CORPUS NOSTRADAMUS 95 -- par Patrice Guinard
 

Les publications de l'année 1559 pour l'an 1560

Contrairement à l'année précédente, des versions des opuscules périodiques nostradamiens ont été conservés pour l'année 1560 : une version parisienne de l'almanach, une version allemande de la préface du même, et une contrefaçon -- lyonnaise (?) -- de la pronostication. Les textes français ont été découverts à la vente américaine Ruzo d'avril 2007.
 

Almanach pour l'an 1560
 
ville d'édition : Lyon
éditeur : Jean Brotot & Antoine Volant
année : 1559
in-8, 32 ff. ?

Édition perdue, dont l'existence est attestée par un privilège daté du 17 octobre 1559 et accordé aux imprimeurs lyonnais Jehan Brotot et Anthoine Vollant (registres des Sentences de la Sénéchaussée de Lyon, Archives Dép. du Rhône: BP 445 f.161r, mentionné dans l'article de Laurent Guillo, "Privilèges d'almanachs lyonnais" in Cahiers Michel Nostradamus 3, 1985, p.42 ; fac-similé du privilège, p.43), et par le témoignage de Saecuriva (cf. infra).
 
 
ville d'édition : Paris
éditeur : Guillaume Le Noir
année : [1559]
in-16, 40 ff., 75 × 110 mm (titre rouge et noir)

> Chavigny, Recueil, pp.167-198
> Ruzo, 1982, p.342
> Chomarat, 1989, n.33
> Benazra, 1990, p.38
> CAT Ruzo-Swann, Avril 2007, n.12 (vendu 6240 $)

° Maison Nostradamus, Salon (exemplaire Ruzo, hauts de pages rognés)
 

 

Au titre, une recommandation sous forme de distique, "Tu teipsum oblectes, & vulgi verba loquacis. Sperne, bene hic de te dicet, at ille male" [i.e. "Que tu t'amuses de toi-même et des propos du vulgaire babillard ... Méprise donc tout ceci : l'un dira du bien de toi, mais l'autre du mal"], qui aurait été composé par un collaborateur de Jean Brotot, Jacob Saecuriva, lequel informe Nostradamus en 1561 du décès de l'éditeur lyonnais et se présente comme l'auteur de quelque épigramme (epigramma aliquod) qui pourrait être celle-ci : "sollicité par cet imprimeur fort lettré, j'ai eu l'occasion de rédiger quelque épigramme en tête de vos célèbres prédictions" (lettre 23 de la correspondance de Nostradamus, datée du 1er mai 1561, trad. Lécureux, p.101 ; texte latin in Dupèbe p.76). Saecuriva est également l'auteur de deux épigrammes latines au recto du feuillet E7.

Faciebat daté du 7 février 1559, privilège du 4 novembre 1559. La préface, rédigée après l'almanach est datée du 10 mars 1559 et adressée à Claude de Savoie, comte de Tende, le gouverneur de Provence et ami du provençal, auquel il avait déjà dédié son Almanach pour l'an 1555 (cf. CN 16 et CN 17). Claude de Savoie, né le 27 mars 1507, est décédé le 23 avril 1566, quelques mois avant Nostradamus. Une allusion à la première épître, et une autre à sa propre mort, font de ce document un texte exceptionnel qui fourmille d'éléments surprenants (cf. CN 97).

Composition de l'almanach:
- f.A1r : titre avec distique
- f.A1v : fêtes mobiles (5527 = 1560 : implique une date de "création du monde" qui est celle donnée dans l'Almanach pour l'an 1559)
- ff.A2r-B1v : calendrier avec quatrains mensuels (16 pages)
- ff.B2r-B5r : préface (7 pages)
- ff.B5v-E5r : "prédictions" mensuelles (48 pages ; caractères plus petits à partir de E2v)
- f.E5v : Faciebat 7 février 1559
- f.E6r : rétrogradation des planètes, et temps des noces
- f.E6v : des quatre temps de l'an, et des éclipses
- f.E7r : 2 épigrammes de Iacob Saecuriva
- f.E7v : foires de Lyon, de Paris et d'Anvers
- f.E8r : extrait du privilège (4 nov 1559)
- f.E8v : blanc

[Chomarat (1989, n.39, p.32) indique un autre almanach parisien "pour l'an (1560)", mais le catalogue de Munich donne la date de 1558 : cf. CN 58].
 

