de l'utilité du texte (relative à la connaissance de Nostradamus et de ses écrits) :
*** texte ou ouvrage indispensable
** texte utile
* peut éventuellement servir, ou d'intérêt anecdotique
0 sans intérêt et à éviter
0 exploitation commerciale de Nostradamus, "cookbook" nostradémique, direction poubelle

En colonnes 2, 3 et 4 la description bibliographique de l'ouvrage, en colonne 5 (parfois 6) des images du texte, en colonne 6 une note critique, en colonne 7 un renvoi au commentaire de Benazra si le texte est référencé dans son Répertoire (1990) et des liens éventuels notamment au CN. Ces Compléments serviront de guide de lecture dans la jungle des littératures nostradamienne, nostradamique et nostradémique. Les commentaires concernant les ouvrages les plus sérieux seront ultérieurement enrichis. Pour de rares entrées, la "note" attribuée à l'ouvrage ne correspond pas exactement au contenu du commentaire critique : le lecteur établira son propre jugement sur la valeur de l'ouvrage dans l'entre-deux. Au 10 octobre 2010, date de la première version, le recensement était limité à 60 textes. Le 17 août 2015, le Catalogue a été scindé en deux parties : XVIe-XIXe siècles (CN 130) et XXe-XXIe siècles (cette présente page). Au 10 novembre 2018, chacune des deux parties comprend 167 entrées.

Pour passer de la vignette à l'image originelle, affichez la vignette par un clic droit, puis supprimez le sigle $ dans la barre d'adresses !

167 entrées au 10 novembre 2018.
 

intérêt auteur titre, édition, date, format, pagination date image contenu, commentaire, remarques (ou images) études
XXe siècle
**
091B
Nostradamus Les prophéties, d'après l'Edition de Pierre Chevillot, en 1611
Méricourt-l'Abbé, H. Douchet, 1903, 120 p.
1903 Ben. p.446
h
CN 91
CN 139
Cette précieuse édition de Douchet donne en pages 109-110 sept quatrains manquants dans le Janus de Chavigny, ainsi que deux autres, d'allure didactique donc probablement controuvés, apparus tardivement dans un almanach de 1797. Il est probable que l'abbé Rigaux avait fait réimprimer dans la Somme tous les almanachs en sa possession, et notamment celui pour l'an 1558, dont aucun exemplaire ne subsiste, et dont la réédition n'a pas été retrouvée ni signalée (cf. aussi les 4 pages manuscrites de Rigaux, datées du 23 Octobre 1893 (et dont s'inspire le supplément de Douchet ?), sur son exemplaire Du Ruau, ca. 1630, BM Lyon: Fds Chomarat A 6126). Aussi en page 27, dans l'introduction de Douchet dont il existe un tiré-à-part, une version du quatrain pour novembre 1567, l'avant-dernier des almanachs : De retour d'ambassade, don du Roy mis au lieu. / Plus n'en fera : sera allé à Dieu. / Parens, plus proches, amis, frères du sang, / Trouvé tout mort près du lict et du banc.
**
091A
Nostradamus Orus Apollo fils de Osiris Roi de Aegipte Niliacque. Notes hieroglyphiques
Édition Hector Rigaux, Méricourt-l'Abbé, Henri Douchet, 29 juin 1907
1907 Ben. ∅
q
CN 91
CN 166
Première édition de l'Orus Apollo manuscrit de Nostradamus (ca. 1541), bien meilleure que celle de Rollet (1968) et comparable pour le premier livre à celle que j'ai donnée en 2006 (CN 29). Rigaux a "dispense" au lieu de "dispenser" et "natation" au lieu de "nutation" en 19v, "aprendre" et non "comprendre" en 31v, "visaige" préférable à "usaige" en 32r, "besche" préférable à "lesche" en 36r, mais "quelquung" au lieu de "quelqung" en 36r, etc.
**
Élisée Du Vignois
(Alexandre Baudoux)
Notre Histoire racontée à l'avance par Nostradamus. Interprétation de la Lettre à Henri II, des Centuries et des Présages pour les faits accomplis depuis l'année 1555 jusqu'à nos jours
Paris, Alfred Leclerc, 1910, 514 p.
1910 Ouvrage important et utile. Du Vignois s'appuie essentiellement sur Torné-Chavigny, rassemble ses interprétations éparses dans de multiples publications et systématise son travail dans une présentation synthétique, puis ajoute de son cru pour quelques quatrains délaissés par son maître. Ben. p.454
nn
exempl. Pessoa
**
Eugene Defrance Catherine de Médicis, ses astrologues et ses magiciens-envoûteurs. Documents inédits sur la diplomatie et les sciences occultes du XVIe siècle
Paris, Mercure de France, 1911, 309 p.
1911 Ouvrage essentiel quant aux liens unissant Nostradamus à Catherine de Médicis, et pour la découverte de témoignages inédits provenant des archives diplomatiques manuscrites, notamment italiennes et espagnoles. Un prédécesseur injustement écarté par Brind'Amour sur cette dernière problématique, mais qui avait largement entamé le travail. On regrettera que Defrance ne donne pas la source précise de ses illustrations. Ben. p.455
mq
Defrance
*
Max Kemmerich
Dr. (1876-1932)
Prophezeiungen, alter Aberglaube oder neue Wahrheit?
München, Albert Langen, 1911, 435 p.
1911 Un chapitre sur Nostradamus (p.346-402). L'ouvrage, cité par Parker, s'appuie essentiellement sur Le Pelletier et aussi sur Kniepf (1909) : discussion de quelques quatrains classiques. Kemmerich estime avoir montré par les probabilités que Nostradamus est un visionnaire (p.387). "Nostradamus die Zukunft enthüllen konnte, wie niemand vor ihm oder nach ihm (...) Er ist eines der größten Genies der Weltgeschichte." (p.402). Ben. ∅
q
Kemmerich
**
Jehan de Nostredame / Chabaneau / Anglade Les Vies des plus célèbres et anciens poètes provençaux
éd. préparée par Camille Chabaneau (1831-1908) & réalisée par Joseph Anglade (1868-1930), Paris, Honoré Champion, 1913, 176 + 408 p. [Genève, Slatkine, 1970]
1913 Précieux ouvrage, le meilleur sur Jean de Nostradame, base à son "Corpus Nostradamicum" (p.8) et comprenant notamment une édition annotée des Vies, dix articles inédits des Vies, un index de termes provençaux, de larges extraits de la fameuse Chronique de Provence manuscrite annotée par César (BM Carpentras, ms 534-5), et une lettre de Jean à Scipion Cibo (cf. CN 185). Ben. p.456
mq
Les Vies
CN 121
*
Albert Kniepf
(1853-1924)
Die Weissagungen des altfranzösischen Sehers Michael Nostradamus und der (jetzige) Weltkrieg
Hamburg, Hephaestos, 1914 (35 p.) ; 1914 (52 p.) ; 1915 (64 p.)
1914
1915
L'ouvrage est publié en trois éditions rapprochées au début de la 1e guerre mondiale par l'astrologue rationaliste allemand qui recherchait en 1899 une explication électromagnétique des influences astrales. Ben. ∅
nnn
*
**
Johannes E. Hohlenberg
(1881-1960)
Michel de Nostredame, kaldet Nostradamus, en Undersøgelse af hans Profetiers Indhold og Overensstemmelse med Historien, og en Studie over den profetiske Evnes Natur og dens Betydning for den menneskelige Erkendelse [Michel de Nostredame, appelé Nostradamus, une étude du contenu de ses Prophéties et de leur corrélation avec l'histoire, et une étude de la nature de la prophétie et de son importance pour la reconnaissance humaine]
Copenhague, Nyt Nordisk, 1918, 335 p.
1918 * Peintre danois, anthroposophe adepte de R. Steiner, philosophe politique utopiste et spécialiste de Kierkegaard. Importante bibliographie après celle de Klinckowstroem (reprise par Veggerby en 1976), traduction en français moderne des deux épîtres des Prophéties (p.307-328), lettre de Nostradamus à Morel, interprétation inspirée d'environ 65 quatrains. Ben. p.462
nnn
*
*
Eugene Parker Michel Nostradamus - Prophet (doctoral thesis)
Cambridge, Harvard University, 1920, 176 + [ca. 28] p.
1920 La thèse de Parker n'apporte aucune avancée majeure sur le sujet, même en 1920. Son principal intérêt est de fournir pour la première fois le texte du Testament de Nostradamus d'après la transcription réalisée en décembre 1918 par le conservateur de la bibliothèque d'Arles Henry Dayre (cf. CN 175). Parker signale un portrait de Nostradamus à la bibliothèque de Grasse, et un autre au Museon Arlaten d'Arles (p.56 ; Leoni, 1961, p.38). Ben. ∅
q
Testament
Parker croit être le premier à publier la lettre (truquée) de Nostradamus à Morel (cf. CN 43). Quelques extraits de son opinion (banale) sur les Prophéties et leur interprétation : "All who have approached the subject have done so with the idea of proving a point already certain in their own minds [Parker included] (...) Antagonists [among whom he is not the last one] and apologists are equally guilty in this respect. // There are only three prophecies worthy of consideration as having been fulfilled, those dealing with Henri IV, Charles I and the year 1792. // His method of prophecy is tripartite. Firstly, he takes past events and gives them a figurative garb which renders them unrecognizable, putting them in the future tense. Again, he describes a series of well chosen probabilities, based on contemporary conditions, and treats them likewise. Thirdly, he makes a series of random shots all of which are unlikely but still possible." (pp. 4, 110 et 2 de son résumé).
*
Carl Loog
(ca. 1875-1945)
Die Weissagungen des Nostradamus
Pfullingen, Johannes Baum, 1921 (nombreuses rééditions)
1921 Loog s'intéresse au déchiffrement d'un code caché dans les Prophéties, à partir des interpolations latines insérées dans les deux préfaces et de leur nombre de lignes. Mais il s'appuie malheureusement sur l'édition Le Pelletier (1867) lequel découpait déjà les deux préfaces en 59 et 118 phrases. Les Prophéties sont censées courir jusqu'à l'an 2200. Ben. ∅
nnn
*
*
Colin de Larmor
(1866-1939)
Les Merveilleux Quatrains de Nostradamus Médecin-Astrologue des Rois Henri II, Charles IX et Henri III
Nantes, Impr. Dupas, 1925, 352 p.
1925 Introduction passable, et lexique annexé repris de Le Pelletier. L'interprétation sommaire d'environ 460 quatrains est le plus souvent décevante. Un exemplaire de la BM de Lyon (fds Chomarat 1011) possède une dédicace autographe à "Mr le Duc Mussolini champion du géni latin" -- sans doute une démonstration de la puissance "kabbalistique" de l'autur, un avocat breton ! Ben. p.467
nn
*
*
Christian Wöllner
[Karl Weidner]
(1887-1959)
Das Mysterium des Nostradamus
Leipzig, Astra (H. Timm), 1926, 151 p. (et fac-similé in Amadou et al. 1992, p. 308-360)
1926 Approche cyclique des quatrains et interprétation de 64 quatrains (notamment les quatrains datés et ceux portant des indications astrologiques ou cyclologiques, aussi analysés pour la plupart par Brind'Amour en 1993). Malheureusement le résultat n'est dans l'ensemble guère convaincant. Ben. ∅
nn
*
0
P.V. Piobb
(Pierre Vincenti da Piobbeta)
(1874-1942)
Le secret de Nostradamus et de ses célèbres prophéties du XVIe siècle
Paris, Adyar, 1927, 224 p. (rééd. Paris, Dangles, 1945, 190 p.)
1927 Le journaliste d'origine corse, rédacteur parlementaire puis ésotériste, imagine une sorte de code s'appuyant sur l'idée que les "Vingt ans du regne de la lune passés" du quatrain I.48, à partir du 14 mars 1547 (d'après le texte de l'édition d'Amsterdam de 1668), et non de 1557, doivent s'appliquer au cycle de Méton (19 ans), soit 1547 + 380 (20 × 19 ans) = 1927, année de parution de son ouvrage ! Ben. p.468
q
exempl. Pessoa
Piobb2
"Comme tous les hermétistes, [Nostradamus] cherche à demeurer incompris et peu lui importe qu'on se méprenne sur son compte." (p.32). Le numérologue souligne astucieusement une constante numérique (54) dans la 1ère chronologie (p.15) mais compte 4680 vers pour le corpus versifié (incluant ceux des 942 quatrains des Prophéties, ceux des 141 quatrains des almanachs connus à son époque, et ceux des 58 sizains apocryphes), à répartir sur une ellipse et selon trois alidades. Suivent une série d'élucubrations dites "chrono-cosmographiques", distrayantes à condition d'avoir du temps à perdre, le conduisant à d'autres de nature politique, et s'organisant autour de "symboles", ici une fleur de lys, là un bonnet phrygien, un aigle ou un coq, plaqués sur des cartes de France.
**
R. Normand L'Abbé Rigaux, Curé d'Argoeuves, Interprète de Nostradamus
Conférence faite aux Rosati Picards le 3 novembre 1928, Amiens, 1928, 11 p.
1928 Important et rare témoignage sur le collecteur et interprète des oeuvres de Nostradamus, l'abbé Hector Rigaux (1841-1930) du diocèse d'Amiens, au verbe haut et cru, disciple éclairé de l'abbé Torné. Réédition amplifiée de ce texte en 1936 (Amiens, Yvert et Cie) signalée par Chomarat en 1996 (BM Lyon fds Chomarat 3189). Ben. p.479
h
CURA
*
Jean Moura et Paul Louvet La vie de Nostradamus
Paris, Gallimard, 1930, 235 p.
1930 L'ouvrage a vieilli et nombre d'indications bio- et bibliographiques sont caduques (le voyage à Paris de Nostradamus en "1556", "sept" centuries dans l'édition Bonhomme de 1555, l'imposteur Mi. de Nostradamus "fils" du prophète, l'édition Vallier de "1566", etc.). Ben. p.471
n
*
0
Frédéric Denizet Astronomie et Astrologie. Nostradamus
Marseille, Académie de Marseille, 1930, 47 p.
1930 Un pot-pourri de banalités exposé sur quelques pages (p.25-31), concluant par un Nostradamus jugé "crédule et superstitieux et en plus maître dans l'art d'exploiter, soit comme médecin soit comme astrologue, la crédulité et la superstition de ses contemporains" -- dans un bref exposé historique de l'astronomie et de l'astrologie, d'égale ignorance. Ben. p.471
q
*
**
[Catalogue Rigaux] Très Beaux Livres et Manuscrits Anciens, Romantiques, Modernes. Reliures, dessins, gravures (I. Succession de l'Abbé Rigaux. II. Livres appartenant à Divers)
Vente 17-19 Juin 1931, Paris, Hôtel Drouot (Édouard Giard c.-pr., Georges Andrieux exp.), Abbeville, imp. F. Paillart, 1931, in-8, 120 p.
1931 Une partie des collections de l'abbé Hector Rigaux (1841-1930), curé d'Argoeuves (diocèse d'Amiens) et disciple de Torné-Chavigny. C'est le premier des trois principaux catalogues de vente des ouvrages de Nostradamus, avant les catalogues Swann/Ruzo (Abeloff, 2007) et Thomas-Scheler (Scognamillo, 2010). Ben. ∅
mh
CN 91
0
Dom Néroman [Nécroman] alias Pierre Rougié (1891-1989) 1927-1999 : Comment lire les Prophéties de Nostradamus ?
Paris, Maurice d'Hartoy, 1933, 120 p.
1933 Le célèbre astrologue français, qui s'est intéressé à Nostradamus avant son homologue suisse Karl Krafft, reprend la théorie de l'ésotériste Piobb (1927) selon laquelle Nostradamus aurait indiqué une échéance cruciale, l'année 1927 (date de la parution de l'ouvrage de Piobb), que Néroman corrige en 1906. Sur l'astrologie de Néroman, cf. mon recensement commenté : "L'astrologie française au XXème siècle". Ben. p.477
m
*
**
Corrado Pagliani "Di Nostradamus e di una sua poco nota iscrizione liminare torinese"
in mensuel Torino, 14.1 (janvier), Turin, 1934, p.3-20.
1934 Dans les premières pages de l'article, l'auteur décrit dans le détail l'environnement de la propriété turinoise où Nostradamus aurait séjourné en 1556 (au printemps ?), et donne quelques précieuses photos. Le bâtiment a depuis été rasé. Ben. p.477
q
CN 194
*
M.-J. de Méricourt Gesta Dei per Francos. Le miracle au pays de France d'après un prophète méconnu
Paris, Les Oeuvres françaises, 1937, in-16, 122 p.
1937 Ouvrage important car l'auteur avait accès aux reproductions inaccessibles éditées par l'abbé Rigaux au début du XXe siècle, et en particulier à celle de l'Almanach pour 1567 dont il donne des extraits et une image de la page de titre. Ben. p.480
mm
*
0
Dr de Fontbrune
(1900-1959)
Les Prophéties de Nostradamus dévoilées : Lettre à Henri II
Paris, Adyar, 1937
1937 Le premier ouvrage du "Dr" de Fontbrune alias Max Pigeard de Gurbert. Traduction de l'épître à Henri II. Ben. p.480
nnn
*
*
Dr de Fontbrune Les Prophéties de Maistre Michel Nostradamus
Sarlat, Michelet, 1938 (éd. 1) ; Sarlat, 1939 (éds. 2 à 6) ; Sarlat, 1940 (éds. 7 et 8) ; Sarlat, 1946 (éds. 9 et 10) ; Cahors, 1958 (éd. 11) ; Aix-en-Provence, 1975 (éd. 12)
1938

