CORPUS NOSTRADAMUS 181 -- par Patrice Guinard

Les publications de l'année 1561 pour l'an 1562
 

1561 est une année sombre pour Nostradamus. En avril, les émeutes des Cabans de Salon l'obligent à se réfugier pour quelques mois à Avignon, et à la fin de l'année il est arrêté et mis sous protection de son ami Claude de Savoie, gouverneur de Provence (décédé à Caderache le 23 avril 1566 : cf. CN 97). En janvier, c'est la tenue des États d'Orléans, avec la mise en place d'ordonnances royales qui ne seront entérinées à Paris qu'en septembre. L'article 26 des Ordonnances de Charles IX, données à Orléans en janvier "1560" (i.e. 1561 nouveau style) et rédigées par Michel de L'Hospital et son équipe, interdit d'imprimer et de vendre des almanachs contenant des prédictions à moins d'être justifiées par l'astrologie et soumises aux autorités ecclésiastiques. L'article 26 ne visait pas l'astrologie mais précisément la prédiction brute hors astrologie : "Et par ce que ceux qui se meslent de prognostiquer les choses advenir, publient leurs almanachz & prognostications passans les termes d'Astrologie, contre l'expres commandement de dieu, Chose qui ne doibt estre tollerée par Princes Chrestiens, Nous defendons à tous imprimeurs & libraires à peine de prison & d'amende arbitraire d'imprimer ou exposer en vente aucuns almanachz & prognostications que premierement n'ayent esté visitez par l'archevesque ou evesque, ou ceulx qu'ilz [sic] commettera, Et contre celuy qui aura faict ou composé lesditz Almanachz, sera procedé par noz juges extraordinairement & par punition corporelle." (in Ordonnances du Roy Charles Neufiesme à present regnant, faictes en son conseil, sur les plainctes, doleances & remonstrances des deputez des troys Estats tenus en la ville d'Orleans. Leuës & publiées en la Court de Parlement à Paris le Samedy treziesme jour de Septembre 1561, Paris, Vincent Sertenas pour Jehan Dallier et Maturin Breuille, 1561, f.B2v-B3r, p.6v-7r ; exempl. Munich). C'est peut-être la raison qui incitera Nostradamus, par précaution, à dédier directement son Almanach au pape Pie IV, le plus haut dignitaire de l'Eglise.

Assemblée des Etats d'Orléans, janvier 1561
 

Le moment semble propice à un assaut plus ou moins concerté sur l'opera nostradamica, à une déformation de ses oeuvres afin de les rendre inintelligibles, ou plus obscures qu'elles ne le sont originellement : opportunistes et marchands, idéologues et censeurs, secondés par faussaires et contrefacteurs, voire plaisantins et farceurs, rivalisent d'ingéniosité. Des fausses éditions des Prophéties sont datées de l'an 1561 (cf. CN 129). Nostradamus ne parvient pas à faire paraître son Almanach dédié au pape dans sa version originelle, mais des versions tronquées se substituent à elle. Même la Pronostication pour l'année 1562 est affublée d'une dédicace qu'il n'a pas écrite. Des oeuvres tronquées et falsifiées paraissent au nom de Nostradamus chez ses imprimeurs habituels : Antoine Volant à Lyon, secondé par le fils Brotot qui semble avoir subi quelques pressions, Guillaume Le Noir à Paris, inquiété pour ses convictions religieuses et qu'on associe à un Jean Bonfons. En Angleterre, le calendrier de l'Almanach va rechercher des quatrains vieux de sept ans.


181A Almanach nouveau pour l'an 1562
Lyon, Antoine Volant et Pierre Brotot, 1561

"Le Registre vert de la mairie de Salon contient une notice fournie par le maire au préfet, où l'on cite un acte notarié du 29 août 1561, par lequel Nostradamus donne quittance à deux imprimeurs de Lyon de vingt écus d'or, valant 222 francs d'aujourd'hui, pour la vente des Almanachs et Pronostications de 1562." (Buget, 1861, p.86). L'existence de cette édition lyonnaise Volant / P. Brotot est confirmée par un privilège daté du 13 octobre 1561 et accordé aux imprimeurs lyonnais Pierre Brotot et Antoine Volant, privilège qui concerne aussi la pronostication pour la même année (registres des Sentences de la Sénéchaussée de Lyon, Archives Dép. du Rhône: BP 446 f.248v, mentionné dans l'article de Laurent Guillo, "Privilèges d'almanachs lyonnais" in Cahiers Michel Nostradamus 3, 1985, p.42).

La version lyonnaise est introuvable. Les deux imprimeurs lyonnais mentionnés par Buget pourraient être Antoine Volant et Pierre Brotot, mais en octobre 1561, Nostradamus dit se méfier de Pierre Brotot, le fils de Jean récemment décédé (Lettre à Lorenz Tubbe, in Amadou et al., p.119).


181B Almanach nouveau pour l'an 1562
Paris, "Guillaume Le Noir" et Jehan Bonfons, [1562, ou 1563], in-16, 24 ff. (titre et calendrier en rouge et noir)

→ Chavigny, Recueil, 1589, pp.269-318
→ CAT de la Bibliothèque des Archives générales du Royaume, Bruxelles, Fr. Gobbaerts, 1882, n.3294
→ Ruzo, 1975, p.342 (d'après son exemplaire : 82 × 117 mm)
→ Saint-Hilaire, Ainsi parla Nostradamus, Bruxelles, Rossel, 1982, p.13 (signale l'exemplaire de Bruxelles)
→ Chomarat, 1989, n.48 ("16 pages" ! ; signale 2 ventes, probablement d'un même exemplaire, en 1979 puis 1982 : 1500F chez Drouot et 9500F à la librairie Émile Rossignol)
→ Benazra, 1990, p.47-50
→ Brind'Amour, 1993, p.481 (citation fautive du 1er vers du quatrain au frontispice)
→ CAT Ruzo-Swann, Avril 2007, n.17 (vendu 2880 $ à Mario Gregorio)
→ exemplaire Gregorio en vente sur Marelibri 48.103 € en juillet 2010, et sur biblio.com 47.521 € en janvier 2011 !

 
° Bruxelles, Archives Générales du Royaume: LP 1921 (60 × 100 mm)
° exemplaire Ruzo vendu en 2007 à M. Gregorio (82 × 117 mm)


Almanach nouveau pour l'an 1562, exemplaire Bruxelles Almanach nouveau pour l'an 1562, exemplaire Ruzo-Gregorio
 

Le privilège d'imprimer (en C7r), accordé au seul Guillaume Le Noir et daté du 1er février 1560, même en jouant sur la date (ancien/nouveau style), est antérieur à la dédicace au pape Pie IV datée du 17 mars 1561 ! Et le privilège accordé au même Le Noir pour l'Almanach de l'année précédente était daté du 24 octobre 1560. Le faciebat n'est pas daté. L'année 1562 est celle de la fermeture des presses de Guillaume Le Noir et de la confiscation de ses biens, suite à l'impression d'un psautier d'inspiration protestante (selon Nina Catach (1923-1997), L'orthographe française à l'époque de la Renaissance, Genève, Droz, 1968, p.219 ; cf. aussi Philippe Renouard (1862-1934) qui mentionne l'année 1563 dans ses Documents sur les imprimeurs, libraires, cartiers, graveurs ... ayant exercé à Paris de 1450 à 1600, Paris, Champion, 1901). Cet almanach serait une contrefaçon, probablement imprimée par Jean Bonfons à partir de l'original lyonnais, et vraisemblablement avec le matériel d'imprimerie de Le Noir. Les quatrains sont authentiques, vraisemblablement une reproduction de ceux imprimés à Lyon. C'est une édition hâtive et trafiquée à partir de textes nostradamiens authentiques, une édition bâclée et tronquée : aucune lettrine ni fleuron ; les présages pour janvier tiennent sur trois pages, ceux de février sur deux pages, ceux de mars sur un peu plus d'une page, ceux d'avril sur deux tiers de page !

Rappelons que ce Bonfons, déjà rencontré dans l'univers des contrefaçons pseudo-nostradamiques, est l'imprimeur d'une Pronostication peppetuelle [sic] de Pierre Verney mise au nom de Nostradamus (cf. CN 54) ainsi que de faux pseudo-rabelaisiens (cf. CN 53). L'éditeur populaire Jean Bonfons (ca. 1543-1566) succède à son beau-père Pierre Sergent rue Neuve Nostre Dame à l'enseigne Sainct Nicolas. Sa veuve Catherine Sergent prend sa succession pour quelques années (ca. 1568-1572), publie le TFC de l'imposteur Mi de Nostradamus vers 1569 (cf. CN 09), avant de passer le relais à leur fils Nicolas (ca. 1572-1609) (Renouard, 1898 et 1926). Nicolas Bonfons fait paraître en 1575 La description du dernier jour, avec le jugement de Dieu, selon l'Evangile & les propheties [lesquelles ?] d'Alexandre Le Sylvain alias Vandenbuschi, une édition du Livre d'Arcandam (Du Verdier, p.87), et un traité de Jean Maria Coloni, un imitateur de Nostradamus.