Prognosticon Michaelis Nostradami ad Annum 1560
Disz ist ein kurtze Practica welche anzeigt von dem Lx. Jar. biß in das Lxvij.
Was sich in der zeyt verlauffen und zütragen soll, mit vil unnd mancherlay zwytracht unnd Krieg auch Thewrung, Sterben unnd andere vil widerwertigkeiten.
Welche Practica in der Französischen sprach einem güten Herren in Teütschland ist zügeschickt worden, und er nachmals in Teütsch hat verfertigen lassen.
Allen frommen Christen zu güt an den Tag geben.

 
 
ville d'édition : ?
éditeur : ?
année : [1560 ?]
in-8, 7 ff.

> Chomarat, 1989, n.43
> Benazra, 1990, p.41
> Brind'Amour, 1993, p.490

° SB München: Rar. 1486
° Stiftsbibliothek St Gallen (Suisse): SS Rechts XII 11
° HAB Wolfenbüttel: 54.3 (Astron.2)
° SB Augsburg
° fac-similé, transcription et traduction anglaise sur le site de Wilhelm Zannoth : http://www.zannoth.de/nostradamus/prog_deutsch/index.html
 

 

Pour Brind'Amour qui classe cet opuscule parmi les contrefaçons, "il pourrait bien s'agir d'un collage d'extraits authentiques, mais le contenu, de toute façon [sic], est insignifiant." (p.490) En fait ce texte est une traduction allemande d'une partie de la préface de l'almanach, et son contenu est loin d'être "insignifiant" -- à moins d'entendre par ce terme "dont la signification échappe au lecteur mal disposé" -- : il s'agit même probablement de la préface la plus intéressante composée par Nostradamus dans une publication annuelle ! Le traducteur allemand a introduit quelques formules latines absentes dans la version française (Vt ex privatis hominibus, en A3r) et masqué par le latin quelques passages en français sensibles : Pithagoras statuit animas de corporibus in corpora migrate Attila Rex, en A3v, pour "Pictagoras s'apreste a faire renaitre un second Attila", ou encore libertas, libertas pro rep--- (?) en A4v, pour "liberté, liberté pour la Republique".
 

Pronostication nouvelle pour l'an 1560
 
ville d'édition : Lyon
éditeur : Jean Brotot & Antoine Volant
année : [1559]
in-8, 16 ff.

Édition perdue, dont l'existence est attestée par un privilège daté du 17 octobre 1559 et accordé aux imprimeurs lyonnais Jehan Brotot et Anthoine Vollant (cf. supra). Cette pronostication, ou plus probablement la suivante (cf. infra), a été traduite en anglais : A Prognostication for the Yeare 1560. Malheureusement cette version manuscrite ayant appartenu à la bibliothèque royale (King's Library) a brûlé dans un incendie (London, BM, Royal Ms 17 Bxxxviii : cf. le numéro 38 du catalogue de David Casley (London, 1734) et Bernard Capp, 1979, p.372).
 

La Grand pronostication nouvelle pour l'An Mil cinq cens soixante, avecques les figures celestes des quatre temps
 
ville d'édition : Lyon ?
éditeur : "Jean Brotot & Antoine Volant"
année : [1560 ?]
in-8, 16 ff.