1975
Ben. p.482
m
*
Un best-seller : cinq rééditions en 1939 ! Les éditions de 1940 sont saisies par la police de Vichy. Le chapitre 24 avant la conclusion de la 7e édition (1940) disparaît dans les suivantes, et plus généralement, d'une réédition à l'autre, le texte est modifié à mesure que les interprétations futuristes sont invalidées par les événements. Max Fontbrune ne fait aucune mention de ses prédécesseurs qui ont été pillés, mais lègue à son fils Jean-Charles le sens de la productivité commerciale. Les Fontbrune père et fils ont profité de Nostradamus plus qu'ils ne l'ont servi ; ils sont à la nostradamologie ce qu'ont été les frères Barbault à l'astrologie.
Principaux quatrains du passé (selon la 7e et la 12e édition ; les quatrains qui disparaissent de la 12e édition sont marqués par l'astérisque, les deux quatrains rajoutés sont mis entre parenthèses) : I.77, I.31, IV.29, I.1 À I.21, VIII.1, IV.62, III.98, III.55, III.30, IV.88, III.64, X.89, II.53, III.15, IV.28, II.2, X.43, IX.20, II.58, IV.49, IV.85*, VI.51, IX.24, VIII.80, VIII.19, III.66, II.98, IV.63, (VI.63), I.60, I.61, VIII.57, VII.13, IV.54, I.74, I.75, I.76, I.77, III.43, II.99, II.36, I.88, III.25, VIII.88, IV.75, I.43*, X.24*, X.87*, VI.76*, I.98, I.54, VIII.81*, II.69, VIII.42, IX.89, IV.64, (III.28), III.96*, I.39*, I.78*, III.26*, I.92, III.50, V.42, X.7, II.25, IV.65, V.82, II.44, V.45, III.59, VI.52, VI.95, IX.55*, III.18, III.53*, VIII.48*, IV.12, VII.25.
0
P. Édouard Texte original & complet des Prophéties de Michel Nostradamus
Paris, Les Belles Éditions, 1939, 192 p. (2e édition)
1939 132e édition des Prophéties selon Benazra (la réédition d'une édition troyenne Pierre Chevillot), accompagnée de quelques commentaires portant sur une soixantaine de quatrains, surtout d'après Le Pelletier (mais cf. IV.28 et X.51). Ben. p.483
m
*
0
P.V. Piobb
(1874-1942)
Le sort de l'Europe d'après la célèbre Prophétie des papes de Saint Malachie, accompagnée de la Prophétie d'Orval et des toutes dernières indications de Nostradamus
Paris, Dangles, 1939, 264 p.
1939 Nouvelles "révélations" et billevesées sur Nostradamus. "Le cas Piobb est assez symptomatique [écrit Benazra] de celui de nombreux chercheurs en ésotérisme qui jettent le discrédit sur la science qu'ils se proposent de diulguer." (Répertoire, 1990, p.470). Je crois même que ces sornettes et foutaises sont mises en avant à proportion qu'on souhaite écarter les esprits mal formés à l'intérêt majeur de ces recherches. Compte-rendu de R. Guénon (in Études Traditionnelles, Oct.-Nov. 1945). Ben. p.488
q
*
0
Émile Ruir [pseud. d'un Rouvier] L'écroulement de l'Europe d'après les Prophéties de "Nostradamus"
Paris, Médicis, 1939, 145 p.
1939 Inverse les dates des préfaces (3797, 1585 et 1606 deviennent 7973, 5851 et 6061, ces deux dernières assimilées aux années 1789 et 1999), et prévoit des invasions arabes en Europe dans les années 70, japonaises et asiatiques en 1996-2000, et la "translation" de la terre en 2023 ! L'ouvrage a été interdit en 1940 sous l'occupation, ainsi que le précédent du même auteur (Le Grand Carnage, 1938 ; selon Ruir, 1953, p.6). Ben. p.488
m
*
0
P. Rochetaillée [M. Iacchia] Prophéties de Nostradamus. Clef des Centuries, son application à l'histoire de la 3e République
Paris, Adyar, 1939, 200 p.
1939 Ouvrage naïf à la remorque de Piobb, cumulant les erreurs dès l'introduction et acceptant les sizains dans un décompte numérologique artificiel fondé sur une astrologie désuète. Les vers, censés illustrer les imaginations assez pauvres d'un auteur "occultement autorisé", sont détachés des quatrains, traduits en latin, puis recomposés : "Voyage ne tiendra" (in PV 1567.02b) traduit par "Peregrinatio non tenebit", recomposé en "Per agrum nationem tenebit", s'appliquerait à la mobilisation du 31 juillet 1914 ! Ben. p.484
q
version Doc
Rochetaillée additionne les vers des 942 quatrains des Prophéties, ceux des 141 quatrains des Almanachs transmis par Chavigny (il en manque malheureusement 13), et ceux des 58 sizains (malheureusement apocryphes : cf. CN 172) pour un total de 4680 vers, à répartir sur 13 cercles de 360°.
0
Antoine Chollier
(1894-1939)
Les Prophéties De Maistre Michel Nostradamus
Grenoble, 1940, 55 p.
1940 Texte d'une conférence tenue en 1939, avec les approximations et erreurs bio- et bibliographiques communes à cette époque, et l'identification (originale?) de deux ou trois quatrains. Ben. p.492
n
*
0
Georges Anquetil L'anti-Nostradamus ou vrais et faux prophètes
Paris, Maison des Écrivains, 1940, 96 p.
1940 L'auteur s'en prend aux inepties du "Dr" Fontbrune, qui hélas rejaillissent sur Nostradamus : "Nostradamus se faisait appeler "médecin astrophile", sans doute pour ... astro ... filou !" (p.46), avant de proposer sa propagande et sa propre vision de l'avenir (de la guerre) : "Il se peut, il est même probable que cette guerre soit courte. J'espère fermement, quant à moi, que le Noël 1940 se fêtera dans la joie d'une paix définitive ..." (p.82). Ben. p.492
n
*
*
Karl Ernst Krafft
(1900-1945)
Einführung zu den Prophéties de Maistre Michel Nostradamus
Berlin, Paul Funk, oct. 1940, 30 p.
1940 Quelques réflexions concises sur la méthodologie et les moyens d'aborder les prophéties. Krafft distingue plusieurs séries de quatrains, dont l'astrologique à laquelle appartiennent les quatrains III.44 (31 jan. 1912), I.51 (1940/41), IV.68 (printemps 1940), X.67 (mi-mai 1940) et IX.83 (10 mai 1940), et dit avoir repéré un cycle de 36 ans utilisé par Nostradamus (p.14-15). Ben. ∅
h
*
*
Karl Ernst Krafft Comment Nostradamus a-t-il entrevu l'avenir de l'Europe ?
Bruxelles, Snellew, 1941, 205 p.

Version française de Nostradamus sieht die Zukunft Europas (Berlin, 1940). Aussi traduit en anglais (?), italien (?), espagnol, danois, roumain, portugais et hongrois.

1940

1941
Interprétation prospective très favorable au Reich (annonce de la Grande Allemagne) parmi 40 quatrains dont I.47 (S.D.N., p.43), II.92 (Sedan 1870, p.71), X.67 et IX.83 (10 mai 1940, p.90-97), IV.37 (Guerre éclair, 1940), V.30 (Occupation de Paris, 1940), X.22 (double solution : Charles Ier 1649, et Edouard VIII 1936, p.168), III.35 et IX.16 (Franco, p.171-181), VI.20 (Mussolini, p.184). Ben. p.499
q
*
0
Lee McCann Nostradamus: The Man who Saw through Time
New York, Creative Age Press, 1941 ; 1944 ; 1982, etc. ; London, Panther Books, 1984, 350 p.
1941

1984
Best seller. Biographie romancée sans référence, avec quelques quatrains interprétés (XVIe et XXe siècles) et corrompus par une traduction fantaisiste (sans version française en vis-à-vis). McCann a remarqué (avant Ruzo ?) que le Testament de Nostradamus était un texte crypté : en effet la somme déclarée des pièces, i.e. 3444 + 353 quatrains = 3797 (cf. épître à César), qui est "undoubtedly a cryptic, symbolic date rather an actual one" (éd. 1984, p.241). Ben. ∅
m
*
0
Spica-Capella La clé des Prédictions Nostradamiques
Nice, Soirées Astrologiques, 1941, 27 p.
1941 La clé annoncée au titre n'est qu'un oripeau astrologique banal. "Le sort tragique de tous les "Nostradamisants" suffit pour nous avertir des dangers qu'on court si, présumant de ses forces, on s'attaque à ce véritable abracadabra prophétique." (p.25). Mais quand un astrologue aborde ce sujet, on plonge généralement dans la farce. Ben. p.497
n
*
*
André Stivène Nostradamus en français moderne
Genève, Les Éditions Utiles, 1941-1944, 10 vols.
1941

1944
Quatrains introduits et bien traduits "en français moderne" d'après l'édition Cailloué, Viret et Besongne de Rouen (1649). Par exemple VII.42 :
"Deux inconnus, porteurs de poison,
Le mêleront au repas du grand prince ;
Pris sur le fait par un aide de cuisine,
Ils avoueront qu'ils préméditaient de donner la mort au Dauphin."
Ben. p.496
h
*
*
James Laver
(1899–1975)
Nostradamus or the Future Foretold
Harmondsworth (Middlesex), Penguin books, 1942 ; rev. ed. 1952, 265 p.
1942

1952

L'étude de Laver, historien de l'art et de la mode, conservateur au département des gravures et peintures du Victoria and Albert Museum, bien que reprenant certaines exégèses françaises (notamment Le Pelletier), reste après celui de Leoni, l'un des moins mauvais paru en langue anglaise.
Ben. ∅
nn
*
*
"Froh & Treu"
(i.e. Hans Bauder et Mathilde Maurer)
Schicksal der Fürsten und Völker. Prophetische Weltgeschichte nach Nostradamus
Basel, Neuzeit, [1944-1945-1949], 3 vol. (en 3 + 1 + 1 tomes), 192 + 195 + 180 p.
1944
1945
1949
Interprétation originale mêlée à des lectures classiques dans le monde germanique (Loog, Krafft, etc.). Le suisse Bauder (1879-1954) a signé un premier ouvrage sur les centuries, "Weissagungen des Nostradamus" (1942), sous le pseudonyme de Meditator, et d'autres textes restés inédits, p. ex. Das Schicksal Europas 1951 bis 2012. Ben. ∅
nn
*
0
Jean de Kerdéland De Nostradamus à Cagliostro
Paris, Self, 1945, 272 p.
1945 Biographie romancée, inventant le nom de la jeune salonnaise dépucelée selon la légende ("Perette Baloin"), ou donnant le "portrait" d'Anne Ponsard qui "possédait, avec d'appréciables avantages de corsage et de croupe, un magot assez rondelet." (p.50), etc., teinté d'un anti-nostradamisme primaire et du "bon sens" d'un gros-Jean semi cultivé étalant ses railleries sur les ouvrages des Colin (mais voir "arnés" au vers III.6d, p.131 !), Piobb, Rochetaillée, etc., qui n'épargnent pas Nostradamus. A néanmoins parfois l'avantage d'un certain humour sur d'autres ignorants de même acabit. Ben. p.502
n
*
0
Carmelo Puglionisi Nostradamus predisse...
Milano, Editoriale Italiana, 1946, 112 p.
1946 Interprétation d'une cinquantaine de quatrains (et du sizain 42) dont plus des deux tiers en prévision d'un futur conflictuel, notamment pour l'Italie. Aucune référence ou mention de source, et les quatrains ne sont pas même référencés. Ben. ∅
q
*
0
Henry C. Roberts The Complete Prophecies of Nostradamus
1947, 1949, 1962, 1964, 1966, 1968, 1969, 1982, 1994 etc. ; New York, Three Rivers Press, 1999, 354 p.
1947

1999
Cheesesteak nostradémique. Interprétations rachitiques. Nombreuses rééditions. Le succès de l'ouvrage tient au fait qu'il n'existait pas en 1947 de traduction anglaise des Prophéties, hormis celle de Garencières, difficilement accessible. Ben. ∅
m
*
0
Maurice Alliaume Magnus Rex de Nostradamus et son drapeau
Chartres, 1948, 240 p.
1948 Amuse-gueule nostradémique. Billevesées anagrammatiques (portant sur le vers et sur la traduction du vers !) mêlant aux Prophéties "l'oracle muet" de la pyramide de Khéops et proposant à ses lecteurs et souscripteurs, les "Amis de Nostradamus", de les rembourser à l'échéance de janvier 1954 si le "grand Monarque" ne s'est pas manifesté à cette date (p.236). J'ignore si ce notaire à la retraite a fait faillite. Ben. p.506
m
*
*
Roger Frontenac La clef secrète de Nostradamus
Paris, Denoël, 1950, 295 p.
1950 Ouvrage préfacé par l'officier de marine Frédéric-Charles Bargone, alias Claude Farrère, de l'Académie Française. Frontenac, en s'inspirant du "Cours de Cryptographie" du colonel puis général Givierge (1925), propose une double-clef chiffrée à 120 nombres, l'une d'après une sélection de quatrains (et contenant de nombreuses erreurs typographiques ; cf. la page de Daniele Ferrero), l'autre d'après un panel de dates historiques (p.68-69), puis donne son interprétation de 78 quatrains du passé et de quelques autres du futur. Ben. p.509
m
*
Sa deuxième clef, relative à une suite de 21 lettres supposée préconisée par Nostradamus, L D I N R X F P V H B C G E M T U A K O S (sans J ni W, mais aussi sans Q ni Y ni Z, et avec distinction des U et V confondus à la Renaissance), débouche sur une formule latine à 120 caractères : FLAMEN FIDELE COEG(I) ID VULGO A KABAL(O). OPPLEV(I) IN VIV(A) ACTA TAM LATENTER DENSA. EX HDMP FATA HA(C) CULTA SUNT OB. GRATIAE FIDOS N(O)STR(A)D(A)MUS FAS OBTURAVIT A SAXO. (p.73), qu'on peut traduire ainsi : "J'ai fidèlement recueilli l'inspiration de ce qu'on appelle vulgairement la Kabbale. Je l'ai diffusée en documents vivants mais condensés sous une forme secrète. Les prédictions ont été occultées ici à partir (des lettres) H.D.M.P. Pour ceux qui croient en la grâce, Nostradamus a refermé la loi divine du destin." Maurice Garçon (in Historia, 85, 1953) qui donne une meilleure traduction du latin que celle proposée par Frontenac, préconise hebdomada (semaine) pour expliquer les trois premières lettres H D M et Louis Boulanger propose hebdomas planetae (1998, p.106) pour les quatre, en référence à une déclaration de Nostradamus dans sa lettre à Henry selon laquelle "le tout a esté composé & calculé en jours & heures d'election & bien disposees" (cf. CN 156). Les lettres H et P me sont familières quoique le quatrain 66 de la VIIIe centurie (lettres D M) me reste en partie énigmatique... On peut reprocher à Frontenac sa prise en compte littérale de l'année 3797 ("3787" p.79 !) comme fin annoncée de la prophétie, et la faiblesse de ses interprétations et conjectures (démarrant son analyse sous la Terreur et Napoléon, et prévoyant une troisième guerre mondiale pour ca. 1960 !) qui semblent invalider son modèle.
*
Raoul Busquet
(1881-1955)
Nostradamus, sa famille et son secret
Paris, Fournier-Valdès, 1950, 190 p.
1950 Ouvrage documenté et non dénué de tout intérêt (mais évasif quant aux sources utilisées), aux jugements parfois péremptoires (p.144), embarquant son auteur, qui ignore L'histoire et chronique de Provence de César, dans une argumentation biaisée relative aux deux portraits sur cuivre de Nostradamus (p.188-9), voire grotesques : Nostradamus serait "l'homme le plus privé de toute imagination qu'il soit possible d'imaginer" (p.154) ! Ben. p.510
m
*
Éminent historien de la Provence, sorti troisième de l'École des chartes en 1905, nommé archiviste des Bouches-du-Rhône en 1908 par évacuation d'un collègue "non diplômé" (cf. Bibliothèque de l'école des chartes, 113, 1955, p.367), renchérissant sur les propositions sceptiques des articles du lillois provençalisé Leroy dont il reprend la matière et l'esprit, Busquet redouble d'hostilité envers Nostradamus, un "charlatan ambulant" (p.31), et envers son texte : "la langue des Centuries est d'une rare médiocrité et d'une complète monotonie" (p.57) ! A croire qu'il est de bon ton chez les intellectuels provençaux modernes de salir l'image de celui qui les surpasse sans conteste : Busquet dépeint Nostradamus comme un cabaliste alcoolique (cf. Clébert), souligne l'inspiration intermittente du prophète, souvent défaillante (selon lui) au second distique (p.148), ignore les exégètes majeurs des Prophéties (Buget, Torné) tout en reconnaissant certaines coïncidences troublantes. Le quatrain I.42 décrirait une cérémonie à laquelle Urbain Grandier (1590-1634), prêtre accusé de sorcellerie puis condamné au bûcher à Loudun, est censé avoir participé le 23 mars 1627 julien (i.e. le vendredi saint 2 avril grégorien) : "Nostradamus aurait prévu et prédit Urbain Grandier." (p.78). Le quatrain VII.13, "assez impressionnant", s'appliquerait à la carrière politique de Napoléon (p.112-3), etc. Finalement, chacun voit midi à son horloge !
0
Émile Ruir [pseud. d'un Rouvier] Nostradamus. Les proches et derniers événements
Paris, Médicis, 1953, 247 p.
1953 Contenu : élucubrations théosophiques, atlantéennes, rosicruciennes et lucifériennes sans rapport avec Nostradamus, épître à César, ombre d'Hitler "représentant de Satan" (p.155), traduction et commentaire de l'épître à Henri avec quelques quatrains en illustration (p.157-203), annonce avant Ionescu de la fin de la Russie communiste après 73 ans 7 mois à partir de 1917, mais ne sachant compter, donne son échéance pour l'an 2000 (p.184), et succession des papes du ps. Malachie. Ben. p.514
m
*
*
Dr. N. Centurio
[Alexander Centgraf]
Nostradamus. Der Prophet der Weltgeschichte
Berlin, Richard Schikowski, 1953 ; 1955, 288 p.
1953