Composition de l'almanach :
- A1r : page de titre avec quatrain
- A1v-A8v : calendrier avec quatrains mensuels (15 pages)
- B1r : fêtes mobiles (an 5529 de la création = 1562)
- B1v : blanc
- B2r-v : "Presage sommaire de l'annee"
- B3r-B4r : dédicace au pape Pie IV, datée du 17 mars 1561 (3 pages)
- B4v-C2v : "prédictions" mensuelles (13 pages)
- C3r-v : présages lunaires : "En Scorpio il est bon de se purger par breuvaige, garde toy de nager en l'eaue."
- C4r : "Temps des Nopces" et éclipse lunaire du 15 juillet
- C4v-C5r : présages météorologiques mensuels (selon le tonnerre ; rappelle les présages akkadiens des séries dédiées au dieu Adad)
- C5v-C6v : agenda des foires (fautif pour les foires lyonnaises d'Août et de la Toussaint : "4 août" pour le 3, "4 novembre" pour le 2)
- C7r : extrait du privilège signé De Courlay


  Almanach nouveau pour l'an 1562, quatrains
 

Transcription des présages du calendrier (et fac-similé du calendrier et des quatrains) :

JANVIER
1. Froid picquant
2. Pluye, Neige.
3. Temps de pluye long.
4. (NL) à 7 h. 10 mi. ap.
5. Concorde parfaicte
6. Plus ne sera veu.
7. De mal en pis.
8. Captive soupson.
9. Ennemis apparens
10. Changement de temps
11. (PQ) à 9 heu. 37. m. ap.
12. Par deux grands, grand cas.
13. ---
14. Pluye de retour.
15. Regne paisible.
16. Freres unis i [sic]
17. Tranquille confede.
18. Mauvais temps.
19. Felice heure noct.
20. (PL) à 2 heu. 24 mi. a.
21. Menasse lointaine.
22. Non fidendum.
23. Promesse grande.
24. Iour tresfelice.
25. Nuptiae magne.
26. Froid sec.
27. (DQ) à 3 heu. 7 min. a.
28. Par negligen. perdu
29. Felice voyage.
30. Bon elire magistrat
31. Par despit s'en ira.

FEVRIER
1. Bon jour & tarde
2. Conseil d'ennemis
3. (NL) à 6 h 26 min. ap.
4. Variation de temps.
5. Brouillas espais.
6. Vent de north.
7. Peu appaisé.
8. Non te fidar.
9. Preparatio nuptia.
10. (PQ) à 6 heu. 9 min. ap.
11. Ingens oscitatio.
12. Temps muable.
13. Linguae pernicies.
14. Tout appaisé par convive.
15. ---
16. Temps doux, paisible.
17. Novum genus morbi
18. (PL) à 6 heu. 50 mi. ap.
19. Catharres, reumes
20. Forte apoplexie.
21. Division deleciton [sic].
22. Presche mesprisé.
23. La nuict desrobé.
24. Tout changé.
25. (DQ) à xi heu. 14 mi a.
26. Cas de feu & froid.
27. Change de langue.
28. Dechassé de la chai.

MARS
1. Pluye, froid, & vent
2. Prepar. de voiage
3. Expedition de legat
4. (NL) à 6 heu 29 min. a.
5. De captives & capti.
6. Temps amiable
7. Dame à freres unis
8. Pourchas de haine.
9. Iamais n'y entrera
10. Presche agreable.
11. Pluye de retour.
12. (PQ) à 2 heu. 5 min. ap.
13. Changement de temps
14. Per eadem mala.
15. Quelque grandiss. cas
16.  estre aux pieds.
17. Temps moderé.
18. Virgo non virgo nu.
19. Non erit quod erit
20. (PL) 8 heu. 1 min. d.
21. Ennemis approch.
22. Haine ouverte.
23. Ex conjunctio. mors
24. Divitis opulen. divi.
25. Dieu gard(e) de gelee
26. Iugement inique.
27. (DQ) à 6 heu 7 min. d.
28. Loquentur de eo.
29. Pasques au feu.
30. Temps muable.
31. per eadem en prison
AVRIL
1. Fin de mal.
2. Non erit uti spera.
3. (NL) à 7 heu. 27 m. d.
4. Temps doux, paisible
5. Felix conjunctio.
6. N'en sera jamais.
7. Par fraternité cenolente d'un.
8. ---
9. Truculente response
10. Classe apprestee.
11. (PQ) à 8 heu 2 min. d.
12. Temps moderé
13. Iamais mau. juge.
14. Maladies nouvell.
15. Changement de temps.
16. Froid sec.
17. Nopces agreables
18. (PL) à 6 heu. 2 min a.
19. Nupta vidua.
20. Bas, bas, hault.
21. Division accordee.
22. Dieu preserve le bien
23. Neige, brouillas.
24. Pluye, pluye longue
25. (DQ) à 10 heu 2 mi ap.
26. Advertir du mal.
27. Legation captive.
28. Response furieuse.
29. Bon temps
30. Bonne fin de moys

MAI
1. Beau jour, bon ef.
2. (NL) à 10 he. 3 min. d.
3. Dames en union.
4. Present recompense.
5. Iour bon paisible.
6. Confusion confusion.
7. Don Royal.
8. Cocus, cocus beau.
9. Demis de ses estas
10. Chault & sec.
11. (PQ) à 4 minu. apres.
12. Temps maladif.
13. Froid & sec
14. Inimicitia vindic.
15. Opulenti hereditas.
16. Prestres mal contens
17. Froid, pluye, vents
18. (PL) à 12 he. 29 m. a.
19. Nouvelle suscitation
20. Pluye & mauvais
21. Temps en chault.
22. O quelle secrette conspiration
23. ---
24. (DQ) à 4 heu 5 mi. a.
25. Temps chault.
26. Bon temps, frais
27. Expedition de nouvelle guerre
28. ---
29. On ne saura à qui.
30. Desir de mort.
31. Foy rompue.

JUIN
1. (NL) à xi h. 30 mi. a.
2. Folle entreprinse.
3. Vnion louable.
4. Recours es bons.
5. La France pacifique
6. Ravissement.
7. Conseil d'abandonner
8. Pernicieuse malad(ie)
9. (PQ) à 2 heu. 0 mi. d.
10. L'air eschauffe.
11. La mort de trois pl.
12. La piteuse nouvel(le).
13. Ope forte non med.
14. Changement de temps.
15. Grand né voyager.
16. (PL) à 9 heu. 23 min. d.
17. Monarque exalte.
18. Peuple en exulta(tion).
19. Classe barbare ve.
20. Par violence ravy.
21. Chault & sec.
22. Beau & bon temps.
23. (DQ) à 2 heu. 25 min. d.
24. Pour femmes bon
25. Femme exaltee.
26. Edictz non edictz.
27. Grand cas commis.
28. Vnion tresagreable.
29. Roys et prelats
30.  accordez unis.
JUILLET
1. (NL) à 1 heu. 2 min. ap.
2. Vent chault.
3. Variation de temps.
4. L'unique non plaint.
5. Ravissement.
6. Maladies croissant
7. Bon jour.
8. En adultere trouvé
9. (PQ) à 1 heu. 7.min. ap.
10. Nopces refusees.
11. Ennemis descou(vert).
12. Venin poison trou(vé).
13. Pille animale.
14. Foy rompue & pu.
15. (PL) à 4 heu. 7 min. ap.
16. D'office demis.
17. Change d'estats
18. Pluye, tonnerre
19. Principe de exile.
20. Nescit quo vadat.
21. Chault extreme.
22. Sauterelles.
23. (DQ) à 3 heu. 10 min. d.
24. Iour de bonne allian(ce).
25. Non amplius erit.
26. Temps bon paisible.
27. Bien vestu bien pris
28. Non gueres garde.
29. Rien refuse.
30. Tonnerre horrible.
31. (NL) à 5 heu. 30 min. d.