> Chavigny, Recueil, pp.198-211
> CAT Du Fay, 1725, n.1350
> Claudin, Archives, 276, avril 1892, n.253-E
> CAT Rigaux, 1931, n.48-E
> Cioranescu 1, 1959, n.16604, p.528
> Chomarat, 1989, n.36
> Benazra, 1990, p.41
> CAT Ruzo-Swann, Avril 2007, n.7 (fac-similé de plusieurs pièces dans un lot vendu 660 $)
> CAT Librairie Thomas-Scheler, Sept. 2010, n.2b (exemplaire Rigaux/Nourry/Thiébaud)

° exemplaire Rigaux en main privée, 188 × 130 mm (cf. CAT Librairie Thomas-Scheler)
° Bibliothèque de Mario Gregorio (fac-similé Ruzo de l'exemplaire Rigaux)
° Reproduction de Rigaux, ca. 1908 (exemplaire Calendrier)
 

 

Composition de l'ouvrage :
- f.A1r : titre (1 page)
- ff.A1v-A2r : lettre-dédicace (2 pages)
- ff.A2v-A4v : présages généraux pour l'année (ca. 5 pages)
- ff.A4v-C4v : présages "saisonniers" (16 pages, dont thèmes des ingrès en B2r, B4v, C2v et C4r)
- ff.C4v-D3v : quartiers lunaires mensuels (6 pages)
- f.D3v : éclipses (1/2 page)
- f.D4r : "Double du Privilege" (1 page)
- f.D4v : "almanach" (= fêtes mobiles)
(Dernier cahier imprimé en italiques ; cf. Scognamillo, CAT Librairie Thomas-Scheler, p.27)

L'opuscule est dédié à "Monseigneur de Savigni Lieutenant general pour le Roy au pays de Lyonnois en l'absence de Monseigneur le Mareschal S. André" en date du 4 juin 1559. Pas de faciebat, mais une date interne dans le texte, le 5 mai 1559 : "Ce jeudy cinquiesme de May de la presente annee mil cinq cens cinquanteneuf, qui est une conjonction de Saturne a Mercure, qui de l'heure presente : qui est deux heures apres minuict" (B4v). Nostradamus travaillait donc la nuit, et à deux heures du matin, on est encore au jeudi, car en 1559 le jour commençait encore à midi.

Jacques et Antoine d'Albon sont les descendants d'une famille prestigieuse du Lyonnais. Jacques d'Albon de Saint-André (1512-1562), marquis de Fronsac, maréchal de France, compagnon d'armes très apprécié de Henri II, gouverneur de Lyon à partir de 1550, est tué d'un coup de pistolet réformé à la bataille de Dreux. Le 6 avril 1561, au jour de Pâques, il avait formé le fameux triumvirat catholique avec le connétable Anne de Montmorency et le duc François de Guise.

Antoine d'Albon (1507-1574), de la branche des d'Albon de Saint-Forgeux (au nord-ouest de Lyon), abbé de Savigny et de l'Ile-Barbe, lieutenant du roi rattaché au gouvernement de Lyon (mais gouverneur effectif de la ville entre 1560 et 1562 en l'absence de son cousin Jacques), archevêque d'Arles en 1561, puis de Lyon de 1564 à 1573, déjoue un complot réformé à Lyon en septembre 1560.

Le privilège est accordé, le 13 octobre "1560" [sic] au "marchant Imprimeur" Jean Brotot, par Antoine "Dalbon" [sic], qui est précisément le dédicataire de l'épître. Ce privilège pose problème car Brotot faisait imprimer ses textes par Antoine Volant, et l'authentique privilège accordé aux lyonnais Jehan Brotot et Anthoine Vollant, et non à Brotot seul (registres des Sentences de la Sénéchaussée de Lyon, Archives Dép. du Rhône: BP 445 f.161r), est daté du "dix septiesme jour du moys doctobre lan mil cinq cens cinquante neuf" et non du "13 octobre 1560" [sic] comme ici, et est signé Bullioud (comme pour la Pronostication pour l'an 1558) et non C. Gay "Par Commandement de mondit sieur le Lieutenant general". Autrement dit le fac-similé authentique du privilège (reproduit en page 43 des Cahiers Michel Nostradamus) ne correspond pas à la version insérée dans cette pronostication au recto du feuillet D4, i.e. le prétendu "Double du Privilege" -- une mention douteuse cherchant à en souligner ingénument l'authenticité. Ce texte pourrait être un faux Brotot reproduisant l'authentique avec quelques modifications et arrangements mineurs.
 

