CORPUS NOSTRADAMUS 5 -- par Patrice Guinard
 

Almanach pour l'an 1553
 
ville d'édition : Lyon ?
éditeur : ??
année : 1552

Videl: Declaration, ff.C2v-C4r
Chevignard: Présages, p.198
 

Quelques extraits supposés de l'Almanach

Laurent Videl est le seul à citer, explicitement et à plusieurs reprises, plusieurs présages de Nostradamus extraits de son almanach pour 1553. Il aurait existé un exemplaire de cet almanach, à ce jour introuvable, à la bibliothèque du musée Paul Arbaud à Aix (selon Parker, 1923, p.101). Le texte a pu être adressé à un grand seigneur, si ce passage de Videl se rapporte bien à cet almanach : "quant tu disoys que voloys dedier une oeuvre à un seigneur que lyre de Iuppiter ny saturne ne la sauroit abolir" (PP 0. ? ; f. C3r)
 

PP 1. O la grande calamité que nous attendons. (f.C2v)

PP 2. Je n'ose metre ce que l'occulte philosophie met, les incidies que l'on pourchasse a un Roy. (f.C3r)

PP 3. La France ne sera exemptée de flateurs & flaugoneurs. (f.C3r)

PP 4. Sylla [entrera] a la cité du soleil. (f.C3v)

PP 5. (au moys de Mars tu dis que) la nouvelle lune sera au signe de Cancer. (ff.C2v-C3r)

PP 6. (en) la nouvelle lune d'avril 1553 (tu dis que) sera fort humide & chaude (& apres tu dis) sec & non y ha aucune aparance de pluye. (f.C3v)

PP 7. (En la dite année au moys d'octobre tu avoys dit qu') il feroit une maladye portant grand eschaufement en sorte que tant plus on beuroit que tant plus l'on seroit alteré, & inflammé.
 (ff.C3v-C4r)
 
 

Commentaires sur le texte de Nostradamus

On pourrait rapprocher les incidies (incisions, entailles, coups de couteau) du présage 2, aux opérations chirurgicales qui ont suivies l'accident du roi Henry II, ou encore à l'assassinat de son fils Henry III, à Saint-Cloud, le 1er août 1589. De même l'évocation de Sylla, au présage 4, conviendrait assez bien à Henry IV, l'un et l'autre ayant été la cause d'une guerre civile ou de l'aggravation des conflits, et ayant marché sur la capitale de leur pays, qui sur Rome, qui sur Paris. Cependant le personnage de Sylla n'apparaîtra plus dans les présages en vers des almanachs, ni dans les quatrains des Prophéties.

L'astrologue ou astrophile Videl cite à plaisir les contradictions (présage 6) et les erreurs techniques (présage 5) de Nostradamus. En effet une nouvelle lune en Cancer pour le mois de Mars est une configuration astrologique absurde. Il se peut qu'il s'agisse d'une coquille. On sait par ailleurs que Nostradamus ne calculait pas lui-même les positions planétaires de ses almanachs, qu'il utilisait des éphémérides, et notamment pour ses premiers textes celles de Niccolò Simi (1530-1564), calculées sur le méridien de Bologne, et surtout qu'il ne les adaptait pas au méridien local, de Lyon, de Paris ou de Salon.

Il n'y a aucune raison de remettre en cause le témoignage de Videl en ce qui concerne l'existence de cet almanach. En revanche il n'est pas du tout certain que Nostradamus ait fait publier invariablement, à partir de cette date et jusqu'à sa mort, deux séries de présages, c'est-à-dire un almanach et une pronostication.

Baudrier (vol. 11, pp.72-73) signale un opuscule anonyme, Almanach & pronostication pour l'an 1553, paru à Lyon, chez les frères Francoys et Benoist Chaussard. Il s'agit d'un petit in-octavo, allongé, imprimé en caractères gothiques, rouges et noirs, dont le frontispice, "en fort mauvais état, trouvé collé sur la garde d'un livre", a été découvert par un certain Jubin. Le mot almanach est entouré d'un petit fleuron couché, orienté à gauche puis à droite.
 
Baudrier, Bibliographie, vol.11, p.72

Baudrier note, sous le titre, la présence "d'une vignette représ[entant] un astrologue debout regardant la lune, le soleil et les étoiles, dans une lunette" et au verso "une vignette représ[entant] l'auteur écrivant sous la dictée du même astrologue, vignette copiée dans la suite et que l'on retrouve dans les éditions de Nostradamus."

Chomarat fait malheureusement de cet ouvrage la première entrée de son recensement (Bibliographie, p.11). Il est très improbable que cet opuscule, non signé, soit à attribuer à Nostradamus. Il pourrait s'agir plus vraisemblablement d'une adaptation d'un opuscule britannique, car les almanachs & pronostications, Outre-Manche, étaient habituellement publiés en un seul volume. En outre le commentaire de Baudrier concernant l'iconographie des éditions de Nostradamus est surprenant, car on ne connaît aucune édition de Nostradamus au XVIe siècle  représentant un astrologue à la lunette, ou représentant deux astrologues travaillant ensemble, pas plus que Baudrier lui-même n'en signale dans son remarquable catalogue.
 
 

Retour à l'index

Bibliographie

Retour Nostradamica

Accueil CURA
 
   http://cura.free.fr/dico-a/602B-alm1553.html
   08-02-2006 ; last updated : 15-08-2014
   © 2006-2014 Patrice Guinard