AOUT
1. Maladies pestilen.
2. Mutation de temps
3. Changement d'estats
4. Garde le serviteur.
5. Mariage rompu.
6. Pluye & froid piq.
7. (PQ) à 9 heu. 37 mi. a.
8. De mort profit.
9. Damnable peregrin.
10. Demis d'estats d'off.
11. Pluye troub. voyag.
12. Decouverte volerie
13. De bonne heure finy
14. (PL) à xi heu. 47 d.
15. Tormente aëree
16. Feu, gresle, tonnerre
17. Temps ardent
18. Vieil grand mal con.
19. Les dieux d'espoir.
20. Difficile nuict
21. (DQ) à 5 heu. 40 min. a.
22. A trois bonne raison faicte
23. ---
24. Changement de temps.
25. Thresor decouvert.
26. Vnus qui restituet
27.  libertatem patriae, &c.
28. (NL) à 8 heu. 7 min. ap.
29. Infirmitez pestilentes
30. Empechable.
31. Armees de mer, & terre.

SEPTEMBRE
1. Ennemy de [France] frape
2. La mort d'he.
3. Redite ne adviendra.
4. Subornation volee
5. bonnes menees
6. (PQ) à 4 heu. 21 min. d.
7. Perilleux voyage.
8. Pater liber trempe.
9. Bachus par nymphus
10. cendre bien la.
11. (PL) à 9 heu. 59 min. a.
12. Assaillant captif.
13. Rouge, ruze, juge, juste.
14. Pie debonnaire,
15. Exultation de peup(le).
16. Chault fort.
17. Tonnerres, eclistres.
18. Terrible temps.
19. Bonne vendenge.
20. (DQ) à 3 heu. 3 min. a.
21. Roy et prelat desaccord fort.
22. ---
23. Bon temps.
24. Esté de retour.
25. Maladies terribl(es).
26. Changement de temps
27. (NL) à 12 h. 40 min. ap.
28. Promesses constantes
29. Nouveau fruict.
30. Vaine esperance.
OCTOBRE
1. Mort de gr(and). prelat.
2. Esleu preter spem.
3. Vng seul contre tous
4. Blessé prelat. Iuge.
5. (PQ) à 10 h. 1 min. d.
6. Bonnes nouvelles.
7. Male charge.
8. Vng petit printemps.
9. Triste entreprise.
10. Malheureux acte descouvert.
11. ---
12. (PL) à 10 he. 13 min. d.
13. Severe parole
14. Honte descouverte
15. De trois l'un demis
16. Voyage interrompu
17. Changement de temps
18. Ce qu'on pourra se.
19. Descouverte tost co
20. (DQ) à 8 h. 10 min. d.
21. Contra erit historiam
22. Hominum vestigia
23. Garde le bien.
24. Proche de la mort.
25. Demande refusee.
26. Le grenier non gre.
27. (NL) à xi heu. 40 min. d.
28. Entreprise pour trahison
29.  descouverte.
30. Perdra la veue.
31. Ad regnum, ad regnum

NOVEMBRE
1. Injustement jugé.
2. Ne se osera approc(her).
3. (PQ) à 6 heu. 3 min. ap.
4. Longue pluye.
5. Exilement damnable
6. Bien & mal advenu
7. Roy, Roys paix un
8. Temps paisible de m.
9. Discorde insuppor(table).
10. (PL) à 1 heu 10 min. d.
11. Capitai(ne) en faveur.
12. Conspiration loingt(aine).
13. Sang par sang mac(ulé).
14. Prelats & Capitaines accordez.
15. ---
16. Demy deluge.
17. Appaisement de temps
18. Encor desaccord.
19. (DQ) à 4 heu. 7 mi. d.
20. Oreilles de mydas
21. Occasion à ce que s'ensuit.
22. Cela sera.
23. Conclud, arresté, de.
24. Non longior hora.
25. Venenum in auro b.
26. (NL) à 0 deg. 3 m. ap.
27. La voix d'un chacun.
28. Ne se fera rien qui
29.  soit accordé.
30. Delaisse pour mort

DECEMBRE
1. Bout pour rases.
2. Derision grande.
3. (PQ) à 3 heu. 1 min. d.
4. Entreprise brieve.
5. Trois dehors.
6. Quelque grand cas
7.  incroiable de bon(heur).
8. Triste affublement
9. (PL) à 7 he. 16 mi. ap.
10. Roys & prelats.
11. De grand discord.
12. Assez bon jour
13. Ravissement nocturne
14.  bien grand.
15. Rapt non rapt.
16. Eschappé de danger
17. mal sur mal adu.
18. (DQ) à xi heu. 12 m. a.
19. Ennemis en embl.
20. Mariage fraude.
21. La cité contre trois.
22. Non sine à gloria
23. Preparation à estraines grandes.
24. ---
25. (NL) à xi he. 12 m. ap.
26. Sera quelque
27.  grandissime cas.
28. Mauvais temps froid
29. Glas surprins.
30. Delivré de captivit(é).
31. Defaillir en dorm(ant).


  Transcription de la dédicace au pape Pie IV d'après l'imprimé :


LES PREDICTIONS DE L'ALMANACH DE L'ANNEE 1562
Contenant les declarations d'un chascun moys de l'an.
Consacrez à nostre sainct pere, le pape Pie quatriesme de ce nom,
composez & calculez par M. Michel Nostradamus,
docteur en Medecine, de Salon de Craux en Provence.


PIO IIII PONTIFICI MAX(IMO) [Au très grand pape Pie IV]

Tressainct Pere, vostre Saincteté ne prendra en mauvaise part, si à present j'ay voulu
prendre la hardiesse de vouloir consacrer à V. S. [Votre Sainteté] ce mien Ephemeris, auquel est contenu la
universelle declaration de l'annee 1562 selon le vray & parfait jugement des astres. Et pource
que la presente annee depend totallement pour le fait de la Religion Chrestienne, & que la
vostre saincteté est comme pere deffenseur & vray protecteur, joint icelle conjonction de Saturne
& Mars que est, comme plus à plain est declairé par le contenu de la preface, consacree à
vostre sainteté Iupiter estant inferieur qui presage
[B3r]

pour le fait de la spiritualité, plusieurs tristes & incroyables adventures non gueres dissemblables
aux grandes conjonctions que se font de Saturne & Iupiter au commencement d'Aries
qui se font de 960 ans, & par la seconde qui se fait au commencement d'une chascune triplicité
comme sont celles que s'ensuyvent & qui s'aprochent de 240 ans, pource que telles malignes
conjonctions se font communément à une chascune triplicité douze fois plus ou moins, &
quelquefois treze. Toutefois entrant d'une triplicité en autre : mais veritablement celles
conjonctions que s'ensuyvent, presagent de choses grandes advenir pour le fait principalement des
substances de l'eglise, & aussi que plusieurs des citez du pays Italique, se rebelleroyent envers
leurs monarques & dominateurs, combien que pour le faict de la foy & religion le pays d'Italie
en sera peu molesté, & aussi joint que souz vostre sainteté toute la chrestienté depend que plus
à plain pourra veoir tant par le contenu d'un chascun moys, comme par le sommaire que j'ay calculé
dans la presente preface manifestant jusques à l'an 1570 là environ que au commencement de
ma calculation j'ay communiqué à la sereniss(ime) majesté de la Royne mere regente de France,
monarque de incomparable debonnaireté. Doncques pere tressaint vous plaira prendre en gré,
ce mien exigue labeur annuel, esperant en brief
[B3v]

faire entendre à V. S. oeuvres de plus longue duree, priant au seigneur Dieu eternel, que par long
temps puissiez estre veu regner en terre, à la universelle pacification de la Chrestienré [sic : Chrestienté] dependante
de vostre tressainte & infinie misericorde, que puisse reduire l'univers en paix, amour,
union, concorde & perpetuelle tranquillité. De Salon de Craux en Provence ce xvij [17] de Mars
1561. Par vostre treshumble tresobeissant serviteur observateur de vostre sainteté. M. Nostradamus.
[B4r]


Cet almanach de textes nostradamiens, une contrefaçon parisienne (une de plus), est l'un des rares textes dont plusieurs exemplaires ont été retrouvés. Quoique fort semblables, ces exemplaires, celui de Bruxelles (en noir et blanc aux images) et celui de Ruzo (en couleurs), ne sont pas strictement identiques. En effet j'ai relevé quelques différences minimes dans le calendrier, par exemple en A4r, en A7v aux 11 et 12 novembre, ou encore aux bas de A7v et haut de A8r : "Eugene" (Bruxelles") vs "ungene" (Ruzo), et "Hugues" répété par erreur pour le 18 novembre (Bruxelles) décalant tout le calendrier jusqu'au 28 novembre où "Vigile" est omis. L'exemplaire Ruzo serait un retirage corrigé de l'exemplaire de Bruxelles, ou l'inverse. Je n'ai relevé aucune différence significative aux quatrains, ni dans la suite du texte. En revanche la Saint-Martin est bien le 11 novembre et l'entrée du Soleil en Sagittaire le 12 -- ce qui invaliderait l'inversion de l'exemplaire Ruzo, à moins que cette inversion soit voulue et que ce Martin perturbateur du calendrier liturgique catholique évoque pour le lectorat de Jean Bonfons le spectre du frondeur protestant.