 

Une contrefaçon parisienne, signalée par Annie Parent en 1974, avait déjà été imprimée à l'automne 1558, au nom de Brotot, par Valérienne Malet, la veuve de l'imprimeur Nicolas Buffet (cf. CN 74). Il pourrait s'agir d'une contrefaçon similaire imprimée par la même équipe parisienne courant 1560 après la sortie de l'authentique version Brotot/Volant, ou plus vraisemblablement d'une contrefaçon lyonnaise publiée au début de l'année 1561 ou peut-être après la formation du triumvirat en avril 1561, par le fils Brotot à qui Nostradamus aura soustrait les droits d'impression de ses publications annuelles (cf. sa correspondance dans laquelle il déclare à plusieurs reprises se défier de Pierre Brotot : "trop jeune encore qui, pour le moment ne sait que chercher les richesses et les amitiés, briguer les charges honorifiques", lettre de Nostradamus à Lorens Tubbe, 15 octobre 1561 ; trad. Lécureux, p.119). Notons encore l'espièglerie du procédé consistant à dédier un opuscule à un substitut en raison de l'absence du dédicataire destiné -- Saint-André étant engagé à cette époque dans diverses actions politiques et juridiques contre les protestants.

Cependant cet opuscule est conforme au style du provençal, hormis la préface qui a peut-être été lissée ou réécrite. Les données planétaires des thèmes saisonniers sont correctes. Et pour cause : elles proviennent de l'Ephemeridum novum de Cyprian Leowitz (Augsburg, Philipp Ulhard, 1557).
 

 

Mentionnons quelques présages "prosaïques", intéressants à un titre ou à un autre, et notamment la pré-diction en mai 1559, mais post-diction en octobre 1559 (voire 1560), relative à l'Orge ou L'ERGO exceptionnellement souligné par des majuscules, et qui semble se référer au capitaine de Lorges, assassin involontaire du roi Henry II le 30 juin 1559 (cf. CN 51). L'allusion sera reprise un ou deux ans plus tard à l'adresse contrefaite à Jean de Vauzelles dans la Pronostication nouvelle pour l'an 1562.

- "redondant aux jours continuant a l'Hyver qui est l'Esté" (A2v)
- "d'icy a l'an 1566 seront deplacez les plus grans, non de violence aucune, hormis que par maladies" (A3r)
- "les mouches a miel ne feront guieres leur devoir" (A3r)
- "plusieurs de ma profession qui ne remplissent leurs papiers que de mesdire contre Nostradamus & de je ne scay quoy de resveries, comme celuy qui a esté faict a Geneve, qui ne parle que de malediction & sans y avoir inseré ne cathalogue de sainctz, ne rien ne festes mobiles or mis les foyres, vrayement il devoit bien parer son Almanach de telles histoires" (A4r)
[cet almanach genevois paru en 1558 environ, à ma connaissance hélas perdu, pourrait receler de précieuses informations].
- "le tronc, & le rameau principal de L'E R G O, sera cause de maulx une infinité, & innumerable" (B2v)
- "le chief des fondations de la demylayne s'approcheront d'icelle avecq tresfelice advenement" (B4r)
[sur la "demylayne", cf. les quatrains pour février et septembre 1558 : CN 62].
- "le purillé sera recompensé de ses dignes & indignes merites" (C2r)
- "il faut que avecques le bon Froment l'Orge & la Zizanie soient meslez" (C3v)
 