1955
Traduction complète des Prophéties (y compris les deux épîtres), des sizains et des "présages" (quatrains des almanachs), et l'une des premières tentatives d'interprétation de tous les quatrains. Source d'inspiration majeure pour Ionescu. La seconde épître serait dédiée à Heinrich der Glückliche, Henri l'heureux (1999-2090), supposé très représenté dans la seconde moitié de la dernière centurie (X.48, X.53, X.72, X.73, X.75, X.78, X.79, X.80, X 86, X.87, X.88, X.95). Ben. ∅
nn
*
*
Raoul Auclair
(1906-1997)
Les Centuries de Nostradamus
Paris, Deux-Rives, 1958, 247 p.
1958 L'ouvrage ne tient pas ses promesses puisque son objet avoué, l'explication de l'épître à Henry, est abandonné au tiers. Malgré les références bibliques inutiles et les propos lassants relatifs à la parousie et à l'eschatologie chrétienne : quelques idées intéressantes, comme le cycle de Saros à appliquer aux "années lunaires" ou la Monarchie symbolisée par la "dame stérile" périclitant avec ses deux régimes terminaux de 18 ans (cf. Épître à Henry, 34/118 dans le découpage de Le Pelletier). Ben. p.520
m
*
**
Edgar Hugh Leoni
(1925-1995)
Nostradamus and his Prophecies [Nostradamus, Life and Literature]
New York, Exposition Press, 1961 ; New York, Random House (Wings Books), 1982, 823 p.
1961

1982
Quoique dépassé par la recherche récente (à partir des années 90), ce texte reste à ce jour l'ouvrage de référence le plus complet, aussi le plus utile et impartial, paru en langue anglaise. Contient une édition des Prophéties (bilingue) qui s'appuie sur les versions de Bareste (1840) et de Pierre Rigaud via Le Pelletier (1867) et sur une édition datée de "1605" (1649). Ben. p.525, 592
nn
*
0
Pierre Lamotte De Gaulle révélé par Nostradamus il y a quatre siècles
Paris, Scorpion, 1961, 256 p.
1961 Malgré le titre, ce disciple de Piobb (dont il trouve le nom en trafiquant les majuscules aux vers 2 et 3 du quatrain VI.100 !) ne parvient pas à attribuer à De Gaulle un seul quatrain suffisamment glosé. Attribue IX.86 à la libération de Paris en juillet 1944, et II.91 à Hiroshima. Ben. p.526
n
*
*
Jean Monterey Nostradamus prophète du vingtième siècle
Paris, La Nef de Paris, 1961 ; 1963, 299 p.
1961

1963
L'auteur, polytechnicien, s'interroge sur le don visionnaire de Nostradamus qu'il attribue à l'épilepsie (avant Brind'Amour et Luca), interprète quelques quatrains en s'inspirant de ses prédécesseurs, notamment Colin de Larmor et Max de Fontbrune, et prévoit une 3e guerre mondiale pour 1966 sous De Gaulle, désigné par le coq, gallus (mais cf. CN 150). Ben. p.529
n
*
**
Daniel Ruzo
(1900-1991)
"Le testament de Nostradamus"
in Cahiers Astrologiques (dir. Alexandre Volguine), n° 97, mars-avril 1962, pp.69-85
1962 Important article de Daniel Ruzo, qui donne une seconde version du Testament (après celle de Parker 1920, reprise par Leoni 1961) et comprend que ce texte code la répartition des quatrains dans les différentes éditions. Le numéro spécial Nostradamus contient une image de la Prognostication pour 1555 (p.64) et une analyse du thème de Nostradamus par André Pélardy (p.86-88). Reproduction de l'article au CURA en 2003. Ben. p.528
o
Ruzo 1962
*
Nostradamus /
Pierre Rollet
Interprétation des Hiéroglyphes de Horapollo
éd. Pierre Rollet, Aix-en-Provence, Ramoun Berenguié, 1968 (impr. à Barcelone) ; Raphaèle-lès-Arles, Marcel Petit, 1993, 189 p.
1968

1993
Seconde transcription (cf. CN 91) de la traduction versifiée manuscrite des Hieroglyphica d'Horapollon, fautive, tronquée de quelques vers, et de valeur moindre que celle donnée par Hector Rigaux dès 1903, à laquelle sont annexées deux importantes pièces d'origine manuscrite (BM Carpentras, mss 386 et 1881) passablement transcrites. Ben. p.539
nn
CN 28
CN 29
Rollet ignore la transcription de l'abbé Rigaux (ca. 1903) mais surtout Buget (1861), croit avoir découvert le manuscrit de l'Orus, et voit "sa découverte" annoncée aux quatrains III.94 et VIII.66 ! Une réédition de son ouvrage, parue en 1993 à Raphaèle-lès-Arles, est due à un autre abbé, Marcel Petit, décédé le 8 décembre 2008 à l'âge de 88 ans.
*
Éric Muraise (colonel Suire)
(1908-1980)
Saint-Rémy de Provence et les secrets de Nostradamus
Paris, Julliard, 1969, 352 p.
1969 Auteur d'une "Introduction à l'histoire militaire" en 1964. Cet ouvrage a été réécrit en 1980 (même matière, mêmes thèmes), et certaines erreurs ont été corrigées, comme les 4 fils et 4 filles de Nostradamus, soit un de trop par sexe (cf. Muraise, 1980). Ben. p.542
m
*
0
Jean-Charles Pichon (1920-2006) Nostradamus en clair
Paris, Robert Laffont, 1970, 339 p.
1970 L'auteur imagine "dans le don prophétique une sorte de presbytie" (p.43), empêchant le prophète de voir clairement les objets proches, et surtout autorisant les interpolations douteuses, rapprochements allusifs et affirmations péremptoires de l'interprète. L'explication évolue vers une futurologie délirante, entre la science-fiction et l'eschatologie, supposée fondée sur les ères précessionnelles et un départ du calendrier en 1238. Ben. p.543
m
*
**
Michel-Claude Touchard Nostradamus ou le devin caché
Paris, Culture, Art et Loisirs, 1972, 287 p.
1972 Bien que dépendant des approximations bio- et bibliographiques des années 70, cet ouvrage synthétique (ayant sélectionné les meilleures sources disponibles à l'époque et s'étant réservé un champ d'interrogations pertinentes) est la meilleure introduction sur le sujet disponible en langue française, et surtout la mieux écrite. Ben. p.548
m
*
Quelques précisions intéressantes de l'historien, malheureusement données sans indication précise des sources (et qui restent à vérifier) : le baptème de Nostradamus le 19 décembre 1503, les festivités de son mariage le 26 novembre 1547 quinze jours après l'acte notarié, et la devise "Soli, Soli, Soli" portée sur la façade de sa maison de villégiature à Mouriès (cf. CN 131). Touchard préconise une lecture plus allégorique des quatrains et des présages prosaïques que celle généralement acceptée par les interprètes : il faut lire "vin, huile, froment" comme marqueurs de prospérité, "froid, famine, sécheresse" de calamités, ou "peste et pestilence" comme indices de corruption des idées et de dissolution des moeurs (p.138).
**
Edgar Leroy
(1883-1965)
Nostradamus. Ses origines. Sa vie. Son oeuvre.
Bergerac, imprimerie Trillaud, 1972 ; éd. rev. Jean Delrieux, Marseille, Jeanne Laffitte, 1993, [24] + 200 p.
1972

1993
L'ouvrage posthume de Leroy (écrit et daté de Saint-Rémy le 9 mai 1948), est devenu un classique, un texte de référence et d'autorité (notamment pour l'ascendance de Nostradamus), malgré ses nombreuses coquilles et bourdes, rééditées en 1993 par Jean Delrieux (1925-2001), époux d'une petite-fille Leroy. Ou plutôt il mérite ce titre de "classique" précisément parce que ses erreurs et appréciations parfois malveillantes sont invariablement reprises in extenso par de nombreux copieurs comme le sont celles des dictionnaires, au détriment des avancées de la recherche. Ben. p.547
o
*
Le Dr. Leroy, né le 17 avril 1883 à Roubaix, est aussi l'auteur d'une vingtaine d'articles consacrés aux Nostredame et à Saint-Rémy-de-Provence entre 1929 et 1963. Son ouvrage principal est divisé en 3 parties : 1) origines et généalogie, 2) biographie s'étendant aux enfants de Nostradamus, 3) oeuvres et brefs commentaires sur les Prophéties, partie la plus faible. Son jugement hautain voire cynique porté sur Nostradamus est grotesque au vu de leurs talents et génies respectifs !
0
François Crouzet Nostradamus, poète français
Paris, Julliard, 1973
1973 * Après avoir compris que "Nostradamus est un poète comme on n'en avait jamais vu" (p.43), ce Crouzet (à ne pas confondre avec son fils Denis) s'imagine pouvoir produire une onzième centurie à l'imitation des quatrains de Nostradamus (cf. Brind'Amour, 1996, p.569). Ben. p.552
n
*
***
Daniel Ruzo
(1900-1991)
Le testament de Nostradamus
[El Testamento auténtico de Nostradamus, Barcelona, Plaza & Janés, 1975 ; 1976] ; trad. fr., Monaco, Le Rocher, 1982, 373 p.
1975

1976
1982
Peut-être le meilleur ouvrage écrit sur l'oeuvre de Nostradamus, celui qui donne envie d'approfondir la recherche : bibliographique, crytographique, herméneutique. Selon une note (éditoriale?) dans Les derniers jours de l'Apocalypse (Payot, 1973, p.237), cette publication ou une similaire était prévue chez Payot dès 1973. Elle aura été retardée probablement en raison de la chappe idéologique qui plombe et écrase l'édition française (cf. Ruzo 1991 et CN 147). Ben. p.586
o
*
0
"Le Florentin" Etude scientifique [sic] de l'oeuvre de Nostradamus
Ste-Florence (Québec), L'Aube, 1976, 222 p.
1976 * Paraphrase insipide et navets nostradémiques. Ben. ∅
n
*
*
Poul Bjørndahl Veggerby Nostradamus et les ruines gallo-romaines à Martres-Tolosane
Copenhague, Leisner, 1976, 58 p.
1976 Chercheur danois en quête d'un trésor caché sous les décombres gallo-romains de Martres-Tolosane (fouilles de Léon Joulin, fin XIXe) à travers des morceaux de vers dispersés. Résumé de la bibliographie du théosophe steinerien Johannes Hohlenberg (1881-1960), parue en 1918. Ben. p.561
m
*
***
Vlaicu Ionescu
(1922-2002)
Le message de Nostradamus sur l'ère prolétaire
préfacé par Jean Phaure
New York, (auteur), 1976 (diffusion Paris, Dervy),
832 p.
1976 Le roumain Ionescu, sans conteste l'interprète le plus incisif des Prophéties au XXe siècle, bien que travaillant à partir d'une version douteuse et croyant en l'authenticité des sizains et qu'on puisse réprouver l'orientation anti-communiste obsessionnelle de certains de ses propos, a réussi mieux que d'autres à apprivoiser l'esprit de Nostradamus. J'estime à environ 35% le taux de réussite de ses interprétations. Ben. p.359
nn
*
Ce premier ouvrage, publié à compte d'auteur, succède, à un siècle d'intervalle, à ceux de l'autre grand interprète de Nostradamus, l'abbé Torné. Il contient notamment une rare prédiction réussie (quinze ans avant) d'après la durée de 73 ans 7 mois à partir du mois d'Octobre, mentionnée dans l'épître de Nostradamus à Henry II (1558) : "1991, l'année de l'écroulement du régime soviétique (...) Cela devra se passer en Juin 1991" (p.777-778). Aussi l'explication du quatrain III.95 contenant Boristhenes (le nom latin du Dniepr) est intitulée "Le régime soviétique tombera le premier" (p.771). Boris Eltsine sera élu le 12 juin 1991.
0
Mirella Corvaja Les Prophéties de Nostradamus
Trad. André Bernard de "Le profezie di Nostradamus", Paris, De Vecchi, 1977 ; 1981 ; 2000, 376 p.
1977

1981
2000
etc.
Spaghetti nostradémiques. Aucune référence. "De nos jours, on connaît douze Centuries (...) C'est à Lyon, en 1555, qu'un éditeur publia les dix Centuries pour la première fois." (p.99) !) Le reste à l'avenant de telles absurdités. Ben. p.562
m
*
*
Liberté E. LeVert
(pseud. d'Everett Franklin Bleiler)
(1920-2010)
The Prophecies and Enigmas of Nostradamus
Glen Rock (New Jersey), Firebell Books, 1979, 262 p.
1979 L'une des premières tentatives modernes d'interprétation passéiste des 353 quatrains de la première édition (d'après le texte corrompu de Bareste), et de 62 autres sélectionnés dans les centuries suivantes. Assez bonne introduction, notamment sur le style nostradamien (p.31-44), et quelques rares bonnes idées concernant certains quatrains, par un éditeur spécialisé dans la science-fiction. Ben. ∅
nn
*
0
Jean-Charles de Fontbrune
(Jean Pigeard de Gurbert)
(1935-2010)
Nostradamus, historien et prophète
Monaco, Rocher, 1980, 574 p. ; Paris, Presses Pocket, 1982, 472 p.
1980

1982
Best-seller écoulé à plus de 2 d'exemplaires. Fontbrune fils y recopie et recycle les inepties de Fontbrune père en ajoutant ses prétentions exorbitantes, si disproportionnées par rapport à l'étroitesse de ses vues que seul le badaud qui s'alimente aux Prisunic de la culture ne s'aperçoit pas de l'étendue du petit drame familial. Ben. p.572
nn
*
Que l'écrivassier et quelques autres de farine similaire continuent en 2010 à obtenir droit d'édition dans les presses populistes au détriment de la recherche (Benazra, Chomarat, Luca, Halbronn, etc. publient à compte d'auteur) montre bien les ravages de l'ignorance, de l'impéritie et de la vénalité de l'édition française dans ce champ totalement contrôlé par les gardiens de l'idéologie culturelle (cf. les chapitres 12 et 13 de mon Manifeste pour l'Astrologie), facilités dans le cas présent par les propos antiastrologiques primaires du dit Fontbrune, allant jusqu'à nier les symboles astrologiques qui ponctuent les quatrains.
*
Éric Muraise
(1908-1980)
Voyance et Prophétisme
Paris, Fernand Lanore, 1980, 318 p.
1980 Ouvrage curieux et correctement écrit, qui annonce l'avènement de l'Antéchrist (ca. 1980-2035) et la fin de la papauté en 2031. L'auteur s'intéresse à deux des trésors signalés dans les centuries, l'un matériel, l'autre spirituel (en ignorant néanmoins les quatrains VIII.29 et VIII.30). Les propos, alimentés par les théories cyclo-astrologiques caduques d'un Barbault, commencent à se gâter avec l'annonce d'invasions, suivies du sacre du "70e monarque" dans les années 80. Ben. p.572
m
*
Le texte évolue vers un emballement eschatologique articulé autour d'une pseudo-tradition de voyants successifs (dont plus de la moitié sont français !) dans le contexte millénariste douteux d'un ésotérisme christianisé (parousie, grand monarque, etc.). Au final je crois que de tels discours, en cherchant à aligner le texte nostradamien sur des idéologies et traditions qui ne sont pas les siennes, sont plus nuisibles à l'esprit des Prophéties que ceux d'interprètes matérialistes dont la nullité patente ne porte pas préjudice.
*
Jean Robin Réponse de Nostradamus à M. de Fontbrune
Paris, Guy Trédaniel, 1981, 135 p.
1981 Critique acerbe des loupés de Fontbrune fils, puis interprète naïf d'une version de 1853 de la "prophétie" du pseudo Saint-Césaire (p.90-97), cet activiste métaphysique, disciple de Guénon et de sa vision de "LA Tradition", souligne l'inutilité spirituelle, pour lui intolérable, d'une prophétie qui ne se vérifierait que post factum (p.103-104), et rapproche l'obsessionnelle lecture du Grand Monarque et de l'Antéchrist dans l'interprétation commune nostradamique à l'avènement du Mehdi (le dirigé) puis du Deddjâl (l'antéchrist) dans l'eschatologie musulmane. Ben. p.577
n
*
Pour ce puriste, l'enracinement romain (païen) des prophéties annonçant un Grand Monarque chrétien est "bien peu catholique" (p.123), et l'importance donnée à l'astrologie et aux événements historiques éloignent de la métaphysique de son maître à penser. C'est d'abord poser de véritables questions, mais je me désolidarise des réponses qui leur sont données : l'accès à la spiritualité par la voix nostradamienne (incomprise de l'auteur qui reste finalement prisonnier des schémas d'un Fontbrune et de ses modèles), est infiniment plus praticable qu'un fondamentalisme guénonien stérile qui prétend la déprécier. Ajoutons quelques réflexions triviales sur la franc-maçonnerie : "une Maçonnerie laxiste à l'universalisme de pacotille, et qui n'en finit pas de se perdre dans le bric-à-brac poussiéreux de ses symboles incompris. (...) Rien n'est plus dangereux en effet que les "cadavres psychiques" d'organisations jadis vivifiées par l'Esprit" (p.102).
0
Elisabeth Bellecour Nostradamus trahi
Préface Albert Slosman, Laffont 1981, 100 + 184 p.
1981 Les auteurs de l'ouvrage, le préfacier et la rédactrice, entendent dénoncer les Fontbrune, et le recyclage par le fils des déductions catastrophistes manquées du père. Louable projet, encore faudrait-il en avoir les moyens et la connaissance : Bellecour massacre quelques passages mal recopiés de l'Orus (p.37) et prétend reproduire "pour la première fois" (sic!) le texte "original" de l'édition de 1605, avec les quatrains VII.43 et VII.44 (qui n'apparaissent qu'avec les éditions lyonnaises de ca. 1627) ! Un canular, comme le note Benazra. Ben. p.574-5
m
*
0
Florian Nostradamus : Prophéties pour demain à l'an 2000
Montreuil, Team International, [1981], 96 p.
1981 * Purée nostradémique d'après Fontbrune et al. Ben. p.577
m
*
*
Guy Béatrice Des Mages alchimistes à Nostradamus
Paris, Guy Trédaniel, 1982, 289 p.
1982 Trop belles et parfois instructives rêveries érudites, mêlant messianisme chrétien, alchimie et mécanique quantique, et s'appuyant, dans les quelques pages consacrées à Nostradamus, sur les interprétations de Raoul Auclair. Ben. p.588
m
*
*
Jean-Charles de Fontbrune Nostradamus, historien et prophète 2
Monaco, Rocher, 1982, 326 p.
1982 Réponse à ses détracteurs, explication de quelques quatrains dont I.9 et III.27 (Kadhafi), III.90 (guerre Iran-Irak), II.34 (assassinat de Sadate) et reprise de V.96 (socialisme) et II.97 (Jean-Paul II), interprétation de la Lettre à Henry (p.101-177), puis de 37 quatrains du passé et 33 quatrains du futur. Accumulation de loupés, prise en compte des sizains apocryphes, inepties alarmistes (hécatombe à partir de l'an 2000, p.59). Ben. p.588
nn
*
Compilatoire en grande partie (ne cite jamais les sources pillées, notamment allemandes). En bibliographie : curieuse succession des éditions Bonhomme 1555, "de Rosne" 1557-1558 et Harsy 1557 (p.309) vraisemblablement piochée quelque part, mais qui se gâte ensuite quand est donné l'exemplaire de la BU de Montpellier (une édition troyenne de 1649) pour l'édition Benoist Rigaud de 1568 !
0
Mario de Sabato Prophéties jusqu'à la fin du siècle
Paris, Jacques Grancher 1982, 190 p.
1982 * Marc de café nostradémique. Ben. ∅
m
*
0
Nostra HS 1 Pierre Plantard de Saint-Clair, "L'horloge sacrée qui permet de décoder les quatrains"
in Nostra, HS 1 (numéro spécial consacré à Nostradamus), déc. 1982 - jan. 1983, 98 p.
1983 Numéro spécial d'une revue sensationnaliste. Billevesées et ratés de Fontbrune. Le seul article de maigre intérêt est celui de Pierre Plantard de Saint-Clair (p.52-55), soulignant le rapport 3 fois Pi = 9.42 qui autorise à distribuer les 942 quatrains des Prophéties sur un cercle, selon une supposée horloge traditionnelle thrace à sept "préseps" ou aiguilles, marquées par les initiales "D.y.s.o.r.u.M", du nom d'un mont évoqué par Hérodote. Ben. p.591
m
*
Mais l'auteur qui cite l'édition des Prophéties "imprimée à Lyon par Pierre Rigaud en 1558" (!), accouche d'une souris, et s'avère incapable de recopier les nombres de la première chronologie (1008 pour 1080) !
*
Nostradamus /
Jean Dupèbe
Nostradamus. Lettres inédites
éd. Jean Dupèbe, Genève, Droz, 1983, 186 p.
(d'après ms latin BNF 8592)
1983 Premier ouvrage en date sur la correspondance choisie de Nostradamus (un choix de 51 lettres, reçues ou envoyées), mais après l'important article d'Eugène Lhez paru dans la Provence Historique en 1961. Dupèbe a fait transcrire par l'ex(?)-marxiste Marie-Thérèse Inguenaud les lettres latines, exsangues de leurs figures astrologiques, et ne traduit que quelques extraits jugés significatifs, rehaussés de notes parfois opportunes bien que rarement compréhensives. Ben. p.595
nn
*
Critique sévère d'Emmanuel Poulle sur cette édition : l'exclusion des horoscopes "constitue une grave erreur" (Poulle, in Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance 47, 1985, pp. 270-274). Le même Poulle, dans son compte-rendu de l'édition Amadou des mêmes lettres, admet à contre-coeur que "les astrologues" ont fait le travail que l'universitaire n'a pas fait. Une édition devenue relativement inutile avec le fac-similé du manuscrit sur Gallica (02-2013) et la traduction des lettres dans leur intégralité, non tronquées des pièces astrologiques, par Bernadette Lécureux (1991 ; 1992). Ajoutons une introduction confuse, qui cherche à évacuer ses prédécesseurs (Lhez pour la parution des dix seules lettres écrites par Nostradamus, et Gautheret-Comboulot pour la théorie abusive des deux Che/avigny), et qui a su séduire quelques cadors du seiziémisme, étrangers à l'univers nostradamien.
*
Michel Chomarat (éd.) Cahiers Michel Nostradamus
Lyon, 1983-1988, 104 + 4 p.
1983-1988 Magazine de l'association des Amis de Michel Nostradamus. Cinq numéros parus comprenant notamment des fac-similés utiles en leur temps : celui de l'Almanach pour l'an 1566, de qualité médiocre, n'a toujours pas été renouvelé à ce jour (Jan. 2018). Ben. p.594, 601,
p.608, 621, 630
m
CN 222
***
Nostradamus /
Robert Benazra
Les prophéties (Lyon 1555). La 1ère édition enfin retrouvée !
Lyon, Macé Bonhomme, 1555 ; préface Benazra, Lyon, Les Amis de Michel Nostradamus, 1984, 120 p.
1555