  Almanach nouveau pour l'an 1562, comparaisons exemplaires, Bruxelles puis Ruzo, A4r Almanach nouveau pour l'an 1562, comparaisons exemplaires, Bruxelles puis Ruzo, A7v Almanach nouveau pour l'an 1562, comparaisons exemplaires, Bruxelles puis Ruzo, A8r
 

Une version manuscrite de l'Almanach est heureusement connue. C'est le seul almanach et même le seul texte de Nostradamus dont on a retrouvé la version manuscrite, laquelle, transcrite par Chevigny, le secrétaire de Nostradamus en 1561, est passée de la Bibliotheca Ebneriana du diplomate et érudit Hieronymus Wilhelm Ebner von Eschenbach (1673-1752) dans la collection de l'abbé Rigaux (vente de 1931) puis dans celle de Michel de Bry (vente de 1966). J'ignore quel est l'actuel possesseur. Une copie légèrement modernisée à été effectuée par Hector Rigaux en 1906.


  Hieronymus Wilhelm Ebner von Eschenbach
 

181C Les praedictions de l'almanach de l'an 1562, 1563, et 1564
par Michel de Nostre Dame, Docteur en medicine
Faciebat M. Nostradamus, Salonae petreae provinciae XX aprilis 1561

ms fr XVIe, in-8, 230 pp. (1 f. n.ch., 4 ff. ch., 218 pp. ch. 5 à 222, et 1 f. bl. ; reliure en cuir de Russie rouge, fin XVIIIe siècle)

→ CAT Ebner (Bibliotheca Ebneriana), 1786, n.31 (in-8)
→ CAT Ebner, 1813, n.330
→ CAT Rigaux, 1931, n.40 (vendu 4000 F ; photos entre pp. 20 et 21 : faciebat Nostradamus & début "A tressaint Pere")
→ CAT de Bry (Etude de Me Etienne Ader), 1966, n.143 (p.68-70 + planche 48 : faciebat Nostradamus & début "A tressaint Pere")
→ Amadou, "Nostradamus au Pape Pie IV", L'Autre Monde, 103, 1986, p.26-27 (texte de la dédicace d'après une copie fournie par Ruzo)
→ Benazra, 1990, p.52-54
→ Amadou, 1992, p.405-410 (reproduction de la lettre manuscrite à Pie IV et de la dernière page du manuscrit d'après une copie fournie par Ruzo)
→ Visier, 1995, fac.sim. 5 (reproduction de la lettre manuscrite à Pie IV)
→ Brind'Amour, 1993, p.482 (qui se plaint de ne pouvoir accéder au texte : "nostradamistae Deam Mutam colunt". Mais c'est parfois préférable quand on voit
 ce que certaines brutes font du texte nostradamien !  Car, en ce domaine très sensible, des érudits fort honnêtes peuvent hélas engendrer les buses les plus achevées.)



  Les praedictions de l'almanach de l'an 1562, ms Ebner, début dédicace Les praedictions de l'almanach de l'an 1562, ms Ebner, fin dédicace et début présages 1562 Les praedictions de l'almanach de l'an 1562, ms Ebner, fin présages décembre
 

Le titre se trouve au verso du premier feuillet, accompagné d'une marque de possession au nom de Matthaeus Schmollius et d'une note manuscrite : "M(anuscrip)tum in originali ab auctoris ipsa manu rarissimum". En réalité le copiste n'est pas Nostradamus, mais son secrétaire de l'époque, Chevigny, dont l'écriture très lisible s'apparente à celle de l'auteur du Recueil des Presages prosaïques (Grenoble, 1589) rédigé par le même Chevigny (signant désormais Chavigny) vingt-huit ans plus tard. Le manuscrit contient néanmoins trois marques autographes de Nostradamus, au titre comme transcrit ci-dessus (depuis "Les praedictions" jusqu'à "XX aprilis 1561"), à la fin de la dédicace au pape Pie IV (depuis "XX Avril 1561" jusqu'à "XX aprilis M D L X I") et à la fin de l'ouvrage ("faciebat Michael Nostradamus Salonae petreae provinciae XX aprilis 1561 pro A [sic] anno 1562"), ainsi que quelques corrections manuscrites (pp. 25, 30, 37, 41, 45, etc. et p.55 : "quelque nommé hostis" corrigé en "quelque novus hostis", selon la notice du catalogue de Bry, p.69) et de la main de Nostradamus (ajout d'une demi-ligne p.53, correction p.55, et ajout de date pp.175, 191 et 208 selon Benazra).


  les 3 faciebats de Nostradamus au manuscrit de 1562
 

La dédicace au pape Pie IV est datée du 20 avril 1561 (et non du 17 comme dans l'almanach Bonfons falsifié), et on trouve une date interne dans le texte : le samedi 1er février 1561 à 6 heures du soir (page 19 du ms). Le manuscrit ne contient pas les quatrains du calendrier, lesquels étaient adressés séparément à l'imprimeur (cf. CN 08 et la lettre 6 de la correspondance de Nostradamus). Et malgré l'intitulé, il est essentiellement question des présages pour l'année 1562. Dans tous les almanachs nostradamiens, quelques incursions aux années suivantes étaient d'usage.

Composition du manuscrit :
- f.(1r) : titre, faciebat
- f.(1v) : blanc
- ff.(4) p.i-viii : dédicace "A tressaint Pere Pape Pie IIII", faciebat en viii
- p.5-36 : présages pour l'année
- p.36-51 : présages pour Janvier
- p.51-65 : présages pour Février
- p.66-78 : présages pour Mars
- p.78-96 : présages pour Avril
- p.96-112 : présages pour Mai
- p.112-126 : présages pour Juin
- p.127-145 : présages pour Juillet
- p.145-158 : présages pour Août
- p.159-175 : présages pour Septembre
- p.175-191 : présages pour Octobre
- p.191-208 : présages pour Novembre
- p.208-222 : présages pour Décembre, faciebat p.222
- f.(2) : blanc

Transcription de la dédicace au pape Pie IV d'après le manuscrit :

Ma transcription s'appuie sur la version manuscrite de Chevigny, avec quelques suppressions de ponctuation, trop fréquente à mon goût pour un texte de Nostradamus. En bleu : les quelques passages sélectionnés et arrangés dans la version Bonfons de l'almanach ; en brun : quelques nécessaires éclaircissements.


A tressaint Pere Pape Pie
IIII, Michel de Nostradame
son tresobeissant fils desire
paix, et felicité perpetuelle.



L'asseurance grande Pere tressaint, qu'ay euë de vostre humanité, accompagnee
d'un pareil desir de vous monstrer combien je suis affectionné à l'endroit de vostre
sanctiss(ime) Sainteté, de laquelle en toute reverence et humilité je baise les pieds :
m'a fait prendre la hardiesse de consacrer à vostredite Sainteté cette mienne
Ephemeride : en laquelle est contenue l'universelle declaration de l'annee 1562
selon le vray & parfait jugement des astres.
Car consideré que la totale signification
[i]

de ladite annee gist et consiste au fait de la religion Chrestienne, je n'ay peu
ny ay deu adresser ce mien petit labeur à autre qu'à la Sainteté de celuy à qui
plus le fait touche et qui est le seul appuy, le soustenement, l'Atlas de nostre
Republique Chrestienne. Lequel si je sçay estre receu d'icelle avec un tel
visage qu'il luy est presenté, je me mettray au devoir de luy monstrer à veuë d'oeil,
en moins de parolles qu'il me sera possible, une partie de ce que m'est plus evident
en la cognoissance astronomique des bruits, tumultes, guerres, meurtres, occisions,
trahisons, schismes, sectes, morts, maladies, dommages, destructions, et
autres detrimens indicibles qui nous
[ii]

pendent sur le chef soustenus seulement d'un filet : tels et si enormes que l'on jugeroit
l'universelle machine du ciel avoir du tout conjurer en nostre martire, misere,
affliction, et perdition : et que ce grand Createur trespuissant a comminé * aux pechés
de son peuple par les années passees, pour cellecy et les suivantes le punir tresaigrement.
Dont [Donc] estre plus que vraye la sentence de l'historien qui dit Tarde ad
vindictam sui divina procedit ira, tarditatemque supplicii gravitate
** compensat.*** Certes
il n'est possible de dire de bouche, ou mettre par escrit tout au long l'Iliade des
maux, qu'astronomiquement je voy, et dont les astres unaminement [unanimement] **** nous menacent.
Parquoy suffira legerement toucher les plus
[iii]