Le texte de la préface

On ignore si le texte qui suit est celui de la préface authentique, et si même son dédicataire était l'archevêque d'Arles. Jean-Aimé de Chavigny, qui a compilé certains passages de la préface de l'almanach, ainsi que des présages des deux opuscules annuels (dont ceux de la pronostication peut-être d'après cette édition, car les extraits qu'il a compilés sont conformes au texte de cette version), ne mentionne aucun passage de la préface, il est vrai fort peu prédictive. Le style lissé, la fréquence des participes présents et des coordinations logiques, la transparence de la syntaxe et l'absence d'obscurités lexicales rendent le texte suspect, sans pour autant pouvoir assurer que ce ne soit pas "du Nostradamus". En tout cas : pas dans son plus haut style, même si certaines formules peuvent avoir été recyclées pour composer un texte qui ressemble davantage à un sermon ou à une prédication cherchant à blanchir les pratiques astrologiques d'accusations d'hérésie. [Je marque les citations par des italiques]. Ci-dessous une comparaison de l'édition Volant avec la reproduction de l'abbé Rigaux.
 
La Grand pronostication nouvelle pour l'An 1560, comparaison édition Volant et reproduction Rigaux
 
 
A  M O N S E I G N E V R  M O N S E I-
gneur de Savigni Lieutenant general pour le Roy au
pays de Lyonnois en l'absence de Monseigneur le Ma-
reschal S. André : M. Nostradamus son treshumble &
obeissant serviteur, desire Salut, & Felicité.

MONSEIGNEVR, la divine providence de l'eternel pere
de Lumiere, conduisant, & illustrant tout superieur, & cele-
ste luminaire, pour la generation, vie, & conservation de tous
animaux inferieurs, mesmement de la nature humaine, prove-
nante des causes elementaires, & des semences alterées : a or-
donné les principes par luy reservez au Ciel, & en la terre.
Et en second lieu, a constitué les celestes images pour les influences vitales. Ce
que bien a escript l'Arabe, disant Sol, & Luna post Deum omnium viventium
vita sunt. [Hermetis Centum aphorismorum liber, Bâle, Joannes Hervagius, 1533, p.85, 1er aphorisme : "Le soleil et la Lune, après Dieu, sont la vie de tout le vivant"]
Dond' [dont] toute la nature mondaine a recogneu en universel consentement
un seul Dieu, premier mouvant de toutes causes, & souverain de toutes choses :
auquel est deu toute louange, honneur, & gloire es siecles des siecles. Parquoy à
l'exemple d'iceluy seul les haultz Cieulx, les terrestres hommes en chascun climat
les plus parfaictz se sont constituez un Prince, & Roy : auquel ilz ont deferé sin-
gulier honneur, reverence, & obeissance : lequel Roy quand il eschet entre les mor-
telz estre tresgrand, & tresbon, puissant, & clement, vertueux, & humain : alors
tous confessent unanimement un tel Prince, Roy, Empereur, Monarque, ou souve-
rain dominateur estre envoyé de Dieu du Ciel en Terre, pour avoir preeminence
sur tous autres de sa basse & infime region terrestre : qui voluntairement en luy
transmect la tutelle & puissance de son peuple : Car, selon la sentence du noble His-
torien, qui au temps du debonnaire Vespasien florissoit, Nulle chose en ce monde
peult estre plus desirable, que d'avoir Prince defenseur puissant, & entretenteur
de Iustice debonnaire. Parquoy non sans louange digne de memoire immortelle,
les vertueux Princes antiques ont esté surnommez heroiques, c'est a dire demy-
Dieux. semblablement les incomparables Rommains apres les haultz, & magna-
nimes faictz des protecteurs, & defenseurs de leur Republique, ilz les deifioient :
& par divers honneurs les colloquoient es celestes sieges, pour le merite de n'a-
voir jamais esté las de donner secours au peuple. En cas pareil, ilz mettoient au
reng des Conservateurs publiques les sages, & savantz hommes : qui par la cele-
ste doctrine, & par la cognoissance des corps lumineux, de leurs Spheres, &
mouvementz donnoient advertissement de providence, & garde, par presages de
famine, de guerre, de pestilence, de fertilité, de sterilité, de santé, de vie, de mort, et
telz universelz accidentz, & mutations : Lesquelles estantz advenues, on leur de-
 