1984
La toute première édition des Prophéties a été redécouverte dans le fonds Henry Paschal de Rochegude de la bibliothèque d'Albi par le conservateur Jacques Pons. Cette édition établie par Robert Benazra en donne le fac-similé accompagné des différences typographiques et orthographiques avec son retirage de juin 1555 (exemplaire de l'Österreichische Nationalbibliothek à Vienne). Ben. p.604
o
CN 25
CN 86 ALBI
CN 99 WIEN
*
David Pitt Francis Nostradamus: Prophecies of Present Times?
Wellingborough (Northamptonshire), The Aquarian Press, 1984 ; 1985, 303 p.
1984 Le dessein de l'ouvrage est original : il s'agit d'évaluer statistiquement les capacités de voyance de Nostradamus à partir de ses prédictions réussies. Malheureusement les prédictions en question ne sont prises que chez une poignée d'auteurs anglosaxons, et la valeur de la démonstration dépend entièrement des imprécisions et des limites de ces interprétations. Autrement dit l'étude à prétention scientifique accouche d'une souris. Ben. ∅
nn
*
A ne pas manquer, l'épilogue burlesque de l'ouvrage, où l'approche au revêtement scientifique cède le pas à une interprétation subjective du quatrain III.94 : le premier vers (500 ans après la naissance de Nostradamus en 1503, ramené par Pitt Francis à 484 années lunaires) indique la date de 1987, laquelle concernerait d'après lui la "révélation" que constitue son ouvrage (à trois ans près) ! Ainsi son livre "aurait été prévu (foreseen) par Nostradamus cinq siècles auparavant" (p.277) ! Francis, qui ne croit pas vraiment en la prescience de Nostradamus et qui considère qu'un grand nombre de quatrains seraient des prophéties bibliques recyclées (notamment celles de l'Apocalypse), estime néanmoins que ce quatrain désignerait l'avènement de sa littérature ! ...
0
Michel Morin Nostradamus et la fin de notre siècle
Montréal, Quebecor, 1984, 149 p.
1984 Boudin nostradémique catastrophiste sans référence (une 3e guerre mondiale est prévue pour 1986, une 4e pour 1999, la destruction de Paris pour 2006, la fin de l'Église pour 2010, etc.) ; pillage et plagiat des interprétations de Ionescu et d'autres pour les quatrains du passé. Ben. p.603
n
*
**
Georges Dumézil
(1898-1986)
"...Le moyne noir en gris dedans Varennes". Sotie nostradamique
Paris, Gallimard, 1984, 172 p.
(traductions esp., angl. et all. : El monje negro de gris dentro de Varennes, México, 1989 ; The Riddle of Nostradamus, Baltimore, 1999 ; Der schwarze Mönch in Varennes, Frankfurt am Main & Leipzig, 1999)
1984 Dialogue de style platonicien entre quatre érudits, présenté comme sotie. La philologie (histoire romaine chez Tite-Live, Plutarque, Aulu-Gelle, Varron, Verrius Flaccus, et chroniques médiévales de Joinville, Villehardoin et Commines) comme support au don de voyance de Nostradamus. Interprétation des quatrains IX.20 et IX.34 (Louis XVI), III.78, X.55, VII.13, I.49 (Pierre le Grand), III.89, II.13, II.97, V.74, V.77, V.75, V.6. Ben. p.602
nn
*
*
Louis Schlosser La vie de Nostradamus
Paris, Pierre Belfond, 1985, 286 p.
1985 Biographie, par endroits fantaisiste, présentant astucieusement Nostradamus comme médecin, puis humaniste, puis astrologue, et enfin prophète "uchronique". Ce texte constitue surtout la 3e tentative d'interprétation passéiste des quatrains après Barbazan en 1720 et Bleiler en 1979. Pas plus convaincante que les autres, à l'instar du fameux quatrain I 35 (cf. CN 51 et CN 64) qui se rapporterait au supplice du chancelier Thomas More dont Henry VIII aurait métaphoriquement crevé les yeux "en le privant de ses livres" (p.103) ! Ben. p.613
nn
*
0
Historama Henriette Ozanne, "Qui était vraiment Nostradamus ?"
in Historama, 19, Sept. 1985, p.12-18
1985 Ce numéro de la revue généraliste d'histoire contient un article non documenté écrit par Henriette Ozanne, conservateur à la bibliothèque nationale, avec les erreurs habituelles qui parsèment ce type d'articles de vulgarisation ; il est accompagné en encadré (p.16-17) par des propos hostiles d'une astrologue croyant défendre "son" territoire. Ben. p.612
m
*
0
Guy Demerson (dir) Livres populaires du XVIe siècle : Répertoire Sud-Est de la France
Paris, CNRS, 1986, 397 p.
1986 * Bibliographie sommaire, inutile et fautive (cf. CN 109). Le C.N.R.S. n'est pas un label de qualité en ce domaine! Ben. ∅
m
CN 109
*
Chantal Liaroutzos "Les prophéties de Nostradamus: Suivez la Guide"
in Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, 23, (Réforme Humanisme Renaissance), 1986, pp.35-40
1986 * Liaroutzos a découvert des toponymes de la Guide de Charles Estienne (1552) dans quelques quatrains de la centurie IX, notamment le fameux quatrain de Varennes, sous pousser la recherche aux autres centuries, notamment la huitième, ni aux Voyages, l'autre guide publié par Estienne en 1552. Ben. ∅
mq
Persée
Ce petit article a fait couler beaucoup d'encre et a été exploité en dépit de l'avertissement de l'auteur : "Car, prophète ou non, c'est en voyant que Nostradamus lit, et transpose, le texte en apparence in-signifiant des itinéraires." (p.35). Nostradamus s'est servi de ces itinéraires touristiques et de pélerinage comme n'importe quel romancier se sert de manuels géographiques pour préciser le contexte. Pas de quoi en faire un plat. Les guides d'Estienne sont des outils lexicaux ayant servi de source d'inspiration prophétique et de jeux de mots à l'écriture des quatrains : "les modestes listes d'Estienne étaient là pour nous rappeler la Force prophétique du lieu, qui nous dit où nous sommes et nous somme de dire." (p.39) Mais pour qui a creusé les quatrains en profondeur, ces toponymes ne sont que leurres et hameçons tendus aux lectures superficielles.
**
Vlaicu Ionescu
(1922-2002)
Nostradamus. L'Histoire secrète du monde
préfacé par Raymond Abellio
Paris, Le Félin, 1987, 552 p.
1987 L'exégète roumain reprend la matière de son 1er ouvrage, en retranchant quelques pans et en ajoutant trois nouvelles parties : II- L'Angleterre jusqu'à la révolution américaine, IV- L'Amérique jusqu'à la première guerre mondiale, et VIII- La grande confrontation et la fin du régime soviétique. Ben. p.627
o
*
*
Marynie (Marie-Eugénie) Rose
(1913-)
Les écrits prophétiques de Nostradamus
TH. D. Lyon III, 1987, 406 + 619 p. (soutenance 29 avril 1988, dir. Roland Antonioli) ; Lyon, CLAM-libris, 1988, 265 p. (vol. 1) / [Lyon], (impr. Chirat, St-Just-la-Pendue), 2000, 114 p. (vol. 2) / Lyon, L'Hermès, 2002, 619 p. (vol. 3 = "Dictionnaire des écrits prophétiques de Nostradamus")
1987

1988
2000
2002
Professeur de musique, Rose défend à 74 ans la première et seule thèse sur l'interprétation des quatrains de Nostradamus soutenue au sein d'une université française. Le volume 1 a trait aux quatrains des Prophéties d'après les interprétations classiques (notamment Le Pelletier, et ignorant Torné) et le volume 2 à l'interprétation des quatrains des Almanachs (transmis par Chavigny). Le volume 3 est un index détaillé du lexique nostradamien (noms communs et propres), le plus vaste à ce jour. Ben. ∅
nn
*
0
Philippe Guilhaume Nostradamus. L'exploitation séculaire d'un fonds de commerce
Radio Monte-Carlo, 1987, 256 p.
1987 Journalistique ... autrement dit : peu documenté et mal informé ! Ben. p.626
n
*
0
John Hogue Nostradamus & the Millennium
London, Bloomsbury, 1987, 208 p.
(Nostradamus: les révélations, trad. fr. Edith Ochs, Paris, Arthaud, 1988)
1987 Hot-dog nostradémique. Resucée de divers auteurs, notamment Cheetham, et élucubrations alarmistes inspirées de Fontbrune pour la fin du XXe siècle (3e guerre mondiale, invasion de l'Europe, catastrophes telluriques, inondation de l'Angleterre, etc.). Traduction française parue en 1988 chez Arthaud, sous le titre "Nostradamus: les révélations" : Misère, impuissance et cupidité de l'édition française ! Ben. p.630
m
*
0
Serge Hutin
(1929-1997)
Nostradamus et l'alchimie
Monaco, Le Rocher, 1988, 217 p.
1988 Références douteuses et élucubrations assourdissantes (Zévaco, Fontbrune, Roisin, Orval, Olivarius, Templiers, Rose-Croix, etc.) dans un bavardage naïf et flagorneur, totalement inutile. Ben. p.629
n
*
0
Erika Cheetham
(1939-1998)
The Final Prophecies of Nostradamus
1989 ; London, Bramley Books, 1999, 560 p.
1989 Best seller anglais : Jambon nostradémique. L'auteure, plagiaire éhontée des interprétations de Leoni (1961), n'a en revanche pas volé son nom, cheat ou/et shit ? nn
*
0
Michel Dufresne
(1945-1996)
Dictionnaire Nostradamus : Définitions, fréquence et contextes des six mille mots contenus dans les Centuries (édition 1605)
Ottawa, JCL, 1989, 400 p.
1989 Le lexique proposé, peu utile, ignore les almanachs et s'appuie sur le texte d'une prétendue édition de 1605, éditée en 1981 chez Laffont par Bellecour ! Pour les néologismes et les termes les moins usuels, il recopie le glossaire publié par Le Pelletier en 1867. On préfèrera, faute de mieux, les indices (noms communs et propres) de Marynie Rose (thèse 1987 ; édition 2002), et les discussions étymologiques du dernier ouvrage de Clébert (2003). n
*
*
Michel Dufresne
(& Jean Guernon)
Nostradamus. Analyse complète des Prophéties
Chicoutimi (Québec), JCL, 1989-1991-1992 (centuries 1-3), 1994-1998 (centuries 4-8), 1999-2000 (centuries 9-10 interprétées par Jean Guernon) ; Paris, France Loisirs, 1999, 748 p.
1989
...

1999
Interprétations pour la plupart décevantes, fortement influencées par les billevesées des Fontbrune sur de futures invasions musulmanes. Le canadien se borne le plus souvent à recopier des pans entiers d'ouvrages historiques au risque d'épuiser la patience du lecteur. Cette compilation synthétise le contenu de dix ouvrages publiés séparément au Québec à partir de 1989 (un par centurie). nn
*
0
Dolores Cannon Conversations with Nostradamus : his prophecies explained
Boulder (CO), America West, 1989-1990 ; rev. ed. Huntsville (AR), Ozark Mountain, 1992, 3 vols., 321 + 358 + 366 p.
1989
1990

1992
Couenne nostradémique mediumnique d'après Cheetham et à l'imitation blafarde des entretiens de Castaneda. L'auteure obtient la date de naissance du dernier antéchrist (en 1962) et la date du déluge (fév. 2002 ou oct. 2029) : dommage que Nostradamus ne lui ait pas soufflé de travailler sur une édition correcte du texte, et ne l'ait pas avertie que les recettes de Cheetham proviennent pour l'essentiel de l'ouvrage de Leoni ! q
*
**
Michel Chomarat
(collaboration Jean-Paul Laroche)
Bibliographie Nostradamus XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles
Bibliotheca Bibliographica Aureliana 123, Baden-Baden et Bouxwiller, Valentin Koerner, 1989, 255 p.
1989 La seconde bibliographie Nostradamus sur papier (après Ruzo et un an avant Benazra), incorporée à l'Aureliana, établie par un anti-astrologue en accointance politique avec certaines minorités communautaires dominantes : utile quoique fautive, elle court de l'an 1552, date de parution d'un almanach anonyme qui n'est pas de Nostradamus (cf. CN 05) à 1800. Ben. p.633
o
*
Cette bibliographie brute, dite "matérielle", sans commentaire sur le contenu, élaborée d'après les titres des ouvrages et les fiches de bibliothèques, sans distinction entre les ouvrages authentiques de Nostradamus et les faux qui lui sont attribués ou ceux des imposteurs (comme Mi. Nostradamus le Jeune) qui s'en accaparent le nom, comporte d'innombrables erreurs (comme celle de Benazra), dont les principales ont été mentionnées au Corpus Nostradamus.
***
Robert Benazra Répertoire chronologique nostradamique (1545-1989)
Paris, Guy Trédaniel - La Grande Conjonction, 1990, 34 + 687 p.
1990 Bibliographie commentée avec index nominum courant de 1545, date supposée de composition de l'Orus Apollo (mais cf. CN 28) à 1989. Relevé iconographique des vignettes, fleurons et bandeaux (p.636-669). La meilleure base bibliographique après celle établie par Ruzo en 1975. Les commentaires de Benazra, sans être toujours incisifs, sont généralement pertinents. o
CN 170
0
James Randi The Mask of Nostradamus
New York, Charles Scribner's Sons, 1990 ; Buffalo, Prometheus Books, 1993, 256 p.
1990 L'ouvrage, traduit en français en 1993 sous le titre "Le vrai [sic] visage de Nostradamus", appartient moins à la littérature nostradamique qu'à la propagande scientiste ou pseudo-scientiste. L'auteur, par ailleurs connu pour ses affirmations antiastrologiques chimériques, essaie d'appuyer son argumentation sur les ouvrages de chercheurs authentiques mais parvient difficilement à masquer son ignorance (cf. p. ex. pp. 6, 10, 15, 16, 19 ... 205 (Envers), 210 (ignore Torné), 231 (Guy Gassonet), 233 (sous 1552, 1555 et 1556), 237 (Stöffler), etc.) m
*
Les propos, largement délayés dans des résumés inutiles sur la médecine, la magie ou l'astrologie, sont enveloppés dans un style naïf, se voulant par endroits rassurant (vis-à-vis d'un improbable lectorat cultivé) afin d'atténuer le fanatisme de son point de vue. Il s'en dégage une peur maladive, celle d'un croyant terrorisé par l'idée que Nostradamus ait pu réellement voir et annoncer quelque chose, qui pourrait anéantir la foi scientiste de son lectorat destiné : les adeptes des cercles pseudo-scientistes.
0
Denis Crouzet Les guerriers de Dieu: la violence au temps des troubles de religion, vers 1525 - vers 1610
Seyssel, Champ Vallon, 1990, 2 vols. ; 2005, 747 p.
1990

