CORPUS NOSTRADAMUS 8 -- par Patrice Guinard
 

Pronostication pour l'an 1554
 
ville d'édition : Lyon ?
éditeur : Antoine du Rosne ?
année : 1553

Gimon: Chroniques, pp.199-200
Leroy: Nostradamus, p.148
Chomarat: Bibliographie, p.11
Benazra: Répertoire, p.4
 

Aucun présage de cette pronostication ne nous est parvenu.

Louis Gimon mentionne au sujet de la pronostication pour 1554 un acte notarié, dont il donne quelques extraits (pp.199-200) :

"On trouve aux écritures de Me Etienne Hozier, notaire à Salon, une procuration du 11 novembre 1553, par laquelle maistre Michel de Nostradame, médecin de Salon, donne pouvoir à Me Antoine de Royer, dit Lizerot, imprimeur à Lyon, de retirer des mains de Me Bertot, dit la Bourgogne, imprimeur de la même ville, la pronostication pour l'année 1554 que le constituant avait envoyée à ce dernier par un courrier à pied pour l'imprimer telle qu'elle était écrite, mais dont cet imprimeur avait fait une copie corrompue et mutillée, tellement que l'on jugeroit la matière estre inepte et facile à homme ignare ; ce qui porteroit un tort grave à l'auteur. Nostradamus charge donc son mandataire d'imprimer textuellement ladite pronostication d'après leurs accords ; il l'autorise en outre à se faire remettre par Bertot ses Ephémérides en françois, si celui-ci ne les a pas encore livrées à sire Jaumes Paul, marchand de Salon, auquel le mandant avait donné commission de les réclamer. (23e registre des actes d'Hozier, année 1553, f° 569)."

Benazra et Chomarat, qui signalent cet acte notarié, l'un d'après Gimon, l'autre d'après une source plus tardive, ne s'interrogent pas sur ses implications, et reprennent l'un comme l'autre un titre fautif (pronostications au pluriel).

L'imprimeur lyonnais Bertot, dit la Bourgogne, qui serait le premier imprimeur identifié d'un almanach ou d'une pronostication de Nostradamus, est inconnu par ailleurs, même si Leroy croit pouvoir l'identifier à un certain Jean Bourthon (ou Breton) dit Bourguignon, imprimeur taxé en 1529 et en 1545 (d'après Baudrier, vol.1, p.64). Ce Bertot aurait-il été l'imprimeur de certaines pronostications des années précédentes ?

Il convient de s'interroger aussi sur l'autre imprimeur mentionné, Antoine de Royer, inconnu par ailleurs, et d'abord de Baudrier. Ce patronyme me semble être une erreur de lecture de Gimon pour Antoine du Rosne, l'imprimeur des Prophéties en 1557. En effet, le surnom Lizerot ou Lyserot était celui adopté par cet imprimeur pour certains de ses ouvrages, par exemple dans l' Ordonnance faicte par le Roy sur le cours et pris des espèces d'or et d'argent et descry des monnoyes rongnées (Lyon, Antoine du Rosne dict Lyserot, [1550] ). Dans cette hypothèse, Antoine du Rosne aurait travaillé avec Nostradamus dès 1553, et il est possible qu'il ait été l'imprimeur de son almanach pour 1555 et de sa pronostication pour 1556.

La pronostication de Bertot avait-elle déjà été distribuée lors de la foire automnale de Lyon, avant que Nostradamus n'en reçoive les épreuves, ou un exemplaire imprimé ? Et, compte tenu du délai d'acheminement de la notification notariale, Lyserot a-t-il eu le temps d'imprimer une nouvelle version de la Pronostication pour l'an 1554, en moins d'une semaine et avant la fin de la foire, le lundi 20 novembre 1553, ou bien cette pronostication a-t-elle été diffusée après ? A défaut d'un exemplaire retrouvé de l'une comme de l'autre, pas même par Chavigny, ces interrogations restent en suspens.
 
 
 

Retour à l'index

Bibliographie

Retour Nostradamica

Accueil CURA
 

   http://cura.free.fr/dico-a/602C-pro1554.html
   last updated : 15-02-2006
   © 2006 Patrice Guinard