* comminer : fulminer, menacer
** "gravitat" dans la transcription Rigaux.
*** "La colère divine se porte lentement à la vengeance, et tout aussi lentement elle compense cette lenteur par la rigueur de la peine."
Lento enim gradu ad vindictam sui divina procedit ira tarditatemque supplicii gravitate pensat.
"Car la vengeance divine marche quelquefois à pas lents ; mais elle répare sa lenteur par la rigueur de la peine."
(Valère Maxime, Les actions et les paroles remarquables des anciens [Factorum et Dictorum Memorabilium Libri novem], trad. fr., Paris, Michel Brunet, 1713, I-24, p.24).
**** "unaniment" dans la transcription Rigaux.


grands points, et plus urgens, sans en faire autre expresse declaration. Laquelle chose
servira d'avertissement aux Princes Chrestiens et souverains dominateurs d'estre
en cet affaire vigilans, qui par leurs prudence, sagesse et bon conseil pourront beaucoup
detourner de miseres et calamités qui nous attendent, et faire que ne sortent à plein
effet les mauvaises influences celestes, tela previsa minus feriunt, ** avec toutefois
l'inefable grace et bonté de Dieu trespuissant Createur de toutes choses qui ne nous permet
jamais endurer et souffrir plus que nostre humaine imbecillité ne puisse porter.
Certainement la conjonction de Saturne à Mars (comme plus à plain je declareray
à la preface du present presage) Iupiter

[iv]

* "servir" / "leurs" / "nimus" dans la transcription Rigaux
** Tela previsa minus feriunt : "Les traits prévus portent moins." On trouve l'expression "Tela previsa minus feriunt sive ledunt" (ou affligent moins) au Sermon 30 (Cum venerit Paraclitus) de John Wycliffe (Sermones, ed. Johann Loserth, vol. 1, London, 1887, p.203)


estant enfermé * predit pour le fait spirituel plusieurs tristes et incroyables avantures :
non guere dissemblable aux grandes conjonctions de Saturne et Iupiter au
commencement d'Aries qui se font de 960 en neuf cens soixante ans et à la seconde
qui se fait au commencement d'une chascune triplicité ** comme sont celles qui
s'ensuivent et s'aprochent de deux cens quarante ans. Et telles malignes conjonctions
se font *** communement à une chacune triplicité douze fois plus ou moins
et quelquefois se font treize entrants d'une triplicité en autre. Et combien ****
veritablement telles conjonctions presagent tousjours de grandes choses advenir et
malheurs futurs : mais principalement

[v]

* Jupiter enfermé : à mi-distance de Saturne et de Mars au 1er janvier de l'année ?
** Le cycle des conjonctions de Saturne et Jupiter en triplicités est d'environ 240 ans en chaque Élément (et d'environ 960 ans pour l'ensemble du cycle des quatre éléments : Eau, Feu, Terre, Air). C'est une donnée importante du système astrologique d'Albumasar. Il est repris par Turrel dans son Periode (f. E4v sq.) puis en 1550 par Roussat, sources d'inspiration de Nostradamus (cf. CN 160 et CN 176). La dernière conjonction en triplicité d'Eau a lieu, non en 1562, mais le 25 août 1563 à 29° du Cancer.
*** adjonction de "au" dans la transcription Rigaux
**** "combien" barré (probablement par Chevigny, habitué à arranger le texte de Nostradamus)


cellecy pour le fait des substances de l'eglise grande diminution et rabaissement de
puissance.* Plusieurs cités du païs Italique se rebelleront alencontre de leurs monarques
et dominateurs mais pour le fait de la foy et religion, le païs d'Italie en sera peu
molesté au regard de nostre France. Cecy et autres choses de grande importance et
future calamité pourra voir amplement vostre Sainteté par le discours et contenu
que j'ay fait d'un chascun moys de cette dite annee 1562 : comme aussi par le
sommaire que j'ay calculé en la preface suivante jusques à l'annee 1570 là environ. **
Laquelle preface au commencement de ma calculation je communiquay à la
serenissime Magesté de la Royne mere ***

[vi]

* Rigaux note en marge que la période de 240 ans, précédemment évoquée, appliquée de l'année 1561 à l'année 1801, mène aux règnes de Pie VI et Pie VII (intronisé en mars 1800), confrontés aux révolutionnaires français et à Napoléon, avec pour conséquence des papes prisonniers en exil et la confiscation des biens de l'Église.
** Cette période (1562-1570), associée à la dernière conjonction Jupiter-Saturne en Eau, correspond précisément aux trois premières guerres civiles françaises ayant précédé la Saint-Barthélemy.
*** Nostradamus aurait adressé son texte à Catherine de Médicis pour approbation.


Regente de France monarque d'incomparable débonnaireté. Donques Pere
tressaint faisant fin plaira à vostre dite Sainteté accepter et prendre en gré
ce mien petit labeur annuel, esperant en brief luy faire voir un euvre de plus
longue haleine et duree avec l'aide de Dieu. Cependant je prieray ledit
Seigneur souverain Createur et moderateur de toutes choses, eternel, incomprehensible,
que par sa divine clemence et bonté soyés veu par long temps gouverner,
regir, dominer et regner entour l'universelle pacification de la pouvre et affligee
Chrestienté
: laquelle à present agitee de vagues, flots, tempestes, orages et vens *
trescruels n'a autre phare, autre recours
[vii]

* "vents" chez Rigaux

et esperance qu'en la prudence * infinie de vostre Sainteté : laquelle accompagnee
de la faveur du Supernel puisse reduire l'univers en paix, union, amour,
concorde et perpetuelle tranquillité
: chose autant desirée comme necessaire
en ces jours pleins de pleurs et calamites inenarrables. De Salon de Craux en
Provence
ce XX Avril 1561.

Faciebat Michael Nostradamus Salonae petreae provinciae XX aprilis M D L X I
[viii]

* "de" barré au manuscrit


Nostradamus déclare avoir fait imprimer son almanach plus tôt qu'à l'habituelle afin de prévenir rois et princes de graves événements en préparation. Et en effet le 1er mars 1562 a lieu le massacre de Protestants à Wassy sous les ordres du duc de Guise, lequel déclenche la 1ère guerre civile en France : "Ie me suis avancé de mettre mon Almanach en lumiere devant temps, pour donner advertissement aux Monarques, si tels sinistres evenemens se pourroyent divertir. Et par cecy je connoy de plusieurs le definement approcher : laquelle chose si je vouloye mettre par escrit, comme bien je pourroye clerement, il en pourroit advenir quelque grand murmurement : & pource est meilleur pour le present de passer outre. Mais ô vous Rois & princes Chrestiens advisés & consultés avec plus doctes que moy : car je vous assure que sera un // des grands evenemens que jamais possible soit advenu, tant aux Princes seculiers que spirituels, que les grands maux qui s'aprestent." (ms Ebner, p.20-21) ... poursuivant que cet avènement dramatique est certain : "Et pour ce que telles avantures sans faillir adviendront, & ceux qui vivront m'en porteront plus ample tesmoignage, je l'ay voulu mettre par escrit à fin que puis apres ne soit imputé aux plus grands n'en avoir esté auparavant avertis. Et quelcun dira, De futuris non est determinata veritas [La réalité du futur n'est pas déterminée], mais quel que tu sois qui viens à branler la teste par meprisement & derision de mes escrits, tu le verras." (ms Ebner, p.26)


181D Reproduction très fidèle d'un manuscrit inédit de M. de Nostredame dédié à S. S. le Pape Pie IV
"Mariebourg" [Méricourt-l'Abbé], "Sub St Michaelis Invoc(ationem)" (à l'invocation de Saint-Michel) [Henri Douchet], 1906, vi + 113 pp.

→ CAT Waller, 1955, n.20052
→ Brind'Amour, 1996, p.555-556 (d'après un exemplaire d'Éric Calendrier de Montarlot)


° BU Uppsala ; BP Éric Calendrier ; BM Lyon: fds Chomarat 8252 (copie) ; Bib. CURA (copie présages)



  Reproduction très fidèle d'un manuscrit, Rigaux, 1906
 

Copie du texte manuscrit relativement fiable, légèrement modernisée et ponctuée, effectuée par l'abbé Hector Rigaux et précédée d'une belle préface rédigée en français ancien de style nostradamien, adressée au pape Pie X (1835-1914) et datée du 13 décembre 1906 (p.i-vi) : incipit : "La propheticque evocation, Tres Sainct Père, et, par permission divine, sensible enumération des evenements ..." ; explicit : "... préparant ainsy le moment où chascun esmerveillé à la veuë des faicts accomplis & de leur prophetique explanation, s'écriera : "Cy est la main de Dieu !" ". Rigaux y déplore la lâcheté d'une intelligentsia qui, détournée de l'essentiel, se voue à la futilité et au néant : "Soubs aspect de plus griesve faulte & plus calamiteuse obnubilation de l'intelligence des tant belles destinées & glorieuses prerogatives de notre nation, envisageons nasvrés le perfide & lasche bandonnement [condamnation] de nos debvoirs ; le coupable non-chaloir de l'humain intellect, tant vainement bouffi de vuide & boursouflé de faulse science philosophique, sous apparence néantmoins chimériquement positive & illusoirement materielle". (p.ii)


181E Pronostication Nouvelle pour l'an 1562
Lyon, Antoine Volant et Pierre Brotot, [1561 ? 1562 ou 1563], in-8, 12 ff.