2005
Le deuxième chapitre est consacré aux pronostications astrologiques (environ 40 pages). La thèse d'un Nostradamus chef de file des faiseurs d'almanachs véhiculant une astrologie eschatologique et angoissée que le catéchisme réformé aurait éradiquée, est abandonnée dans son ouvrage de 2011 qui en prend presque le contre-pied. L'une et l'autre thèses inutiles et caduques car ferrées aux débats idéologiques, de peu d'intérêt pour la compréhension des écrits de l'astrophile. m
CN 50
**
Robert Amadou
(1924-2006)
(et al.)
L'astrologie de Nostradamus
Salon-de-Provence, Mairie de Salon, "1987/1991" [1991] ; diffusion Poissy, A.R.R.C. (Association pour la Recherche des Rythmes Cosmiques), 1992, 493 p.
1991

1992
Dossier collectif comprenant principalement quelques études astrologiques sans valeur, une traduction de la Correspondance de Nostradamus par Bernadette Lécureux (cf. Lhez 1961 et Dupèbe 1983) et l'édition des thèmes de Nostradamus (ultérieurement analysés par Brind'Amour), quelques fac-similés dont Wöllner 1926, et une reconstitution partiellement fautive de l'Almanach pour 1561 (cf. CN 153). Ben. p.631
nn
*
0
Richard Balducci La vie fabuleuse de Nostradamus
Paris, Filipacchi, 1991, 285 p.
1991 Jus nostradémique indigeste par un gratte-papier mélangeant dates, lieux et noms, et inventant au prétexte d'un roman, nombre d'absurdités dont un mariage à Agen avec une "Anne de Cubrejus" controuvée (p.73). Cf. aussi une émission de France 3 Marseille (1991) où l'on découvre un nombre faramineux d'absurdités en 7 mn : la honte de la télévision publique payée par le contribuable ! n
*
*
Daniel Ruzo
(1900-1991)
Nostradamus. La tercera inundación
Cuernavaca, Mundo Hispano de Morelos, 1991, 156 p.
1991 Le testament de Ruzo qui signe "agobiados pero no vencidos" (opprimé mais pas terrassé), témoigne de ses difficultés à travailler sur Nostradamus, de l'arrogance des intelligentsias, de l'ignorance des beaux esprits superficiels, et des préjugés et tabous qui en empêchent l'étude sérieuse. Interprétation de 24 quatrains : I.7, III.56, VI.54, VIII.71, X.91, III.77, I.35, Mai 55, I.49, VIII.77, III.57, III.55, V.92, X.72, I.4, V.1, III.65, IV.11, X.12, VIII.19, II.41, VIII.99, VI.74, II.57. m
CN 147
Los franceses y las profecías. "Para los franceses y la opinión francesa, un extranjero que invierte una pequeña fortuna en coleccionar 1500 piezas sobre Nostradamus, que posee una biblioteca francesa digna de ser la base de una fundación para el estudio de las ciencias Tradicionales, y que ha escrito un libro sobre este profeta, único en los cuatro siglos transcurridos, que sin ocuparse de las profecías con las que se han rellenado cientos de libros innecesarios, estudia el testamento del profeta, su cronología, su criptografía y la bibliografía de sus 1080 cuartetas, es un simple "meteque" que no puede comprende a Francia. (...) Nuestro libro ha recogido en Francia el silencio, síntoma del desprecio mas absoluto. Nadie se ha ocupado públicamente de él. Somos y seguiremos siendo un sudamericano con dinero, que ha reunido una colección bibliográfica interesante. Opinan que esa colección debe estar en manos de franceses, en Francia, pero no leen a su profeta que les dice en Francés y con toda claridad que sufrirán una invasión árabe peor que todas las invasiones de su historia." (p.63). Ruzo avait été invité à Salon en juin 1985 à un colloque réunissant Robert Amadou, Michel Chomarat, Jean Céard, Jean Dupèbe et quelques autres (cf. CN 222).
0
V-J Hewitt & Peter Lorie Nostradamus, Les Prophéties de 1993 à l'An 2000
New York, Simon & Schuster, 1991 [Nostradamus. The end of the Millenium] ; Trad. franç., Paris, Solar, 1992, France Loisirs, 1992, 207 p.
1991

1992
Double hamburger nostradémique. L'ineptie de l'entreprise s'annonce dès la couverture. m
*
0
Alden Taylor Mann Millennium Prophecies: Predictions for the year 2000
Shaftesbury, Element Books, 1992, 143 p.
1992 Pudding nostradémique et pot-pourri new age (Grande année, Pyramides, Millenium, Apocalypse, Cayce, etc.), donnant le portrait de César de Nostredame pour celui de son père (p.50), et autres billevesées d'un astrologue s'appuyant sur Cheetham et essayant d'approcher Nostradamus via le bagage commun d'une astrologie ba(na)lisée. n
*
***
Pierre Brind'Amour
(1941-1995)
Nostradamus astrophile. Les astres et l'astrologie dans la vie et l'oeuvre de Nostradamus
Presses de l'Université d'Ottawa, distribution Klincksieck, 1993, 561 p.
1993 L'un des ouvrages majeurs sur Nostradamus après celui de Ruzo (1975), aussi pertinent sur les documents authentiques concernant Nostradamus que sur l'astrologie pratiquée par le prophète, et qui est aussi un véritable traité d'astrologie ancienne, particulièrement pointu sur les techniques de domification. Brind'Amour est décédé à 53 ans, d'un cancer ? (Lemesurier 2010, p.27), le 27 janvier 1995 (in Renaissance and Reformation, 18.2, 1994, p.3). nn
CN 125
Interprétation peu convaincante des quatrains en rapport avec l'astrologie et la cyclologie, et tendance quasi maladive de l'auteur à corriger et réécrire le texte nostradamien quand il ne correspond pas à ses a priori rationalistes, c'est-à-dire presque toujours. L'une des thèses de Brind'Amour est que "les pronostications, tout en ayant l'air de prédire l'avenir, sont le reflet du présent" (p.165). Et aussi du passé, comme ont cherché à le montrer Étienne Barbazan dès 1720/1724, et bien après lui Everett Bleiler en 1979 ou Louis Schlosser en 1985. Brind'Amour reconnaît les qualités érudites et littéraires de Nostradamus qui "nous a légué une oeuvre rarement égalée par la puissance de son imagination" (p.436) mais il aurait été "un piètre mathematicus" (p.429) et ne se serait intéressé que tardivement aux problèmes techniques de l'astrologie (p.319). En réalité l'astrologie n'était pour lui qu'un support esthétique et formel à son inclination oraculaire (cf. CN 52). Nostradamus se fichait des modèles astrométriques, aussi nombreux que contradictoires ; il ne calculait pas ses thèmes, mais en quelque sorte les voyait.
0
Jean-Paul Clébert Nostradamus
Aix-en-Provence, Édisud, 1993, 200 p.
1993 La première partie de l'ouvrage, biographique, suit souvent à la lettre, l'étude de Leroy (1972), et recopie ses erreurs : le 14 décembre 1503 (julien) correspondrait au 23 décembre grégorien (p.22 ; L. p.55) ; l'édition antidatée Pierre Rigaud de 1566 [Avignon, c.1716], serait parue avant l'édition de 1568 de Benoist Rigaud, le père de Pierre (p.70 ; L. p.154) ; mention d'un certain Henry Nostradamus, un prétendu neveu de Michel (p.70 ; L. p.132) ; Moral (!) pour Jean de Morel (p.73 ; L. p.83), etc. m
*
La bibliographie est mal traitée : les "Vrayes centuries et prophéties" (!) seraient parues en 1555 chez Macé Bonhomme sous ce titre (p.69) ; Clébert qui mentionne un article de "Klinckström" [sic] de 1913 (!) parmi "les plus récents travaux des spécialistes" (p.69), n'a apparemment pas consulté les bibliographies de Ruzo, Chomarat et Benazra, et inclut les sizains dans les écrits authentiques de Nostradamus (p.151), etc. Quelques idées embryonnaires dans la seconde partie consacrée à l'interprétation des quatrains, sont reprises dans son ouvrage de 2003.
*
Vlaicu Ionescu /
Marie-Thérèse de Brosses
Les dernières victoires de Nostradamus [Entretiens avec Marie-Thérèse de Brosses]
préfacé par Marie-Thérèse de Brosses
Paris, Filipacchi, 1993, 303 p.
1993 Troisième et dernier opus, sous forme de dialogues avec la préfacière, de l'exégète roumain décédé à New York le 22 février 2002. Par rapport aux éditions précédentes : une cinquantaine de nouveaux quatrains expliqués dont beaucoup (surtout aux centuries V, VI et X) concerneraient le futur grand monarque (p.236-249). Ionescu revient sur sa fameuse conjecture relative à la chute du régime soviétique, qu'il espérait et a trouvée chez Nostradamus (p.31-32). o
extr. Gall.
0
Peter Lemesurier
(1936-2016)
Nostradamus - The Next 50 Years
London, Judy Piatkus, 1993 ; 1994 ; 1995, 298p.
1993 Ouvrage sensationaliste du "premier" Lemesurier (éditions révisées en 2000 et 2006 !), principalement basé sur le fils Fontbrune, imaginant une massive invasion de l'Europe par des hordes asiatiques et musulmanes en 2000 (cartes pp. 68-9, 82-3, 134-5), l'assassinat du pape Jean-Paul II, et une troisième guerre mondiale. Interprétation de sizains et de quatrains apocryphes. nn
*
0
Jean-Marc Allemand Nostradamus et les tréteaux de l'Antéchrist
Paris, Guy Trédaniel, 1990 ; 1993, 317 p.
1993 Pâté nostradémique, sans réel intérêt, sans mention de ses sources, sans bibliographie. n
*
0
Jean de Mareuil Les ultimes prophéties de Nostradamus
Paris, Jacques Grancher, 1994
1994 Contient 65 quatrains controuvés, à la prosodie bâclée et incohérente, provenant d'un prétendu "cahier d'Orval" (p.65). Les éditions Grancher se sont spécialisées dans le canular et la désinformation nostradémiques (cf. infra, 1998). n
*
*
Éric Platel d'Armoc (Éric Mardoc) N.D. Résurgences
Ahun, Verso, 1994, 382 p.
1994 Étude comparative de 65 quatrains et introduction d'une n-ième méthode pseudo-cabalistique de cryptage des quatrains qui ne colle pas même avec le 1er quatrain présenté (8 i et non 7 : p.137). Supplément documentaire : quatrains des almanachs recopiant les erreurs du Répertoire de Benazra (par ex. "feu pardon", "viel", fièureardante" pour Fév. Avr. et Juil. 1560), et fac-similé des Prophéties (1555, exemplaire d'Albi) reproduisant celui de Benazra (1984). nn
*
0
Jean-Georges de Weer Demain, la gloire de l'olivier (Les centuries de Nostradamus éclairées par elles-mêmes)
Paris, La Pensée Universelle, 1994, 282 p.
1994 Délires catastrophistes à exégèse minimaliste, dans la lignée d'un Muraise, par un météorologiste antiastrologue. n
*
0
Étienne Mezo Ainsi parlait Nostradamus
Monaco, Rocher 1995, 329 p.
1995 Hachis nostradémique (et cf. p.50, 108, etc. !) n
*
*
Pierre Rodrigue Brind'Amour (éd.)
(1941-1995)
Nostradamus. Les premières Centuries ou Propheties
Genève, Droz, 1996, 72 + 597 p.
1996 Ouvrage posthume. Interprétation passéiste de l'épître à César et des 353 premiers quatrains des Prophéties, ceux de la première édition (Macé Bonhomme, 1555). Brind'Amour est plus laborieux, voire moins pertinent qu'un Fontbrune dans l'interprétation de la préface à César (CN 33) et celle des quatrains est le plus souvent décevante. Au moins l'auteur en reconnaît les limites et se demande "si la méthode, qui consiste à retrouver des allusions historiques dans les quatrains, n'est pas la même, au fond, que celle des interprètes inspirés, qui rapprochent les quatrains des événements postérieurs à leur rédaction." (p. xlvii). nn
CN 125
0
Évelyne Deher Nostradamus
Lyon, Lugd, 1996, 96 p.
1996 Petite compilation sans prétention par une romancière qui lit "Cremelle" pour "Gemelle". n
*
0
Camille Bartoli Lire Nostradamus autrement
Spéracèdes (06), TAC Motifs, 1996, 160 p.
1996 Vision passéiste des quatrains mise à la mode depuis Schlosser et Brind'Amour, par un mathématicien qui compte "666 = 22 × 30" (p.99), initié autoproclamé. En rapportant quelques grands débats historiques et culturels (pris dans les dictionnaires Larousse et assimilés) et en leur amalgamant quelques quatrains vaguement cernés, l'auteur croit avoir "démontré" que Nostradamus "n'a jamais prétendu prédire l'année exacte de tel événement" (p.94) ! n
*
Son incapacité à saisir le sens du texte nostradamien s'attache aux leurres disséminés dans les quatrains, en y conviant pêle-mêle l'alphabet hébraïque, la kabbale, la Bible, les Templiers, Dante, les sociétés initiatiques, etc.
0
François Brousse
(1913-1995)
Nostradamus ressuscité
Clamart, La Licorne Ailée, 1996-97-98, 3 vols, 370 + 432 + 416 p.
1996
1997
1998
Les trois volumes posthumes rassemblent des textes épars, articles et inédits. L'ouvrage, au genre confus et lyrique, peint un Nostradamus anachronique type XIXe siècle (martiniste, occultiste, hugolien, etc.), avec parfois des remarques de bon sens quand il dénonce "le délire papiste et royaliste, qui aveugle tant d'exégètes" (II) ou "le grand monarque rêvé par des hallucinés de superstitions catholico-royalistes" (III). m
*
Les quatrains, aux explications toujours vagues, sont annexés à une "clé" artificielle ou période variable (70 ans, 130, 138, 264, 271, 295, 324, 360, 365, etc.), qui relie leur contenu historique à celui d'une autre époque. A travers ces petits jeux numérologiques (Philippe II d'Espagne renvoie à Franco, Louis XIV à Hitler, etc.), cet enseignant croit aux sizains et aux quatrains mazarinadés, au pseudo-Malachie, Orval, etc., travaille sur une édition corrompue, cite peu ses sources (sauf à les critiquer), surtout les auteurs de seconde main (Ruir, les Fontbrune, Hutin, etc.) mais aussi le "malheureux exégète" Torné, dont l'échec serait consigné en II.56 (II, p.145), comme les lumières de son nouvel Interprète le seraient en I.48 ou en II.68 ! Le délire semble bien partagé, mais les commentaires nébuleux du prétendant sont très loin de valoir ceux de son aîné.
*
David Ovason The secrets of Nostradamus. A Radical New Interpretation of the Master's Prophecies
London, Century, 1997 [The Nostradamus Code] ; New York, HarperCollins, 2001, 470 p.
1997

2001
L'ouvrage, au sous-titre abusif au vu du peu d'originalité qu'il offre, propose néanmoins, à partir d'un texte tardif (1668), l'interprétation correcte d'une quinzaine de quatrains (dont I.51 noté "I.50", p.87 sq.) ou partielle (dont IX.44 : cf. CN 110), parmi une centaine, non indexés en fin de volume. Ovason ignore Ruzo et Ionescu, et commet d'assez nombreuses bourdes : sur l'édition apocryphe "Pierre Rigaud de 1566" (p.9), sur le livre de Turrel qui serait définitivement perdu (p.93), sur le calcul de la 2e chronologie (p.104), sur Videl (p.107), etc. o
*
Persuadé du don visionnaire de Nostradamus ("It was as though he could see not merely the events of future history unfolding in his visions, but even the planetary and stellar configurations which were to parallel or determine this futurity.", p.52, cf. CN 84), Ovason se contente de calculs astrologiques approximatifs, non vérifiés, ou qui ne correspondent pas aux dates des événements étudiés, rendant ses interprétations caduques : par exemple en VIII.2 la conjonction a lieu le 15 janvier 1569, mais c'est le 3 novembre 1569 que Montgomery saccage la ville de Condom ; ou encore en III.3 la configuration astrologique est effective autour du 25 janvier 1571, mais la bataille de Lépante a lieu le 7 octobre.
0
Guy Bohec Nostradamus, Les nouvelles révélations
Boulogne-B., De Bressac, 1997, 156 p.
1997 Bouillie nostradémique indigeste par un cuisinier (comètes, ovni, destructions, E. Cayce, etc.) m
*
*
Michel Chomarat, Jean Dupèbe et Gilles Polizzi Nostradamus ou le savoir transmis
Lyon, Chomarat, 1997, 83 p.
1997 Trois articles issus de communications au colloque "La Transmission du Savoir au XVIe Siècle", tenu à Salon-de-Provence les 11-12 Novembre 1994 : Chomarat sur la "bibliothèque" de Nostradamus d'après une dizaine d'ex-libris retrouvés (cf. CN 224), un texte arrogant de Dupèbe sur la communauté des humanistes, Polizzi sur quelques quatrains "historiques" relatifs à l'histoire romaine : V.6, V.75 et V.77 (après Dumézil), III.26, X.89, IV.93, IV.55 ; cf. aussi CN 59). m
*
0
Marie Marin Nostradamus (Le prophète de la Renaissance et ses présages)
Paris, Jacques Grancher 1998, 202 p.
1998 Malheureuse tentative d'interprétation des quatrains des almanachs, souvent délaissés. L'auteure, épaulée par son fils Marc Luni, recopie des résumés historiques d'événements pour le mois concerné, plaqués et souvent sans rapport avec le contenu des quatrains. L'ouvrage contient une multitude d'inepties, recopiant des erreurs empruntées à Leroy et d'autres. m
*
L'auteure suppose que les quatrains concernent des événements décalés de 16 mois environ par rapport à la date figurant dans l'almanach, mais comme les almanachs ont été rédigés au début de l'année précédente (en février ou mars), environ la moitié des quatrains concerneraient des événements ayant déjà eu lieu. Cette belle théorie accouche d'une souris, et l'interprétation de ces quatrains "du passé" n'est pas plus convaincante que pour les autres.
0
Marc Luni Nostradamus. Les Centuries
Paris, Dervy, 1998, 474 p.
1998 Potée nostradémique indigeste, dans laquelle on plaque à peu près n'importe quel événement à partir de deux ou trois mots pris dans les quatrains, recopiés dans une version corrompue. nn
*
*
Peter Lemesurier
(Peter Ewart Britton)
The Nostradamus Encyclopedia (Nostradamus: The mysteries of his predictions decoded)
London, Godsfield Press, 1997 ; London, Thorsons, 1998, 288 p.
1997