cretoit honneurs plus que humains & immotelz. Berose Caldeen, tresantique
scripteur pour avoir presagé l'Eclipse du Soleil, long temps avant qu'elle fust con-
gneue, Ne merita il pas, qu'on luy erigeast une statue de bronze, avec la langue do-
ree. Le premier Philosophe Pithagoras, ayant veu l'eau d'un puys, qui tousjours
avoit esté claire, en un instant se troubler, ne predict il pas le tremblement de ter-
re qui incontinent survint : Dont il acquist renommee, & gloire, & reputation
de divinité. Lesquelz tant grandz personnages nonobstant ont esté calomniez
par les malings, & envieux, & ignorantz : Contre lesquelz toutesfois ont esté
soustenuz, defenduz, & honnorez par les vertueux Princes, & tresgrandz per-
sonnages defenseurs de leur doctrine, foy, probité, & erudition : qui les ont sauvez
des veneneux traictz de calomnie, soubz leur eminente authorité, comme soubz
l'escu sept fois double du fort Ajax. [Traduction d'une sentence latine de l'Almanach :
Tanquam sub septemplici clipeo]
Ie donc prenant exemple d'iceulx, qui en la do-
ctrine celeste m'ont precedé, vous ay voulu choisir, s'il vous plaist, (illustre Sei-
gneur, & Reverend Prelat), comme Punique Phoenix en la province Lyonnoise,
pour m'estre bouclier, & defenseur contre mes calomniateurs. Car combien pen-
sez vous que sont de personnages aujourdhuy, mis au nombre des doctes, Neant-
moins ignorantz plainement les effectz des images celestes : qui me jugent faire
Predictions par Magie, ou autre art defendue, telle que leur fantasie estime : plus
tost que par vraye Astrologie : de laquelle seule j'use en bon, & fidele Chrestien,
& non d'autre prohibee, comme Magicien. Et de ce je proteste verité devant
Dieu : & en fay juge sa majesté. Or donc, Monseigneur, Considerant ma propre
fertilité m'estre pernicieuse, comme au noyer : Et voyant tant d'arcz de detraction
contre moy bandez, & tant de traictz de plume, ou langue envenimee contre moy
addressez : Je vous ay prins sur tous autres, & vostre celsitude pour ma seule de-
["celsitude" du latin celsitudo : altesse, grandeur ; cf. l'Almanach pour la même année.]
fence. Et si je cognoy que ce mien petit labeur annuel, pronosticque pour ceste
presente annee Mil cinq cens soixante, vous soit aggreable : je m'essayeray a l'ave-
nir de vous consacrer oeuvre plus digne de vostre grande bonté, & doulceur. Et
moultre si je puis entendre la dedication ne vous en estre desplaisante, Ce me sera
accroissement de plus grande force pour resister a l'ignorance, ennemye de ma ve-
ritable profession : & me sera un eslevement a plus hault vol, pour abaisser les ailes
de mes ignorants, & envieux ennemys, je dy, ennemys de leur part sans aucune oc-
casion de la mienne, comme celuy que jamais de dict, de faict, ou de pensee ne leur
feiz desplaisir. Dont je prie Dieu donner a eulx cognoissance de leur offense. Et a
vous, Monseigneur le Gouverneur Lyonnois, heureux accroissement d'honneur,
& de dignité, avec accomplissement de voz nobles desirs. Vous presentant hum-
ble Salut, & Recommandation. De Salon, ce 4 Juin 1559.


 

Retour à l'index

Bibliographie

Retour Nostradamica

Accueil CURA
 
 http://cura.free.fr/dico-a/806B-CN95.html
  08-06-2008 ; last updated 24-07-2016
 © 2008-2016 Patrice Guinard