CORPUS NOSTRADAMUS 17 -- par Patrice Guinard
 

Un signe effroyable et merveilleux
une lettre de Nostradamus au comte de Tende (19 mars 1554)
 


 

La littérature des occasionnels

Le texte allemand, Ein Erschrecklich und Wunderbarlich Zeychen, a été signalé par Gustav Hellmann dès 1921, puis par d'autres dont Pierre Brind'Amour (décédé en janvier 1995), lequel, en 1993, annonçait préparer "une édition et un commentaire de ce document exceptionnel." (p.239). Brind'Amour signale dans son ouvrage de 1996 (p.xli) que la description de la chute de la météorite a été reprise par Lycosthenes dans son Chronicon (1557, p.636). Le document nostradamien serait paru entre 1555 et 1560. Il appartient à la littérature des canards et occasionnels, placards, fascicules, et livrets dépassant rarement la dizaine de pages, qui se multiplient dans la seconde moitié du XVIe siècle, et qui relatent essentiellement des "faits divers" (catastrophes naturelles, phénomènes célestes, prodiges et cas extraordinaires, affaires criminelles, événements politiques et militaires). Ils sont rarement signés, mais se veulent véridiques et spectaculaires.

Le Présage Merveilleux de Nostradamus, peut-être imprimé sous ce titre contre son gré, ou en tout état de cause sur une décision de son imprimeur (cf. infra), peut figurer parmi les opuscules précurseurs de cette littérature, tout comme son Traité des Fardements et des Confitures à base de sucre, innovait en 1552 dans le domaine des littératures cosmétique et culinaire. J'ai retenu quelques titres, parmi les ouvrages accessibles sur le site Gallica (G), et aussi parmi ceux dont les éditeurs et imprimeurs sont familiers aux exégètes de Nostradamus :

Ces textes, dont beaucoup sont été perdus, faute d'avoir été recherchés et conservés par les collectionneurs, sont les ancêtres de nos journaux et quotidiens, et entrent en rivalité avec la littérature plus régulière des almanachs et des pronostications. Certains imprimeurs et libraires semblent en avoir édité un grand nombre, comme les lyonnais Benoist Rigaud, Jean Patrasson et Jean Poyet, ou le parisien Pierre Ménier. Un premier recensement des quelques rares textes français conservés a été réalisé par Jean-Pierre Seguin en 1964. Gustav Hellmann a dressé la liste des tracts et occasionnels allemands parus au XVIe siècle : dans les années 50, ils sont surtout imprimés à Nürnberg (notamment chez Steffan Hamer et chez Hans Glaser) et en Allemagne nord-orientale (Erfurt, Wittenberg, Leipzig, Magdeburg), mais aussi à Strasbourg, Marburg, Bâle et Wien.
 
 

Ein Erschrecklich und Wunderbarlich Zeychen
Nürnberg, Joachim Heller, [1555 ?], 1 p., in-fol. en couleurs
 
  >  Hellmann, 1921, p.48
  >  Benzing, 1963, p.95
  >  CAT British Museum, vol. 18, 1963
  >  Strauss 1, 1975, p.416
  >  Benzing, 1982, p.360
  >  Janeck, 1982, n.9
  >  Chomarat, n.4
  >  Brind'Amour, 1993, p.475

° Schloßmuseum Schloß Friedenstein, Gotha: 36,2/568 (2 exemplaires)
° Germanisches Nationalmuseum, Nürnberg: HB 781, Kapsel 1204 (36,9 x 24,2 cms)
° Zentralbibliothek, Zürich: Ms. F.24 (33.5 x 23 cms)
° BL Londres: Tab.597.d.2.(2.) (36 x 24 cms)
° SB Bamberg: VI.4.2

- dimensions de la vignette : 20,7 x 10,6 cms
 
 
Ein Erschrecklich und Wunderbarlich Zeychen, exemplaire A Ein Erschrecklich und Wunderbarlich Zeychen, exemplaire C

 

Ce tract aurait été imprimé au moins trois fois, avec quelques différences minimes : "vnnd" à la seconde ligne du titre, et "Tende" à la cinquième ligne dans l'exemplaire A ("vnd" et "Sende" dans l'exemplaire C), etc. Les dimensions de la feuille et la mise en plage de ces versions ne sont pas les mêmes. Hellmann signale un autre exemplaire (son second exemplaire) qui porterait "Salon" à la troisième ligne du titre, "Ein Erschrecklich" comme dans l'exemplaire A, et "vnd" comme dans l'exemplaire C.
 