1998
L'ambition pompeuse de l'auteur s'annonce aux titres et à ses sous-titres : "The definitive reference guide to the work and world of Nostradamus" [sic !]. En fait Lemesurier travaille à cette époque à partir d'éditions corrompues et ignore tout des différences entre les éditions Rigaud successives malgré la parution dix ans auparavant des bibliographies de Benazra et Chomarat. nn
*
Compilation bio- et bibliographique d'après certains bons auteurs, à laquelle s'ajoute un pot-pourri interprétatif médiocre d'après Cheetham, Fontbrune, Hogue et Roberts, avec en complément l'annonce d'invasions musulmanes à répétition. En revanche la présentation et l'iconographie sont agréables : les grands moyens éditoriaux sont organisés en Angleterre pour de telles publications, alors qu'en France les plus précaires font défaut quand il s'agit de Nostradamus -- dont l'étude sérieuse reste tabou hors les cuisines nostradémiques.
*
Louis Boulanger Les clefs astrologiques des Centuries de Nostradamus
Villeselve, Ramuel, 1998, 163 p.
1998 Traduction des deux épîtres et analyse de quelques quatrains : I.1, I.2, I.42, X.55, I.35, III.55, I.52, II.69 (Guillaume d'Orange), IX.20, II.97, III.96, V.8 (Hiroshima), X.72, III.94. L'auteur a remarqué l'importance du cycle martien dans l'épître à César, mais s'égare dans des calculs inutiles. L'entrée de l'humanité dans l'Age d'Or serait pour 2032. On peut y croire ! m
*
0
"Nostradamus" Les Prophéties
Paris, Mille et une nuits, 1998 ; 2002, 108 p.
1998

2002
Ne contient que les 353 quatrains de la première édition, dans un français modernisé, soit-disant d'après l'édition Bonhomme de 1555 (mais avec "prospérer" au lieu de "proferer" au premier quatrain ! etc.). Un éditeur qui se fout du monde. n
*
***
Bernard Chevignard Présages de Nostradamus
Paris, Le Seuil, 1999, 503 p.
1999 Bonne introduction aux écrits de Nostradamus, peut-être la meilleure à ce jour, édition commentée des 154 quatrains des almanachs (déficiente depuis la vente Swann des fleurons de la collection Ruzo en 2007), édition des présages en prose de 1550 à 1559 d'après le seul Recueil manuscrit de Chavigny (1589) et sans tenir compte des authentiques opuscules conservés, et fac-similé de trois opuscules nostradamiens. Il est regrettable que la poursuite du travail éditorial pour les années suivantes (1560-1567) ait été abandonnée. nn
*
*
Roger Prévost
(1925-2015)
Nostradamus. Le mythe et la réalité (Un historien au temps des astrologues)
Paris, Robert Laffont, 1999, 266 p.
1999 Nostradamus se serait inspiré de chroniques médiévales et de documents historiques de son époque pour élaborer ses quatrains. Mais Prévost se garde bien de donner les références historiques précises des textes supposés être la source d'inspiration : il reste dans le vague, multiplie les interprétations hasardeuses et martèle sa conviction. Sa lecture des quatrains, d'après l'édition très fautive dite de 1605 (en réalité d'un demi-siècle postérieure), ne se rapporte qu'à de petits bouts de vers, délaissant allègrement l'ensemble du quatrain. nn
CN 64
0
Paco Rabanne 1999 Le feu du ciel
Neuilly, Michel Lafon, 1999, 190 p.
1999 Chips caviar nostradémiques par un couturier. Les centuries comme faire-valoir d'hallucinations et délires subjectifs. n
*
0
Marc Finn Nostradamus, prophéties datées 1999-2010
Monaco, Le Rocher, 1999, 272 p.
1999 Tête de veau vinaigrette nostradémique. Qu'on puisse trouver un éditeur pour publier de telles billevesées (cf. le verso de couverture) est hors de portée de mon entendement -- le même éditeur qui sévit avec des ouvrages d'intérêt comparable dans le champ de l'astrologie ... n
*
0
Jean Guernon Nostradamus, Dixième Centurie
Chicoutimi (Québec), JCL, jan. 2000, 292 p.
2000 Cet ouvrage et le précédent en date (Nostradamus, Neuvième Centurie, 1999) complètent la série entamée par son collègue Dufresne, en continuant à recevoir comme source des ouvrages de seconde main, voire de plagiaires (notamment Cheetham, les Fontbrune, Corvaja, Hutin). Les interprétations proposées sont à l'avenant, et l'incurie de l'auteur est effarante, qui croit encore aux éditions Pierre Rigaud de 1558 et 1566, aux sizains, quatrains apocryphes et autres diverses inventions datant de début du XVIIe siècle. nn
*
0
Martine Bracops (éd.) Nostradamus traducteur traduit (Acte du colloque de traductologie de Bruxelles, déc. 1999)
Bruxelles, éd. du Hazard, 2000, 157 p.
2000 Série d'articles de divers auteurs dont J. Allemand (qui lit "Orus Appolo" p.37 et 39 !), M. Chomarat, Frans De Laet (en hollandais), Mireilla Colonna et Anna Firenze (sur les popnostradamistes Ramotti et Boscolo), etc. L'information pointue y est rare et peu utile ; on n'y apprend pas grand chose, si ce n'est rien, sur l'oeuvre du provençal. n
*
0
Charles Koniec Nostradamus médecin, magicien, astrologue & prophète (La fureur prophétique)
Grospierre, Credel, 2000, 96 p.
2000 * Biographie journalistique romancée : sans intérêt. n
*
*
Nostradamus /
Michel Chomarat
Les prophéties. Lyon, 1568
Lyon, Benoist Rigaud, 1568 ; préface Chomarat, Lyon, éd. Michel Chomarat, 2000
1568

2000
Réédition en fac-similé de son exemplaire (BM Lyon, fds Chomarat, A 6587) de la seconde édition Benoist Rigaud (édition A), accompagnée d'un avant-propos confus d'une vingtaine de pages et estampillée au frontispice d'une vignette provenant d'une édition Pierre Rigaud du milieu du XVIIe siècle : de quoi brouiller les pistes après l'extrême confusion des interrogations présentées en introduction, au plaisir probable des récents mystificateurs et iconoclastes de la bibliographie nostradamique (cf. Revue Française d'Histoire du Livre, n.132) ! q
Gallica
CN 38
Chomarat suppose, en se fiant aveuglément aux données brutes et sans s'interroger sérieusement sur le processus de production des ouvrages, que le texte de 1555 serait une édition partagée entre Pierre Roux d'Avignon et Macé Bonhomme, que les deux exemplaires de 1555 ont été imprimés le 4 mai 1555 (malgré leurs différences), que le texte de la préface à César est "rigoureusement identique" (p.15!) dans les deux tirages de 1555 et les deux éditions de 1557 parues sous le nom d'Antoine du Rosne, que le texte du premier livre des Prophéties est identique, "mot pour mot" (p.20!) dans l'édition Du Rosne de Septembre 1557 et dans son exemplaire de 1568, et ignore les différences entre les quatre éditions connues imprimées par Benoist Rigaud (cf. CN 38, 39, 40). De plus on relève quelques erreurs (d'encrage ?) dans le fac-similé de son exemplaire Rigaud A : par exemple au second livre, pas de virgule entre "à Deo" et "à natura" (p.8) ou "grads" (p.19, ligne 14).
*
Basile Ladis Nostradamus et l'an 1999 sept mois ou le 4 mai 2000
Bruxelles, Voir Autrement, 2000, 252 p.
2000 Ouvrage documenté, étudiant très partiellement les cycles nostradamiens dans le texte des deux préfaces, et aboutissant à la date fatidique (?) du 4 mai 2000, par une lecture sidéraliste caduque des quatrains, dont le recensement prend en compte les apocryphes Savary/Mareuil, probablement fabriqués pendant la Révolution. m
*
0
Peter Lemesurier Nostradamus in the 21st Century
London, Judy Piatkus, 1993 ; éd. rév. 2000, 325 p.
2000 Réédition et recyclage de son ouvrage de 1993 (The Next 50 Years), après sa lecture de Brind'Amour 1993, Chevignard 1999, et Prévost 1999, mais conservant l'essentiel de ses inepties spéculatives initiales : le principal chapitre du texte de 1993 (The coming years) se subdivise en deux chapitres (Invasion de l'Italie, et Invasion de la France). On voit à quel type de clientèle s'adresse cette littérature ... n
*
XXIe siècle
0
Jean Maguelonne Michel de Nostredame, dit Nostradamus
Paris, De Vecchi, 2001, 138 p.
2001 Compilation bio- et bibliographique assez naïve à partir de divers auteurs, parfois mal recopiés (p. ex. l'édition Bonhomme de 1555 parue sous le titre "exact" de "Vrayes centuries et prophéties", p.54 !) ; on n'y apprend pas grand chose, voire rien. n
*
0
"Nostradamus" Manières de faire toutes confitures
Édition Clara Schmidt, préface Richard Roudaut, Paris, L'Aventurine, 2001
2001 * Édition modernisée de la seconde partie du Traité des Fardements et des Confitures d'après l'édition Plantin de 1557 : sans intérêt. n
*
*
Ian Wilson Nostradamus: The Evidence
London, Orion Books, 2002, [16] + 304 p.
2002 Une resucée consciencieuse de Brind'Amour 1993, Leroy 1972, et Dupèbe 1983 (dans cet ordre et parfois sans indication de source), qui reste à peine meilleure que celles des Lemesurier (2003) et Hogue (2003). Aucune découverte significative. L'exégèse nostradamiste anglophone est très en retard sur la recherche francophone - cas rarissime par ailleurs et qui mérite d'être souligné. m
*
Rééditions sous le titre Nostradamus: The Man behind the Prophecies (New York, St. Martin's Press, 2003 ; 2007 ; 2014). Le Corpus Nostradamus (inutilement !) mentionné dans l'intro. de 2007. L'australien relève les erreurs de l'Encyclopaedia Britannica "in almost every line" (p.xv-xvi), la "complete ignorance" de Lemesurier pour son sujet (p.214 à propos du thème du prince Rodolph), mais recopie quelques unes des nombreuses bourdes de Leroy : p.13 n.1, p.28 n.6, p.53 n.14, l'horoscope de la page 162 (pas mieux que Lemesurier !), p.205 sur Henry IV, p.229 sur César, "Mesopotasie" (p.249), etc., auxquelles il faut ajouter : la confusion de Bertot avec Brotot (p.62), "proserer" (p.82 n.5), "Gérard" et "Guérard" (p.98 n.12), Jacques de Lorges (p.127-128), la confusion entre la Pronostication pour 1562 et la version manuscrite de l'Almanach (p.156 et p.159), l'édition Ménier (p.243), les âneries de Randi (p.247), etc., plus les typos. En général les erreurs de Wilson portent davantage (et lourdement) sur les textes et les éditions que sur la biographie, ce qui le rend (piètre) disciple de Leroy qui farfouille dans les actes mais néglige les textes de Nostradamus, sans doute pour eux de peu de valeur ! La note 29 de la page 249 montre que Wilson n'aurait pas ouvert une seule édition des Prophéties. Il cite des Lemesurier, Hogue, Cheetham, Roberts, Randi, mais ignore encore, en 2002, Parker 1920, Leoni 1961 et LeVert 1979, tout en remarquant l'absence de sens critique de "the entire output of English-language Nostradamiana as perpetuated to this day" (p.280), à laquelle j'ajouterai leur totale absence de contribution majeure, et par suite leur inutilité pour la recherche. Pour finir un point positif : son examen de la correspondance de Nostradamus avec Rosenberger au chapitre 12 pp.174-177 sq. (ce que ses modèles Brind'Amour et Dupèbe ont négligé de faire).
0
Henri Vystrecil Nostradamus. Les Centuries du Sud
Portet-sur-Garonne, Loubatières, 2002, 133 p.
2002 Cassoulet nostradémique. n
*
0
[René] Fedeli d'Amore La Gloire de Nostradamus
Nice, France Europe Editions, 2002, 306 p.
2002 Ce "fidèle d'amour", farci des écrits d'un Amadou, propose des interprétations peu précises et fantaisistes à partir de quatrains corrompus, rêvassant sur la future saga du "Grand Monarque", pillant ses confrères sans indication de source, et recopiant des récits pris dans la revue Historia et les Castelot, Druon et al. en rapport douteux avec le texte des quatrains (mais cf. p.59-60). m
*
A noter, dans un chapitre intitulé "L'université aime? Nostradamus" (cf. image), une invective musclée contre la cécité spirituelle d'un "quarteron d'universitaires" pris à parti, parmi lesquels figurent injustement Dumézil et "Chavignard" [sic], mais plus heureusement Brind'Amour par les critiques formulées (cf. CN 125). Encore faudrait-il être en mesure de faire la part entre les avancées philologiques élaborées par ces auteurs et leur mollesse et affres interprétatifs, et de proposer des schémas herméneutiques convaincants qui ne soient pas le fruit de rêveries issues de récits historiques de seconde main.
* ?
Jacques Halbronn Documents inexploités sur le phénomène Nostradamus
Feyzin, Ramkat, 2002, 248 p.
2002 Partant de quelques préjugés triviaux (le texte prophétique est à la solde du politique ; l'homme est incapable de prédire l'avenir), Halbronn a construit une fantasmagorie visant à dessaisir Nostradamus de ses oeuvres, en inventant des éditions inexistantes et des équipes de faussaires des deux camps (réformés et ligueurs), en falsifiant les dates des éditions connues et attestées, et en ignorant les véritables éditions antidatées ou en les faisant passer pour les plus anciennes. m
*
Au prétexte d'une étude sur Crespin (cf. CN 142), un attachant écrivaillon qui aura voulu profiter de la veine nostradamienne, le discours halbronnien est une vaste opération de mystification du texte nostradamien, entamée en 1991. Depuis des années, son auteur nie les faits les plus triviaux et la démonstration de l'inanité de sa position (CN 30, Gruber) tout en pratiquant le dénigrement systématique voire la calomnie de ses opposants et en noircissant sur internet d'innombrables billets répétitifs au service de son élucubration, parsemée d'affirmations contradictoires et de références tronquées qui finissent par se retourner contre elle. Il présuppose que pour crédibiliser leurs agissements, les prétendus faussaires devaient produire simultanément une édition contemporaine à une autre antidatée (p.12), mais il s'avère incapable d'en fournir la moindre preuve. Or le meilleur exemple reconnu de cette pratique est l'édition antidatée de 1605, que précisément il ignore. Il s'avère au contraire qu'aucune des éditions les plus anciennes n'a eu d'équivalent plus tardif : que ce soient les éditions de 1555, de 1557 ou de 1568 (cf. CN 31, CN 71 et CN 105 notamment).
Les manipulations et les aberrations sur les dates d'édition ne concernent pas seulement Nostradamus et Crespin, mais s'étendent à d'autres textes et auteurs, comme Pierre Turrel (CN 160) dont Le Periode de 1531 est supposé avoir été imprimé par Jean Patrasson, imprimeur de Crespin en 1574 puis partisan de la Ligue, et dont les ouvrages imprimés connus ne datent que des années 1572-1592, tout en constatant par ailleurs que le traité de Roussat de 1550 s'inspire de celui de Turrel supposé donc avoir été imprimé plus de 20 ans après ! De même mon article de 2001 (CURA puis Atlantis, 404), cité p.165 et p.175 en note, est affublé d'informations inventées et volontairement aberrantes. Un ouvrage fortement déconseillé à un lectorat non averti, mais qui pourra distraire l'autre lectorat pour un temps, gardant à l'esprit que les plus savoureuses sont les plus courtes.
*
Anna Carlstedt La poésie oraculaire de Nostradamus : langue, style et genre des Centuries
(TH D : Langue et style dans les Centuries de Nostradamus: éléments pour une description philologique, lingustique et stylistique, Stockholms universitet, 2002)
Forskningsrapporter 28, TH D, Stockholm University, 2005, 200 p.
2002