→ Chavigny, Recueil, 1589, pp.319-332
→ CAT Du Fay, 1725, n.1350
→ CAT Selle, 1761, n.841
→ Buget, 1861, p.677
→ Brunet 4, 1863, c.106 (d'après le catalogue de Selle)
→ Claudin, Archives du Bibliophile, 276, avril 1892, n.252, p.12 (vendu 80 F)
→ Guillo, Cahiers Michel Nostradamus 3, 1985, p.42
→ Chomarat, 1989, n.49 (confus)
→ Benazra, 1990, p.50 ("Jean Brotot" !)
→ Brind'Amour, 1993, p.268 et 482
→ CAT Ruzo-Swann, Avril 2007, n.18 (vendu 6240 $)


° exemplaire Ruzo: 549 (114 × 173 mm, vignette 82 × 72 mm ; quelques marques manuscrites complétant un texte effacé), vendu en 2007 à la Maison Nostradamus de Salon (copie ecorpus ; copie Bibli. Nostradamus)

Pronostication Nouvelle pour l'an 1562, Antoine Volant et Pierre Brotot Pronostication Nouvelle pour l'an 1562, Volant et Brotot, pseudo-dédicace à Vauzelles Pronostication Nouvelle pour l'an 1562, Volant et Brotot, de la disposition de l'année 1562
 

Cette pronostication, malgré son estampille Volant/Brotot, est douteuse. Aucun privilège n'est mentionné. La dédicace, probablement falsifiée et adressée à Jean de Vauzelles (ca. 1495-1563), n'est pas datée, contrairement aux autres dédicaces d'opuscules nostradamiens similaires. Enfin au verso du dernier feuillet, Nostradamus aurait daté deux fois son texte à trois jours d'intervalle, les 15 et 18 avril : "De Salon de Craux en Provence. Ce 15 d'apvril 1561. Pour l'annee 1562. Faciebat M. Nostradamus Salonae petreae Provinciae xviij [18] Aprili 1561 pro anno 1562" (C4v). J'ai signalé le caractère apocryphe de cette épître dès 2003-2004 (cf. CN 32, CN 64, CN 23, etc.).

Composition de la pronostication :
- A1r : page de titre avec vignette
- A1v : almanach + jour des nopces
- A2r : éclipse de lune, présage universel de l'an 1562 (faciebat : "de mense Aprili 1561")
- A2v : préface "A Monseigneur ... Chevalier d'un vray zele" (dédicace non datée, destinataire non nommé !)
- A3r-B1r : De la disposition de la presente annee 1562 (4 pages)
- B1r-C1r : présages saisonniers (près de 9 pages)
- C1r-C4v : quartiers lunaires (plus de 7 pages)

L'abbé Rigaux avait établi une copie de ce texte, inconnue des bibliographes :


181F Pronostication Nouvelle pour l'an 1562
Méricourt-l'Abbé, Henri Douchet, 1905, 12 ff. → CAT Waller, 1955, n.20051

Transcription de la pseudo-dédicace (avec en rouge les passages suspects) :

A Monseigneur, frere & meilleur amy, que j'aye en ce monde, Chevalier d'un vray zele [1]

Combien que je ne vous aye jamais veu ne [ni] vous moy, sinon par visitations de lettres [2] l'un à l'autre
escrites, si est ce, que la grande conformité de noz esprits [3], par laquelle j'ay cogneu, que je n'ay
jamais sceu si bien deguiser mes Almanachs, ou Pronostications souz motz couverts & obscurs [4]
, que
ne les ayez descouverts & entenduz incontinent aussi bien que moy, comme quand j'eu mis, Lors
que un oeil en France regnera [5a]
. Et, Quant le grain de Bloys son amy tuera [5b], &c [etc.], & en infiny autres
passages. Cela m'a causé une si grande amitié entre nous deux, que je ne seray jamais en repos, que ne nous
soyons visitez par mutuelle presence. Et pource que je dedie mon Almanach à nostre Sainct Pere,
à present nommé Pie quatrieme [6]
, j'ay bien voulu à vous qui estes Ecclesiastique, vous dedier ceste
mienne Pronostication. Laquelle envoye pour vous presenter par Brotot [7], laquelle il vous plaira
accepter d'aussi bon coeur, que la vous presente.

L'entierement vostre frere [8] & meilleur amy
M. Michel Nostradamus, Docteur en Medicine de Salon de Craux en Provence, l'an
mil cinq cents soixanteun. Priant Dieu vous tenir en sa sainte grace, & moy en la vostre.


[1] Le destinataire n'est pas mentionné, ni par son nom Jean de Vauzelles, ni par ses titres, mais par une devise anagrammatique, certes usuelle dans les écrits du destinataire, mais qui n'est pas dans les habitudes de Nostradamus. Le ton de familiarité de la lettre, lui non plus, n'est pas habituel, et on ne connaît aucune liaison entre Nostradamus et Vauzelles, exceptée cette lettre.
[2] Rien ne corrobore ces échanges épistolaires dans la correspondance connue de Nostradamus.
[3] Le contrefacteur, car il s'agit certainement d'une contrefaçon, insiste sur les affinités intellectuelles entre les deux hommes, impliquant naturellement des affinités d'ordre confessionnel. Vauzelles, "fer de lance" de l'Église catholique militante à Lyon, en réalité adepte d'un catholicisme érudit et respectueux des Écritures, apparaît par cette dédicace proche des Réformés, probablement pour ses convictions nuancées. On ignore s'il a été inquiété, dans les dernières années de son existence, pour ses positions religieuses, peut-être jugées trop mitigées ou trop proches du courant évangélique par le militantisme ultra-catholique justement.
[4] Ce passage annonce les citations qui suivent, lesquelles ne se rapportent ni aux Almanachs ni aux Pronostications, mais aux Prophéties !
[5ab] Allusion aux vers 1 et 3 du quatrain III 55. Il faut lire "Et, quand [j'eus mis] Le grain de Bloys son amy tuera", mais cette lecture ne correspond pas aux éditions publiées avant 1561. Les éditions Bonhomme de 1555 (deux tirages), l'édition Du Rosne de 1557, et même la seconde édition dite "Du Rosne" et datée de 1557 (ca. 1560 ; cf. CN 106 et CN 120) ont "En l'an qu'un oeil" au vers 1 (et non "Lors que un oeil" qui ne satisfait pas la métrique) et "grand" non "grain" au vers 3. Et aucune édition ultérieure, même tardive, pas plus que Chavigny dans son Janus, ne présente cette version controuvée. Ainsi Nostradamus serait incapable de citer ses propres vers ... Le clin d'oeil des plaisantins qui ont rédigé "la dédicace à Vauzelles" est patent et trivial : "l'oeil", c'est selon eux celui de Henry II crevé par la lance du régicide Gabriel de Montgomery, réfugié en Angleterre (en terre protestante), et "le grain" est mis pour "l'orge" ou "le grain d'orge" puisque le comte Montgomery était Seigneur de Lorges.
[6] Cette mention de la dédicace de l'autre texte pour l'année 1562 est suspecte, surtout ainsi formulée au présent -- ce qui date assurément la présente contrefaçon : parue après la parution et la diffusion de l'almanach, à moins qu'il y ait eu des fuites, car on sait que Nostradamus aurait, avant publication, adressé à Catherine de Médicis une copie ou une ébauche de son almanach (cf. supra).
[7] Mention hautement suspecte : Nostradamus ne fait jamais allusion dans ses textes à ses imprimeurs, ni à ses intermédiaires.
[8] La formule, inhabituelle chez Nostradamus, voire inexistante ailleurs, replace le texte dans le contexte réformé. La présente lettre aurait pour but de faire passer Nostradamus pour un adepte de la Réforme. La version de cette lettre est l'oeuvre d'imprimeurs probablement parisiens, gravitant dans les cercles ultra-catholiques, autrement dits papistes.