 
Ein Erschrecklich vnd Wunderbarlich Zeychen, / so
am Sambstag für Judica den zehenden tag Martij zwischen siben vnnd acht
vhrn in der Stadt Schalon in Franckreych / von vielen leuten gesehen worden.

Dem durchleuchtigen Hochgebornen vnd Großmechtigen Herrn Hern Clodio / Grauen
von Tende / Rittern des ordens Regenten / vnd des Königes in der Prouintz Stathaltern / Entbeutet
Michael De Nostre Dame / sein vntertheniger gehorsamer Diener / seinen grus / vnd alle wolfart.

GNediger Herr / nach beschehener musterung / so gewesen am ersten tag Februarij dises 1554. jars / ist alhie
zu Schalon ein sehr erschrecklich / vnd entsetzlichs gesicht am 10 Martij vngeuehrlich zwischen 7 vnd 8 vhrn gegen dem abende
gesehen worden / welchs / meins erachtens / biß gen Marsiliam geraicht hat / Dann es auch zu Sanct Chamas bey nahend dem Meer ge-
sehen worden / also das bey dem Monn / welcher dieselbe zeyt nahend dem ersten vierteyl gewesen / ein groß Fewer vom Auffgang kom-
men ist / vnd sich gegen dem Nidergang hat gewendet. Dises Fewer sehr groß / vnd aller massen wie ein grosse brinnende stangen oder
fackel gestalt / hat einen wunderbarlichen schein von sich geben / vnd dauon seyen die flammen gesprungen / wie von einem glühenden Ey-
sen / das der Schmid arbeytet / Vnd hat solch Fewer vil funcken in die höhe / glintzend wie das Silber / vnmessiger leng auffgeworffen /
Gleich der Jacobstrassen am himmel / Galaxia genant / sehr geschwind wie ein pfeyl / mit einem grossen rauschen vnd prasseln / welches
die Poeten inmensum fragorem nennen / vnd gleicher gestalt wie die bletter vnd bawme von einem gewaltigen Winde hin vnd wider
getrieben / für vberglauffen. Hat lang / vnd biß in 20 Minuten gewehret / biß wir es gesehen / gehend vber die gegend Arla / sünsten den
steinigen weg genant / da hat es sich gewendet gegen Mittag / hoch ins Meer / vnd der Fewrige streime den es machet / behielt lange zeyt
seine Fewrigefarbe / vnd warff geringes vmb sich die Fewrigen funcken / wie der plitz / so vom Himmel fellet. Dieses gesicht ist viel er-
schrecklicher gewesen / dann das es Menschliche zunge möcht außsprechen / oder beschrieben werden / Vnd mich bedunckte das es von ei-
nem Berge jesseyt Aix / sanct Wilkum genant herkäme / Aber den 14 dises Monats / bin ich nach Aix erfordert worden / daselbst bey vie-
len Bürgern fleyssige nachfrag gehabt / ob solch gesicht auch gesehen / aber alda nichts erfaren / Sonder von dannen erst bey zweyen mey-
len ist es erschinen vnd der Herr derselben ort hat es selb gesehen / vnd begert das ich sein geuatter alda sein / solchs auch sehen vnd außle-
gen möchte.  Zwen tag nach dem man seiner acht genommen / ist der Balbirer von Sanct Chamas zu mir kommen / vnnd angezeygt /
das ers vnd andere Bürger daselbst auch gesehen / vnd es gestalt gewesen in form eines halben bogens / vnd gewehret hat biß zu dem Spa-
nischen Meer / Vnd wo es nider / wie es in der höhe gewesen / hette es alles vorprent vnd zu puluer verzeret / do es für vber gangen. Dann
am Himmel vnd in der weyten / ist es bey einem Pisanischen lauff oder stadio breyt gewesen / dauon für vnd für das Fewer gesprützet vnd
gefallen. Vnd souill ich dauon iudiciren kan / nach gelegenheyt diser gegent vnd Climatis / ist es new vnd sehr frembd zuhören / vnd wer
viel besser / das es nicht erschinen. Dann dises gesicht oder Comet ein gewisse anzeygung gibt / das dieser gegent der Prouentz vnd andern
Flecken am Meer / ein vnuerhoffter vnd vnuersehener vnfall begegnen soll / durch Krieg / Fewer / Hunger / Pestilentz oder andere fremb-
de Kranckheyten / oder sonst von frembden Nationen beschwert vnd vnderdruckt werden. Dises Zeychen haben mer dann tausent men-
schen gesehen / vnd bin dasselbig zuuerzeychnen gebetten worden / vnd Ewrer Herrligkeyt zu zuschreyben / so es / meins erachtens selbs ge-
sehen / vnd gehört / wie es beschehen ist / Vnd bitte Jhesum vnsern Herrn das er E. H. Ehr / lang leben vnd wolfart reichlichen mehren
vnd erweytern wölle. Datum in Franckreych zu Schalon in der Prouentz 19 Martij / Anno 1554.