2005
Travail universitaire assez scolaire, profitant de plusieurs bourses de soutien, sans grande originalité et à la remorque des récents travaux universitaires, avec néanmoins quelques remarques pertinentes quoique triviales sur le triturage des quatrains opéré par Brind'Amour. Analyse prosodique et linguistique détaillée de la première centurie, sans se risquer au véritable challenge qui est le volet sémantique. q
Carlstedt
Cette suédoise née en 1971, élève de la rabelaisienne Mireille Huchon, souligne le style dépersonnalisé de Nostradamus, se montre sceptique sur les interprétations passéistes d'un Prévost, acclame le "travail pionnier" de Le Pelletier (ignorant Torné-Chavigny qui en est la source principale), se fie aveuglément aux bibliographies lyonnaises récentes (Chomarat, Benazra) en ignorant l'apport fondamental de Ruzo, élimine les interprètes dits "ésotéristes" des siècles passés qui ont transmis la flamme du vers nostradamien jusqu'à ce jour alors que la contribution universitaire a été et reste mineure voire négligeable (cf. CN 59), que ce soit dans la découverte de textes anciens, dans la bibliographie et la compréhension des éditions successives, et plus encore dans l'interprétation et le sens à donner au texte du propheta mathematicus provençal.
**
Elmar Gruber Nostradamus. Sein Leben, sein Werk und die wahre Bedeutung seiner Prophezeiungen
Bern, Scherz, 2003, 463 p.
2003 L'un des meilleurs ouvrages publiés en langue allemande, d'abord biblio- et biographique. Néanmoins l'auteur reste à la remorque de Brind'Amour et ne s'aventure que rarement au-delà. Il fait la part belle au courant sceptique, au risque de passer à côté de l'essentiel. Un index des quatrains traités, peu nombreux, aurait eu son utilité. nn
*
*
Hervé Drévillon & Pierre Lagrange Nostradamus. L'éternel retour
Paris, Gallimard, 2003, 128 p.
2003 Ouvrage de vulgarisation à destination du grand public, s'appuyant sur les résultats de certains chercheurs au détriment d'autres, et y recopiant leurs erreurs. Les universitaires chargés d'édition, qui n'ont entrepris aucune recherche par eux-mêmes, préfèrent s'attarder sur la littérature d'une Teissier ou du gourou japonais Shoko plutôt que de rendre compte honnêtement des travaux de Daniel Ruzo ou de Vlaicu Ionescu. o
CN 59
Un travail "d'un niveau scientifique très quelconque, presque toujours de seconde main" (Ramkat 19) et une bibliographie partisane, comme le sont les jugements arrogants annexés à la section "Témoignages et documents". La documentation iconographique rassemblée par Clémence Grillon sauve (?) l'ouvrage de son insipidité scripturale (cf. aussi CN 59 : "Misère de la recherche académique et universitaire sur Nostradamus").
*
Guillaume Thonnaz
(Wilhelm Zannoth)
Michel de Nostredame (1503-1566) genannt Nostradamus. Der neue Weg zu den Prophezeiungen des Meisters
Berlin, Rhombos, 2003, 532 + 526 + 540 p.
2003 Le premier volume comprend la traduction allemande et le fac-similé de l'édition B de Benoist Rigaud, une traduction des 155 quatrains des almanachs d'après Chevignard 1999, mais aussi celle des sizains apocryphes et autres quatrains provenant de diverses sources. Le second reprend chacun des vers du corpus à travers divers index. Le troisième (le plus intéressant) comprend le texte et la traduction des quatrains de l'édition Bonhomme, de la Paraphrase de 1557, de l'Orus manuscrit, et du traité de Videl (1558). q
*
0
John Hogue Nostradamus. A Life and Myth (The first complete biography of history's most famous and controversial prophet)
London, Element, 2003, 444 p.
2003 Publié à l'occasion du cinq-centième anniversaire de la naissance de Nostradamus, et parsemé des erreurs habituelles. Le californien Hogue encense Le Pelletier et méconnaît Torné (la source de Le Pelletier !), ignore Ruzo et la biographie de Wilson parue l'année précédente (à l'instar de Lemesurier en 2003), ainsi que Benazra et Ionescu. C'est tellement plus facile d'éliminer les références gênantes. m
*
Hogue ne croit pas à l'authenticité des sizains mais à l'existence de 58 quatrains perdus à la VIIe centurie (p.277-9), accumule dans sa bio-bibliographie finale un nombre impressionnant d'inexactitudes, rivalise avec Lemesurier dans les sous-titres prétentieux donnés à ses ouvrages, et à se prendre, chacun à sa manière, pour l'interprète définitif des quatrains, quand leurs travaux ne sont, en grande partie, que du recopiage habilement agencé.
0
Peter Lemesurier
(Peter Ewart Britton)
The Unknown Nostradamus (The essential biography for his 500th birthday)
Alresford (UK), John Hunt, 2003, 269 p.
2003 Le concurrent de Hogue sur le marché anglo-saxon du livre nostradamique. On y retrouve les caractéristiques des ouvrages du "second" Lemesurier : exploitation des résultats de la recherche française (dont Brind'Amour et Dupèbe, desquels on évite de discuter la spéculation hasardeuse quant au double Che/avigny !), erreurs récurrentes (pp. 4, 7, 55, 60, 66, 68, 106, 111, 112, 113, etc.), affirmations sceptico-négationnistes tendant à présenter Nostradamus comme un vulgaire profiteur incomparable au petit génie londonien. m
*
Lemesurier affirme que les Prophéties de Nostradamus ne sont pas les siennes, mais celles du Mirabilis Liber (p.89) et consacre 7 pages à cet ouvrage (annexe D), une source supposée des quatrains, sans parvenir à établir une seule correspondance convaincante, pas même pour la prédiction d'une grande famine (I.67), comme si une telle affirmation était spécifique dans la littérature prophétique. Le britannique ignore la source de Turrel et de Roussat, Pierre d'Ailly (p.52-53), nie que Nostradamus ait obtenu son doctorat, faute de preuve (p.25), mais crédite des plagiaires comme Fabri du contenu des certains de ses textes (p.62). Des remarques hostiles et déplacées concernant la vénalité présumée de Nostradamus (p.60, p.95, p.114, etc.) assaisonnent le tout. Qu'un terne analyste mais auteur de best-sellers ayant réussi à accrocher son pseudonyme à celui du prophète salonnais, puisse lui reprocher sa vénalité, à tort et sans le moindre début de preuve, c'est hors la portée de mon entendement ! On plafonne aux sommets du grotesque et de la farce ! Quelques traductions annexées sauvent (?) le livre, pour le lecteur anglophone, de sa totale inutilité.
*
Peter Lemesurier
(Peter Ewart Britton)
Nostradamus The illustrated Prophecies
Alresford UK, John Hunt, O Books, 2003, 422 p.
2003 Pot-pourri d'inspiration passéiste d'après Prévost, Brind'Amour, Leoni, voire Pitollet et autres auteurs réfutant le don visionnaire de Nostradamus, au prix d'un triturage compulsif du texte original. La menace panislamique de ses premiers ouvrages est reléguée dans le passé, prenant pour modèle le Mirabilis Liber et autres vieilleries alarmistes, étrangères à l'humaniste provençal. nn
*
L'ex-pop-nostradamiste Lemesurier sévissait activement sous l'acronyme PeL sur divers blogs et wikis (dont les versions française et anglaise de Wikipedia de l'article Nostradamus) à l'aide de quelques complices, afin de référencer ses ouvrages au détriment de ses concurrents anglo-saxons, d'éliminer toute référence positive à Leoni, voire celles aux recherches françaises originales afin d'y substituer des renvois à ses compilations et à son blog internet. Cependant un ultime éclair de lucicidé (6 décembre 2014) sur la lie pseudo-scientiste wikimédisante avant son décès (11 avril 2016) lui vaut une *.
*
Jean-Paul Clébert Prophéties de Nostradamus
Paris, Dervy, 2003, 1216 p.
2003 Le troisième ouvrage de cet auteur sur le sujet, meilleur que les précédents (1981, 1993). S'intéresse principalement à l'étymologie des termes utilisés dans les quatrains, à partir d'une réédition Rigaud corrompue, et aux récurrences de ce lexique dans les autres écrits nostradamiens (almanachs, pronostications, etc.). nn
*
L'auteur, passé maître en l'art de tourner autour du pot sans parvenir à une quelconque conclusion satisfaisante, défend -- mal -- l'option d'une lecture passéiste, et manque presque à tout coup le sens du quatrain, même quand (dans de rares cas) son principal modèle (Prévost) avait partiellement vu juste (cf. par exemple pour le quatrain VIII.13). Ne cite pas précisément ses sources, ce qui fait de cet ouvrage un auxiliaire pesant (cf. aussi la "courageuse" critique de Jean Dupèbe - lequel s'en tient "à quelques quatrains édités et commentés par Brind'Amour" ! -, parue dans la Revue de l'Histoire des Religions en 2006).
0
Kléa d'Orphell (Kléa) Nostradamus révélé de 1560 à 2520 (La clé des Centuries)
[Monaco], Alphée, 2005, 564 p.
2005 Sucreries nostradémiques catastrophistes avec redistribution des quatrains selon une grille arbitraire courant jusqu'en 2520. m
*
0
Richard Smoley The essential Nostradamus
New York, Jeremy P. Tarcher / Penguin Group, 2006, 307 p.
2006 Ouvrage de vulgarisation, utilisant le texte de Chavigny trouvé dans les versions de Hogue 1997, Lemesurier 2003 et Cheetham ! Analyse médiocre de 233 quatrains. Cite rarement ses sources et reste entièrement dépendant de la (sous)-littérature anglo-saxonne de seconde main. q
*
0
"Nostradamus" Le traité des confitures de Nostradamus
Introduction Jean-Michel Deveau, La Rochelle, Être & Connaître, 2006, 156 p.
2006 L'introduction présente quelques généralités sommaires sur la gastronomie et l'art culinaire, la production du sucre et la fabrication des confitures à la Renaissance, mais s'intéresse très peu au traité nostradamien. n
*
Concernant les Prophéties, l'universitaire niçois, aussi "expert à l'Unesco" (mais pas de Nostradamus gageons-le !), croit que les quatrains des Prophéties proviennent des Almanachs : "que l'on rassembla ensuite pour former la série des prophéties que l'on connaît" (hélas! : p.40, + p.43), et raconte que du vivant de Nostradamus "plusieurs auteurs [anglais] rédigent des mémoires à leur sujet." (sic : p.41). On s'interroge sur l'origine de telles inepties, peut-être dans l'un des trois seuls ouvrages cités en bibliographie : Drévillon/Lagrange, Dupèbe, Leroy. Suit une édition modernisée de la seconde partie du Traité des Fardements et des Confitures, supposé daté de 1556 (p.4) mais "publié pour la première fois en 1555" (sic : p.40), amputée de l'épigramme et de l'avertissement figurant à la page 222 de l'édition de 1555, sans aucun commentaire ni même de tentative de traduction des quelques rares mots latins du texte. Autrement dit un ouvrage totalement inutile, mais qui trouve un preneur éditorial à La Rochelle : à rajouter au dossier de la "Misère de la recherche académique et universitaire sur Nostradamus" (cf. CN 59) !
0
Morten St. George Incantation of the Law Against Inept Critics: A Guide to Cryptic Thinking
Book Surge, Amazon.com, juin 2006 ; 2e éd. juillet 2006, 376 p.
2006 Cet américain, ou plutôt le Maître (!) qui expose ses clartés, donne l'interprétation (le "message cryptique" !) de 25 des 42 seuls quatrains oraculaires contenus dans le texte des Prophéties, supposés avoir été francisés par Nostradamus à partir d'une source latine qu'il aurait détruite. La plupart d'entre eux concerneraient des événements américains de ce temps et obéiraient à un prétendu cycle lunaire de 252 ans, trouvé chez l'allemand Wöllner. q
Morten
Les premiers quatrains étudiés (cf. extraits Google) sont V.81 (bombardements nucléaires américains sur le Japon), I.49 (guerre de Corée en 1952, car 1700 + 252), VI.11 (les frères Kennedy), VI.37 (l'assassinat de Kennedy commandité par son successeur Lyndon B. Johnson ; mais cf. Hogue), X.79 (l'assassinat de Martin Luther King ; mais malheureusement la clé de l'explication réside dans le mot "somentrees" associé à "Tennessee", une erreur de lecture d'une réédition B. Rigaud !), IX.65 (l'atterrissage sur la Lune en 1969 ; le plus convaincant mais déjà exposé par Ionescu), X.76 (l'affaire du Watergate à partir de 1972), II.99 (Napoléon en Russie en 1812 ; déjà trouvé par d'autres).
**
Vente Swann
[Catalogue Ruzo]
Nostradamus: 16th-18th Century Books from the Collection of the late Daniel Ruzo
New York, Swann Galleries, Swann Auction Sale 2111 (April 23, 2007), 300 lots
2007 Le principal catalogue de vente des oeuvres de Nostradamus au XXe siècle. Les ouvrages proviennent de la collection du regretté Daniel Ruzo de Los Heros (1900-1991) et ont été mises en vente par son petit-fils Andrés. Les principaux acquisiteurs furent Mario Gregorio, la Maison de Nostradamus à Salon (grâce au legs de l'allemand Hans Georg Buddrus) et la BM de Lyon. o
CN 147
*
Pierre-Émile Blairon Nostradamus
Grez-sur-Loing, Pardès, Collection Qui suis-je?, 2007, 122p.
2007 Présentation biographique honnête avec quelques réflexions et interrogations originales sur l'oeuvre nostradamienne. L'auteur s'inspire largement de mes travaux parus au CURA depuis 2002, dont il cite d'abondants extraits (ainsi que de Leroy et Ionescu), reprend goulûment nombre de mes conclusions, et me présente comme "l'un des rares commentateurs à avoir compris quelque chose à Nostradamus" (p.85). m
*
Notons quelques confusions (pages 11, 28, 38, 46, 48, 54, 56, 68, 70, 72, 81, 90), et réprouvons de citer les textes de Nostradamus d'après des éditions fautives ou des rapporteurs peu fiables, d'ignorer mon texte sur l'épitaphe de Nostradamus (de continuer à répéter après Leroy que César aurait écrit qu'il en était l'auteur, et d'établir le thème astrologique de Nostradamus d'après des données erronées), de dépenser 7 pages (sur un maigre contenu) à imaginer un séjour de Nostradamus à Bar-le-Duc puis à Orval (des suppositions infondées voire invraisemblables de Giffre de Rechac puis de Torné-Chavigny), et de croire avec un Halbronn que le quatrain II.59, attesté en 1555, s'inspirerait d'un quatrain compilé par Chavigny en 1594 ! L'ouvrage a été traduit en italien par Laura Cespa : Nostradamus, Astrologo, Alchimista, Medico, Profeta (Torino, L'Età dell'Acquario, 2008). Quel progrès si l'édition franco-italienne parvenait à publier les recherches pionnières avant les copies ...
☺☺
Patrice Guinard Historique des éditions des Prophéties de Nostradamus (1555-1615)
Revue Française d'Histoire du Livre, numéro 129, Bordeaux, Société des Bibliophiles de Guyenne, 2008, 160 p.
2008 o
CN 102
Contenu : extraits choisis des CN 01, 25-27, 31, 38-40, 65-66, 70-71, ex-72 (120), 80, 82 et 85 (Prophéties), CN 100 (lettre inédite de Nostradamus à Joachim de Cléron de Saffres, datée du 25 février 1566), CN 104 § (adaptation latine inconnue d'une contrefaçon de l'Almanach pour l'an 1565), CN 92 (Florent de Crox). Le tiré à part comprend les trois articles susmentionnés.
0
Jean-Yves Le Naour Nostradamus s'en va-t-en guerre. 1914-1918
[Paris], Hachette, 2008, 189 p.
2008 * Flageolets idéologiques antinostradamiques et antiastrologiques au prétexte de la grande guerre. Le préfacier croit que les Prophéties ont été publiées en 1555 à Paris : "Nous avons aujourd'hui moins de temps pour ces spéculations". Il suffisait de le dire ... n
*
* ?
Alexey Penzensky Nostradamus
Moscou, Molodaia gvardiia, 2008, 422 p.
(ISBN: 9785235030565)
2008 Pour les russophones. Penzensky, correspondant du CURA, présente Nostradamus comme un penseur utopiste, cachant sous le couvert de prophéties, ses rêves d'un ordre social juste. Sur cette idée importante, cf. mon interprétation de son premier quatrain publié (CN 15, 2006), et aussi CN 112 : "Ce retour de sociétés sans compétition est le rêve de Nostradamus" ! q
Penzensky
Je pense toutefois que le rêve nostradamien n'est pas seulement imaginaire, et Nostradamus pourrait être le second "penseur utopiste", après le Christ (mais celui-ci aurait-il cautionné ce qui a été construit à partir de ses intuitions ?), à faire ses preuves.
0
Nostradamus Traité des fardements et des confitures
Lyon, Antoine Volant, 1555 ; préface Chomarat, Lyon, éd. Michel Chomarat, 2008
1555