L'épître est donc supposée adressée au dignitaire ecclésiastique lyonnais Jean de Vauzelles, troisième fils du notaire Étienne de Vauzelles, maître des requêtes de Marguerite de Navarre, et successivement chevalier de la cathédrale Saint-Jean de Lyon (1521), chanoine de saint-Just (1523), prieur de Montrottier (1526), recteur de l'église Saint-Romain à Lyon (1558). Le benjamin des frères Vauzelles (après Matthieu, échevin de Lyon, et Georges, chevalier de Rhodes, décédés avant lui), correspondant et traducteur des Trois livres de l'Humanite de Iesuchrist (Lyon, Melchior et Gaspar Treschel, 1539) de L'Arétin (ouvrage qu'il signe de sa devise usuelle "d'un vray zele" dans sa dédicace à la reine de Navarre Marguerite), ami et proche de Maurice Scève (dont la soeur Claudine épouse son frère Matthieu), teste et meurt, non vers 1557 (comme l'indiquent en se recopiant : le Nouveau dictionnaire historique, ou Histoire abrégée de Louis Mayeul Chaudon et Antoine François Delandine (Lyon, Bruysset, 1804, p.296), le Supplément au dictionnaire historique de l'abbé François-Xavier de Feller (Paris, Méquignon, 1820, vol.4, p.426), le Dictionnaire universel des sciences ecclésiastiques de l'abbé Jean-Baptiste Glaire (Paris, Poussielgue, 1868, vol.2, p.2377), les notices sur Jean de Vauzelles de Ludovic du même nom (in Revue du Lyonnais, 3.13, 1872, p.68 ; puis dans la Nouvelle biographie de Hoefer, Paris, Firmin-Didot, T. 45, 1877, c.1043), Léon Techener (dans le Bulletin du Bibliophile, 43, 1876, p.574), ou encore Les français italianisants au XVIe siècle d'Emile Picot (Paris, H. Champion, 1906, vol. 1, p.159), etc.), mais le 9 juillet 1563, demandant à être enterré au sein du tombeau collectif réservé aux chevaliers de Saint-Jean dans l'église Sainte-Croix de Lyon (Insinuations de la Sénéchaussée de Lyon, 1561-1564, [BP 3658/1], ff.143-144, selon Elsa Kammerer, Jean de Vauzelles et le creuset lyonnais, TH D Lille 3, 2005 ; Travaux d'Humanisme et Renaissance 522, Genève, Droz, 2013, p.33, citant Jean Beyssac, Les Chevaliers de l'Eglise de Lyon, 1925, p.87).

Cette erreur partagée des dictionnaires et biographies n'a pourtant pas incité, hélas, les principaux naïfs, bibliographes et nostradamisants (Chomarat, Benazra, Brind'Amour, Gruber dans son ouvrage de 2003 et au CURA la même année, etc.) à s'interroger sur l'authenticité de la dite préface, malgré son énonciation plus que douteuse, ou sur son destinataire ! Elsa Kammerer, qui cite la fausse dédicace d'après la version donnée par Chomarat, croit que "d'après le témoignage de Nostradamus lui-même, Vauzelles s'adonne régulièrement et avec succès au déchiffrement des prophéties." (2013, p.66). Et le fait même qu'on perde "les traces de Vauzelles au milieu des années 1550" (ibid., p.415) n'incite pas pour autant la brillante doctorante (voire brillantissime par ailleurs pour trouver et multiplier les aides et subventions pour ses travaux) à s'interroger sur cette prétendue expertise du dit Vauzelles, à quelques mois de son décès !

Cependant les présages de la pronostication sont authentiques, comme l'est aussi, probablement, la fabrication de la pronostication lyonnaise dans l'exemplaire de Ruzo conservé à Salon. Cette dernière est vraisemblablement une authentique production Volant / Brotot, si ce n'est une authentique version du texte de Nostradamus. La préface est un faux manifeste, la pronostication ne l'est pas. Que s'est-il passé ? Faute de documents complémentaires, on ne peut s'en tenir qu'à des hypothèses et conjectures. Alors la mienne : on aura substitué à l'épître dédicatoire originelle celle imprimée et adressée à Vauzelles, peut-être décédé à cette date, peut-être fabriquée à partir d'une lettre authentique et plus ancienne au dit Vauzelles qui aura été retrouvée, et on aura adressé l'ensemble mis au nom de Nostradamus, au fils Brotot, débutant en son métier et peu regardant. Ainsi, on aura fait passer Nostradamus pour un adepte de la Réforme, et, dans le cas où cette pronostication aurait été reconstituée en 1563, on ridiculise le prophète censé s'adresser à un mort, comme c'est le cas pour une contrefaçon de l'Almanach pour l'an 1563 (adressée à un François de Guise décédé en février 1563) ou déjà pour le pseudo-traité de la peste de 1559 adressé à un "Emanicu" pour Amanieu de Foix décédé en 1559 (cf. CN 32) ! Il n'est d'ailleurs pas impossible que les responsables de la supercherie, probablement parisiens, aient confondu Jean avec son frère Matthieu, décédé en 1562 (Kammerer, 2013, p.41).

Ce texte innove par la curieuse formule "devers les" ou "par les" ou "aux" Occidentaux et Méridionaux qu'on retrouve à l'éclipse lunaire du 15 juillet et aux quartiers lunaires. Par exemple pour février : "sera nouvelle Lune le 3 devers les Occidentaux, à 4 heures 44 minu. [et] devers les meridionaux à 6 heu. 35 minu. par ascendant le 12 deg. de Virgo à 21 deg. 13 minu. de Aquarius. (...) La pleine lune sera le 9 à 5 heu. 8 minu. aux occidentaux, aux meridionaux 6 heu. 2 min. entendant tousjours les heures apres midy, à trente quatre minutes de Virgo" (C1v).

Données calculées pour la nouvelle lune à Paris : à 19h15 (Ascendant à ca. 17° de la Vierge, et non 12 ; conjonction Soleil-Lune à ca. 24°41 du Verseau et non à 21° !) Erreur typographique ou donnée erronée ? A Rome, plus au Sud donc (mais surtout à l'Est de Paris), la nouvelle lune advient 40 minutes plus tard, à 19h55 environ. La nouvelle lune advient à l'heure dite, 18h35, aussi bien à Dublin qu'à Lisbonne, et pour trouver un lieu où elle advient à 16h44 il faut aller à l'Ouest dans le Pacifique. Les heures dépendent du fuseau horaire, du méridien et donc de la longitude géographique. Il n'y a pas de variation "diagonale" Ouest-Sud, mais une variation Ouest-Est. Il faudrait remplacer "les meridionaux" par "les orientaux" ...


181G Pronostication Nouvelle pour l'an 1562
Paris, veuve Barbe Regnault, [1561 ?], in-8, 12 ff.

→ Klinckowstroem, "Rund um Nostradamus", 1927, p.90 (signale l'exemplaire de Breslau, i.e. Wroclaw)
Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens, 1934-35, c.1132 (donne la cote de l'exemplaire de Breslau)
→ Ruzo, 1975 ; 1982, p.260
→ Benazra, 1990, p.51
→ Chomarat, 1989, n.50


° UB Wroclaw: Phys.IV oct.444 im (exemplaire introuvable, passé à Munich ?) =? SB München: Rar 1538

Pronostication Nouvelle pour l'an 1562, veuve Barbe Regnault Pronostication Nouvelle pour l'an 1562, Regnault, pseudo-dédicace à Vauzelles Pronostication Nouvelle pour l'an 1562, f. C4v
 

Cette pronostication est une version courte, bâclée, arrangée et tronquée de la pronostication lyonnaise du même nom. La vignette à la croix de Lorraine (en bas à gauche) est caractéristique de la maison parisienne Regnault-Bessault, spécialisée dans les contrefaçons des textes de Nostradamus. Elle apparaît dès 1560 dans l'Almanach Barbe Regnault pour l'an 1561 (cf. CN 137) et on la retrouve dans l'Almanach pour 1563 chez le même imprimeur, dans l'Almanach Thibault Bessault pour l'année 1565, et dans l'édition Roffet des Prophéties en 1588 (cf. CN 55). Robert Benazra, ou son responsable d'édition Halbronn, reprend la vignette contrefaite au frontispice de son Répertoire de 1990.

En A2 recto, un "Faciat" [sic] pour "Faciebat", i.e. un subjonctif présent sans doute intentionnel : "qu'il le fasse ! " oui ... mais précisément : il ne l'a pas fait ! Il faut comprendre les intentions facétieuses des contrefaçons de l'époque : on écoule des textes, on brave les privilèges et les permissions, on fait de l'argent sur le dos des auteurs et des imprimeurs légitimes tout en s'amusant à leurs dépens. Rien à voir avec cette théâtralisation de la contrefaçon, grotesque et invraisemblable, et scientifiquement surtout surfaite, que certains nostradamophobes écoulent au marché des opinions obscurantistes ! Il y avait là tout un jeu de l'authentique et de la contrefaçon que les esprits rigides ont aujourd'hui du mal à appréhender, sinon par la souffrance, y compris celle que leurs babillages infligent aux lecteurs.

Dans la lettre à Vauzelles, tout le passage entre "Lors" et "Cela" dans "Lors que un oeil en France regnera. Et, Quant le grain de Bloys son amy tuera, &c, & en infiny autres passages. Cela" a été évacué dans la version parisienne. Autrement dit la citation erronée du quatrain nostradamien n'apparaît pas, si bien que l'énonciation du texte devient inintelligible : "comme quand j'eu mis, Lors Cela m'a causé une si grande amitié" ! Et les responsables d'édition rajoutent le prénom de l'éditeur lyonnais Brotot (Pierre) tout en supprimant l'expression "laquelle il vous plaira accepter d'aussi bon coeur, que la vous presente" en fin de lettre. Le texte est erronément daté de "l'an mil cinq cens soixante 2" alors que la version Brotot porte "l'an mil cinq cents soixanteun" [1561].

Après les lunes et présages de décembre, la version parisienne rajoute les dates des foires de Lyon et d'Avignon, ainsi qu'un curieux avertissement, cité par Klinckowstroem en 1927 (in Zeitschrift für kritischen Okkultismus und Grenzfragen des Seelenlebens, vol. 2, Stuttgart, 1927, p.90) : "Fault remaistre le tout au seigneur Dieu, & ne ce [se] fault arrester au dict des hommes. Car il [ils] sont tous menteurs & n'y a que le Seigneur qui set [sic] tout, & a tout faict le ciel & terre, & ce [se] fault du tout adresser à luy." (C4r). Et Klinckowstroem de s'interroger : S'agirait-il d'un passage où l'auteur ironiserait sur la portée de ses propres prédictions ? Non, il ne s'agit que d'un grossier ajout de contrefacteurs parisiens ! Ce n'est pas là le style du provençal, mais celui d'un grossier maquilleur s'emparant maladroitement de ses tics syntaxiques et orthographiques afin d'en restituer un texte insipide, emprunt de leçon moralisatrice.


Les traductions et autres versions des opuscules pour l'an 1562

181H An Almanach for the yere 1562
London, Henry Sutton, 1562, in-8 (texte en rouge et noir)

An Almanach for the yere 1562, Henry Sutton An Almanach for the yere 1562, Sutton, mss notes

Cette contrefaçon anglaise a déjà été étudiée au CN 18 (2006). L'exemplaire conservé à la bibliothèque Folger Shakespeare de Washington est incomplet (nouvelles images ci-dessus avec notes manuscrites aux dates de 1587 et 1589). Le calendrier est tronqué des mois de novembre et décembre. Les quatrains qui s'y rattachent sont traduits de la Pronostication nouvelle pour l'an 1555.


181J An almanack and prognostication for the yere 1562
London, Thomas Hackett [1561]

→ Arber 1, 1875, p.177
→ Bosanquet, 1917, n.F45


Le texte est introuvable : il s'agirait d'une traduction d'un opuscule parisien. J'ai signalé une autre version Hackett pour l'année précédente, tout aussi introuvable (cf. CN 137).


181K [Pronosticon pro anno 1562]
Milan, Libreria Ambrosiana, ms. lat. S 219 inf., f. 201r (titre), ff. 202r-205v (cf. vol. 62 du catalogue des manuscrits)
→ signalé (mais mal identifié) par M. Gregorio, copie Bibli. Nostradamus

Une adaptation anonyme en latin de la Pronostication pour l'an 1562 contenant la disposition de l'année 1562 et les présages saisonniers (sur une autre traduction latine de Nostradamus, cf. CN 104, puis Guinard, Revue Française d'Histoire du Livre, 129, 2008).

[Pronosticon pro anno 1562]

[Pronosticon pro anno 1562], début hiver

Pronostication Nouvelle pour l'an 1562, Regnault, début hiver


Pronostication Nouvelle pour l'an 1562, Volant, début hiver

On notera à cette occasion l'expression fautive et inusuelle "quarantetro 5" pour quarante-cinq ! La version latine semble s'appuyer sur le texte parisien.


181L [Pronostico et lunario dell'anno 1562]
Florence, Giorgio Marescotti, 1562

Traduction italienne hypothétique et perdue de l'Almanach pour l'année 1562, au moins pour deux raisons : le témoignage de Pietro Carnesecchi en 1562 (cf. CN 143), et celui de Marescotti lui-même, qui déclare, dans son avertissement "al lettore" au Pronostico et lunario de l'anno bissestile 1564, avoir traduit, "comme les années précédentes", les présages pour l'année et pour chacun des douze mois de l'Almanach : "come li anni passati il Pronostico, ma insieme ancora il Lunario".


181M Pronostico dell' anno 1563
Composto & calculato per M. Michele Nostradamo, Dottore in Médicina di Salon di Craux in Provenza
il qual pronostica tutto quello, che hà da esser questo presente Anno della Guerra, della pace, della carestia, della abondantia e daltri segni, che si scopriranno nel Cielo.
Nel quale si contiene la dechiaratione di tutti questi Anni del 63 fino al 70.
Dedicata al nostro Santissimo padre Papa Pio Quarto.
Con privileggi di papa pio Quarto, & dell' Illustriss. Signor Duca di Fiorenza, & Siena.

"Bologna", [Alissandro Benaccio ?] ; Rimini, Alissandro Benaccio, [1562 ?], in-4 (14 x 20,5 cms), 6 ff.

→ CAT Rigaux, 1931, n.49 (vendu 55 F)
→ Chomarat, 1989, n.58 (fautif : "Pronosticon", "coposto")


° Rome, Biblioteca Vallicelliana: S. Borr. Q VI 112 (12) ; BM Lyon: fds Chomarat A 10795 ("Ex Libris Vlaicu Ionescu")

Pronostico dell' anno 1563, Benaccio Pronostico dell' anno 1563, présages pour l'année, A2r


La dédicace au pape Pie IV n'est pas datée ; le texte de Nostradamus l'est, in fine, du 18 décembre 1562 -- une date inventée. Le Pronostico est dit avoir été imprimé à Bologne puis réimprimé à Rimini sous l'autorité de l'Inquisition. La préface à Pie IV apparaît comme une traduction italienne fidèle de la version Bonfons. La mention de l'année 70 (1570) au titre se justifie par son évocation dans la préface : "fino all' anno 1570". Cependant le "Pronostico dell' Almanac dell' Anno 1563 [sic]" ne suit pas la version de l'almanach, mais le texte des prédictions générales pour l'année 1562 (jusqu'à janvier) telles qu'elles figurent dans la version manuscrite, i.e. les Praedictions de l'almanach de l'an 1562, 1563 et 1564 ! Avec quelques substitutions de dates, "1563" pour 1562, par exemple au dernier feuillet : "prima che passi l'anno 1563" pour "avant que l'année 1562 soit passée". Au final, il s'agit donc d'une traduction fidèle du début de l'Almanach pour l'an 1562, peut-être dans la version qui a été envoyée au pape, avec une préface originelle datée du 17 mars, sans doute jugée trop lapidaire, et qui aura été remaniée ultérieurement par Nostradamus, et remplacée par celle datée du 20 avril et figurant au manuscrit. L'ensemble du texte a été tardivement imprimé, et rattaché par l'imprimeur italien à l'année 1563 pour des raisons commerciales.


181N Prognostico dell' anno 1562
"Con la dichiaratione di cio che ha da venire per ciascun mese, il quale Pronostico dura fino al 1570"

° Wien, Österreichische Nationalbibliothek: Cod. 11413, 1.1, 15 ff.

Ce texte manuscrit, inconnu des spécialistes (mais que je n'ai pas consulté), pourrait être la source du texte précédent. Le codex viennois contient aussi l'une des premières biographies de Nostradamus (Notabile de Michaele Nostradamo, Cod. 11413, 1.40). La mention spécifiant l'année 1570 en sous-titre (qui provient du texte de l'Almanach) sera ultérieurement reprise au frontispice de faux italiens attribués à Nostradamus, Li Presagi et Pronostici (cf. CN 179).

Bagnolet, 20 avril 2014


Retour à l'index
Bibliographie
Retour Nostradamica
Accueil CURA
 
Patrice Guinard: Les publications de l'année 1561 pour l'an 1562
http://cura.free.fr/dico-a/1404-1562.html
24-04-2014 ; updated 10-11-2018
© 2014-2018 Patrice Guinard