2008
Réédition tardive et inutile en fac-similé de l'exemplaire lyonnais, déjà disponible sur Gallica, de l'Excellent & moult utile Opuscule (Traité des Fardements et des Confitures) imprimé par Antoine Volant en 1555, avec une introduction minimale ignorant mes récentes recherches (cf. CN 9 et 19, 2006) et comptant trois éditions parisiennes connues du TFC (alors qu'il n'en existe qu'une), c.-à-d. continuant à confondre les ouvrages authentiques de Nostradamus avec ceux de l'imposteur Mi. Nostradamus le jeune. m
Gallica
CN 9
CN 19
0
Nocam
(Christian Turpin)
Les Calendriers de Nostradamus : Système de Cryptage temporel de ses Centuries et de ses Almanachs
[Bourges], Kapsos, 2010, 420 p.
2010 Un n-ième système de décrytage à tiroirs, d'une complication abracadabrante et aux résultats hasardeux, débouche sur l'interprétation d'une poignée de quatrains (dont les mieux expliqués s'inspirent d'autres auteurs). Et il faudrait encore admettre pour faire coller ce pseudo-cryptage au réel que Nostradamus se trompe une fois sur deux (p.188) ! n
*
L'auteur croit encore en l'authenticité des sizains, et que les 3e et 4e éditions des "Centuries" ont été publiées à Lyon par Pierre Rigaud en 1558 et 1566 (p.370) ... A noter en annexe 3 une divertissante contestation de mon article sur la date de naissance du prophète (cf. CN 10) : ce serait Nostradamus lui-même qui aurait volontairement falsifié le texte de son épitaphe afin de satisfaire aux tâtonnements numérologiques de Turpin Nocam, lequel a trouvé une anagramme approximative de ses noms, i.e. "Tulfin(e) qui signe Nocam" (p.320) au vers X.91d : "Qui onc ne feut si maling" -- de quoi égayer l'esprit de Nostradamus ... jusqu'aux larmes !
**
Michel Scognamillo
[Catalogue Thomas-Scheler]
Catalogue Nostradamus de la Librairie Thomas-Scheler
Paris, Librairie Thomas-Scheler, 2010, 64 p.
2010 o
CN 129
Luxueux catalogue hors série édité par la Librairie Thomas-Scheler à l'occasion de la XXVe Biennale des Antiquaires (Paris, Grand Palais, 15-22 septembre 2010). Il contient de précieux unica, certains inconnus des nostradamologues, dont une édition de la maison Buffet datée de 1561. La présentation de M. Scognamillo, agréable et documentée ("Nostradamus en son siècle"), s'inspire largement des études du Corpus Nostradamus. Il s'agit de la troisième vente "Nostradamus" d'importance (après les ventes Rigaux 1931 et Ruzo 2007).
0
Peter Lemesurier
(1936-2016)
Nostradamus, Bibliomancer : The Man, the Myth, the Truth
Pompton Plains (NJ), Carrer Press, New Page Books, 2010, 288 p.
2010 Les ouvrages de Lemesurier sur Nostradamus s'accumulent au fil des ans (commerce oblige), pour le pire. Celui-ci est destiné à un public anglophone ignorant l'essentiel des recherches récentes, notamment françaises, et recèle de nombreuses erreurs, étonnantes après une dizaine d'ouvrages et pour un auteur qui s'auto-proclame spécialiste du sujet, sans avoir véritablement effectué une substantielle recherche biographique ou bibliographique, mais recopiant ici ou là Leroy, Brind'Amour ou wikipedia. m
*
Un ramassis de sous-entendus désobligeants envers Nostradamus et ses principaux interprètes, saupoudré d'une réécriture chimérique du texte des Prophéties, par exemple "cave dehors" pour "caige d'or" en I.35, "cinquante" pour "Cinq" en VI.97, etc. Nostradamus serait né le "24" (sic) décembre 1503 (p.9), son frère Hector aurait épousé une certaine "Thomète Mourgète" (sic pour Anthonie Morguet ; p.9). Les données sur les enfants de Nostradamus ne sont pas moins erronées (p.15) : Diane serait décédée en "1630" (sic : elle est morte de la peste le 19 août 1631), César, "c1554-1630" (en réalité né le 18 décembre 1553 et mort de la peste trois jours après sa soeur !), aurait été consul de Salon en "1616" (sic pour 1614), etc. Lemesurier mentionne encore "Jaubert" comme auteur de l'Eclaircissement de 1656 (p.25, p.41), et s'accapare ailleurs et pour son compte certains résultats de recherche sans indication de sources. Je suis pillé pour Ulrich von Hutten (p.91 et p.107 ; cf. CN 47, 2007, et aussi CN 61 et 14), et pour la marque X que j'ai choisie pour désigner la plus ancienne édition Rigaud connue (p.89 ; cf. CN 38 et CN 40, 2006). L'ouvrage est accompagné d'un CD-ROM au maigre contenu (sept textes), repris du site de M. Gregorio et dont certains ont été maladroitement retouchés (p.ex. l'alignement du titre au f.A1v de l'exemplaire de Vienne de la seconde édition Bonhomme des Prophéties). Lemesurier s'auto-consigne dans une lignée de chercheurs commençant avec Dumézil et Brind'Amour (p.76), mais il est fort douteux que ces véritables érudits aient approuvé cette promiscuité.
0
"Nostradamus" Nostradamus. Traité des Confitures
adaptation Jean-François Kosta-Théfaine, Paris, Imago, 2010, 134 p.
2010 Une brève introduction de dix pages, imagine (p.8) "Guy de Gassonet" [un simple négociant sans particule] "grand-père de Nostradamus" [confondu avec Crescas, alias Pierre de Notre-Dame], se convertissant "en 1463" [Crescas se convertit en janvier 1460 et Guy Gassonet est mort bien avant cette date]. m
*
Nostradamus aurait publié son premier almanach en 1550 à Salon [où il n'existait pas de presses], et cet almanach aurait contenu "sept centuries" ne prédisant "que des changements atmosphériques" (p.11). Apparemment ce docteur en littérature médiévale a été dispensé d'ouvrir une édition des Prophéties, ou il aura trouvé ces âneries sur internet ou wikipedia. On sait que l'actuelle Maison de Nostradamus à Salon est tenue par un personnel féminin. Les recettes culinaires y sont mises à l'honneur au détriment du texte oraculaire et centurique. Dans cette brèche ouverte à la bien-pensance semi-ignorante se précipitent un certain nombre d'universitaires cuisinant Nostradamus à moindres frais. Le traité des Confitures, seconde partie de l'Opuscule de 1555, est donné dans une adaptation modernisée (sans les suppléments en fin d'ouvrage). On peut s'interroger sur l'intérêt d'une telle publication (après Hazan 1962, Gutenberg Reprint 1979, Guérin 1981) et sur la récente prolifération d'ouvrages similaires (Degaudenzi 1999, Schmidt 2001, Deveau 2006, Chomarat 2008). Quoique modernisé, le texte n'offre qu'un appareil critique minimal, et les recettes ne sont pas adaptées : on ne sait pas, par exemple à la recette 12, par quoi remplacer la lessive en préparation du gingembre à bouillir. Au final une publication inutile.
0
Henri Dalsheim L'histoire était déjà écrite. Nostradamus face au rationalisme
Colmar, Jérôme Do Bentzinger, 2011, 307 p.
2011 Saucisses nostradémiques. Interprétation d'environ 240 quatrains et sizains d'après Fontbrune et l'édition apocryphe "Pierre Rigaud" de "1558-1566". L'auteur, qui ne cite aucune des sources de ses emprunts, croit que Bourg-la-Reine n'existait pas au XVIe siècle (p.5, p.19), que Nostradamus a enseigné deux ans à l'université de Montpellier (p.7), qu'il s'est rendu à la cour de France en "1556" (p.7), et autres ignorances de même moutarde. m
*
*
Denis Crouzet Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance
Paris, Payot, 2011, 460 p.
2011 Nostradamus, psychologue des âmes et adepte du non-savoir, se servirait de l'énigme comme d'un outil propédeutique : "Révéler, c'est révéler qu'il n'y a pas à savoir. Prophétiser, c'est dire qu'il n'y a rien à dire". Crouzet entend se débarrasser de Nostradamus en l'affublant d'une perruque piétiste : une approche minimaliste destinée à un lectorat académique. Ajoutons que Lire, c'est lire qu'il n'y a rien à lire ! m
CN 145
☺☺
Patrice Guinard Nostradamus ou l'Éclat des Empires : Puis à un coup grande clarté donrra
Paris, BoD, Avril 2011, 192 p.
2011 Étude de la centurie VIII des Prophéties. Variantes des quatre éditions Benoît Rigaud datées de 1568, interprétation des quatrains, critique des interprétations du passé, de Chavigny à Ionescu via Torné-Chavigny. La meilleure lecture à ce jour faite sur une centurie complète. o
errata
CN 114
CN 150
0
Nicole Pronovost Le Savoir de nos ancêtres et les Présages de Nostradamus
Aix-en-Provence, Persée, 2011, 196 p.
2011 Billevesées fin-du-mondistes au prétexte des présages de Nostradamus, i.e. les 141 quatrains donnés par Chavigny, ignorant ceux retrouvés depuis. m
*
*
Stéphane Gerson Nostradamus. How an obscure Renaissance Astrologer became the Modern Prophet of Doom
New York, St. Martin's Press, 2012, 335 p.
2012 Plus une étude sociologique sur le phénomène "Nostradamus" (Comment le texte a-t-il pu survivre à cinq siècles d'abandon culturel, institutionnel, etc. ?) que sur l'oeuvre et la vie de Nostradamus lui-même. Moins une approche du prophète provençal qu'un survol historique de la réception populaire de ses Prophéties. La réponse qui en est donnée ? Aucune ! L'ouvrage, bardé de références accessoires, et paru le 30 octobre 2012, m'a aimablement été adressé à la mi-août en "Advance reading copy". Traduction française en 2016 sous le titre Nostradamus: Le prophète de nos malheurs. XVIe-XXIe siècle. nf
*
0
Nostradamus / Richard Sieburth (trad.) / Stéphane Gerson (intro.) The Prophecies: A Dual-Language Edition with Parallel Text
New York, Penguin Books, 2012, 400 p.
2012 L'ouvrage ne supplante pas celui de Leoni (1961) qui reste la référence majeure pour les anglophones, hélas depuis maintenant un demi-siècle. Il s'agit d'une nouvelle traduction des Prophéties par un spécialiste d'Ezra Pound : guère meilleure que celles que le traducteur avait sous la main ("on my desk"), principalement Leoni 1961 et Lemesurier 2003, car composée à partir d'un curieux mélange aboutissant à un texte tout aussi corrompu et discutable que celui qu'il dénonce chez Leoni ("a rather corrupt version") ! Sieburth ignore tout des débats sur le texte authentique des Prophéties. q
*
Il s'appuie pour le premier volet sur Brind'Amour (1996) dont Anna Carlstedt (2005) a montré les inutiles triturages du texte originel (ce qui aboutit, méconnaissant mon CN 33, à une version de la première préface qui n'est qu'une traduction de la version contestable du canadien), sur Petey-Girard (2003) pour le volet Antoine du Rosne (ignorant que le dit P-G n'a pas vraiment donné la version du Rosne mais une version Rigaud avec des corrections provenant de la version du Rosne !), et pour le dernier volet sur "the posthumous edition" "published by Benoist Rigaud in 1568", en réalité sur une édition Benoist Rigaud plus tardive et plus fautive, ignorant qu'il y en a eu plusieurs (et méconnaissant mes études aux CN 38 à 40) ! Plusieurs mentions de mes travaux figurent pourtant dans l'introduction de Gerson dont : "Patrice Guinard's online Corpus Nostradamus provides a trove of well-documented articles." (p. xix). Mais le traducteur n'en aura pas profité. L'ouvrage médiocre et peu utile a reçu l'aide et l'appui du ministère français des affaires étrangères ! C'est dans la logique anti-nostradamique obscurantiste nationale que de dissiper l'argent du contribuable au profit de travaux d'intérêt douteux, alors qu'aucune aide n'est ou ne serait accordée par un quelconque ministère, organisme public ou filiale culturelle à une édition fiable des oeuvres authentiques de Nostradamus ... en langue française ! et par les véritables connaisseurs de Nostradamus, ni hérauts ni prophètes en leur pays !
*
Jean-Yves Casanova Historiographie et littérature au XVIe siècle en Provence. L'oeuvre de Jean de Nostredame
TH. D. 1990, Montpellier 3 ; Turnhout, Brepols, 2012, 504 p.
2012 Édition critique d'un manuscrit inédit du frère de Nostradamus, en occitan et français, les Mémoires historiques (Arbaud Aix ms MO 122) dans son contexte historiographique et littéraire, celui de la langue et de l'identité provençale. m
*
L'ouvrage prend par endroits le ton culturellement arrogant propre à l'universitaire français. Comme souvent dans ce milieu de gens dressés à la psychanalyse, l'exercice consiste à déboulonner le Père, en la matière le seul existant, à deux têtes : Chabaneau et Anglade (1913), accusés d'avoir exagéré les falsifications de Jean dans son oeuvre historique, remarquant à juste titre que cacher, comme l'ont fait Jean et son neveu César, les origines juives des Nostredame pouvait à l'époque ne relever que de la prudence, comme l'inverse aujourd'hui, s'en inventer impudemment de fictives. C'est ainsi que Casanova s'aventure héroïquement en quelques pages dans la biographie minée des Nostredame, avec comme seul bagage quelques autorités qu'il a pris soin de sélectionner non ésotériques, à savoir Busquet et partiellement Leroy, ignorant Leroy 1963, Lhez 1968, ainsi que la réédition de l'ouvrage de Leroy, annotée en 1993 par Jean Delrieux. Il en ressort une biographie aussi succincte que confuse qui confond encore Vidon Crescas alias Pierre de Notre-Dame avec Guy Gassonet, et fait naître Jean en 1522 ignorant les testaments successifs de son père Jacques, et confondant Jean avec son jeune frère du même nom décédé à 12 ans. La conséquence de cette dernière bévue est un décalage inquiétant dans l'ensemble de ses conclusions et filiations littéraires.
*
Maurice Bois Michel de Nostredame et le discours obsolète sur Nostradamus
Québec, GID, 2014, 264 p.
2014 Après son ouvrage paru en 1991 sous le pseudonyme de Mathieu Barrois, l'auteur reprend, corrige et amplifie son interprétation de l'épître à Henry II, divisée en 58 segments (p.77-194), la plus consistante à ce jour bien qu'encore insatisfaisante, précédée de l'explication de quelques quatrains et suivie d'une analyse astucieuse mais non convaincante des 2 chronologies (p.197-214), avec un point d'arrêt en 2039, mais sans tenir compte de la 3e chronologie parue dans l'Almanach pour l'an 1566, ni de mes analyses parues au CURA. nn
*
Interprétation de quelques quatrains dont III.56 (évaluation d'itinéraire aller-retour en lieues), les quatrains datés X.91 (élection de Clément X en 1669-1670), VIII.71, VI.2 (les 5 premiers Bourbons), I.49 (Pierre le Grand, d'après Dumézil), VI.54 (1557 d'après Prévost), III.77 et X.72, les quatrains IX.59 (Louise de Mercoeur, femme de Henry III, 1553), I.60, IX.20, P 1563.09 (l'affaire Ben Johnson), V.83 (idem), V.92 (Pie XI), IV.89.
Résolution astucieuse du passage sur les intervalles planétaires dans l'épître à Henry II (p.212) tout en ignorant leur nature (rétrogrations) par disposition anti-astrologique maladive, mais déjà exposée au Ramkat de Benazra en 2003. L'auteur critique Brind'Amour parfois injustement et pour de mauvaises raisons, et d'autres pour de meilleures, mais cite rarement ses sources hormis celles qu'il vilipende. En bibliographie, une liste minimaliste avec un mea culpa sur ses propres essais de 1990 et 1991, et un commentaire de mon ouvrage de 2011 qui démarre ainsi : "L'auteur défend courageusement sa conviction d'avoir décelé un don de voyance auditive chez NDM. Il expose avec brio les liens entre l'histoire et les quatrains de la huitième centurie, mais avec un souci du détail qu'on aimerait bien croire toujours juste et pertinent." (p.258), avant invectives sur trois quatrains, dont la seconde totalement injustifiée (quatrain VIII.77) en attendant qu'il en fournisse ses lumières.
☺☺
Patrice Guinard Nostradamus traducteur : Horapollon et Galien
Paris, BoD, Février 2015, 268 p.
2015 Édition critique des deux traductions connues de Nostradamus : le livre des hiéroglyphes du grammairien alexandrin Horapollon (ms fr. BNF 2594) et un traité didactique de Galien (édition Antoine du Rosne, 1557). Elle regroupe mes études relatives à ces traductions : CN 166, 167, 28, 29 et 91 (Horapollon) et CN 67, 68 et 69 (Galien). o
*
☺☺☺
Patrice Guinard Nostradamus occultiste : Codes et Procédés de chiffrement dans l'oeuvre de Nostradamus
Paris, BoD, Mars 2015, 300 p.
2015 Nostradamus affirme le caractère occulte de sa doctrine et de son oeuvre : "occulte prediction / occultes vaticinations / vertu occulte / occulte Philosophie / proprieté occulte / cause occulte, etc." (Épître à César). Quelques avancées donc, en un quatrième (et dernier ?) volet des études nostradamiennes : les procédés de chiffrement, après la recherche bibliographique (2008), l'interprétation des quatrains versifiés (2011) et l'édition critique (février 2015). o
*
Contenu : introduction, CN 175, 176 et 177 (Testament), CN 19, 159, 169, 90 et 168 (codage), CN 178 et 193 (actes notariés inédits), CN 174 (lettre à Catherine), CN 15 §, 162, 126, 110, 51, 93, 54, 163, 48, 84, 63 et 98 (interprétation de 15 quatrains : P.55.0, VI.100, III.99, IX.44, I.35, X.39, VI.23, III.86, IV.88, VIII.69, IV.33, I.84, I.16, I.52 et VIII.77), CN 33 (épître à César), CN 112 (cycles) CN 28 § (codage de l'Orus).
0
Simon Dagenais "Les almanachs de Nostradamus: modèle de l'almanach du XVIe siècle", in L'almanach de Mathieu Laensbergh : l'émergence d'une marque (XVIIe-XIXe siècles)
TH D d'Histoire, Université du Québec, Montréal, 2016, 565 p. (chap. 2.2, p. 83-94)
2016 Quelques pages sur les Almanachs de Nostradamus, après une lecture rapide et mal digérée de Brind'Amour. Quelques poncifs sur les almanachs de Rabelais (CN 53), et sur Nostradamus : un comble d'ignorance pour un travail de type universitaire. q
Laensbergh
Le québecquois ne connaît que 5 almanachs "authentiques" de Nostradamus dont 1 voire 2 contrefaçons (note 19 p.86) ; il ignore totalement ses pronostications et pointe la disparition des présages journaliers dans le calendrier de l'almanach pour 1566, alors qu'il en contient justement les plus étoffés (p.92) ! Cf. aussi le ridicule de la note 24 qui attribue à Nostradamus des éléments rajoutés dans des contrefaçons. Au final une ignorance crasse du texte nostradamien qu'il aurait été salutaire, par décence cognitive, d'écarter de son sujet.

 
Retour à l'index
Bibliographie
Retour Nostradamica
Accueil CURA
 
 
Patrice Guinard: Catalogue de littérature nostradamique III
http://cura.free.fr/dico8art/1508-BCN3.html
10-10-2010 ; last updated 06-12-2018
© 2010-2018 Patrice Guinard