Ewrer Herrligkeyt.

Vntertheniger vnnd
gehorsamer Diener.
                                                                                          Michael De Nostre Dame.

Aus Frantzösischer Sprach Tranßferirt / vnd gedruckt zu Nürmberg bey M. Joachim Heller.
 

© Wilhelm Zannoth 2004-06 (transcription du texte allemand)


 
Un signe effroyable et merveilleux
qui a été vu par de nombreuses personnes, le samedi 10 mars, veille
du dimanche Judica, entre sept et huit heures à Salon en France.

A l'illustre, sérénissime, et très puissant Seigneur Claude, Comte de Tende, Chevalier du Roi et de l'ordre des Régents, et Gouverneur de Provence, Michel de Nostre Dame, son humble et obéissant serviteur, Salutations et félicité.
 

Noble Seigneur,

Alors que j'examinais les configurations astrales pour le premier jour de février de cette année 1554, un spectacle terrifiant et très horrible est apparu ici à Salon, le 10 mars entre 7 et 8 heures du soir, et a été vu, m'a-t-on dit, jusqu'à Marseille, puis à St-Chamas près de la mer, et aussi à proximité de la lune qui à ce moment-là était presque à son premier quartier : un grand feu est venu de l'est et s'est dirigé vers l'ouest.

Ce feu immense, d'un aspect tel qu'il ressemblait à un grand bâton enflammé ayant la forme d'une torche, a dégagé un éclat extraordinaire, et des flammes en sont sorties comme du fer rougeoyant travaillé par le forgeron. Et ce feu projetait de nombreuses étincelles, brillantes comme de l'argent, parcourant une distance immense, comparable à celle de la voie lactée qu'on appelle galaxie, avec la rapidité d'une flèche et un grand grondement et crépitement, un immensum fragorem [fracas démesuré] comme disent les poètes, et apparaissant comme des feuilles et des arbres qui auraient été soufflés par un vent violent.

Le phénomène dura longtemps, au moins vingt minutes, avant de se diriger vers la région pierreuse de la Crau d'Arles, puis il tourna vers le Sud, haut au-dessus de la mer, et le jet ardent qu'il a créé garda sa couleur rougeoyante, et continua de projeter des étincelles enflammées tout autour de lui, comme la foudre tombant du ciel.

Ce prodige était plus terrifiant qu'aucune langue humaine ne pourrait le décrire. Et j'ai d'abord pensé qu'il pourrait provenir d'une colline en face d'Aix, appelée Ste-Victoire, mais le 14 de ce mois, alors que j'étais appelé à me rendre à Aix, j'ai demandé à beaucoup de gens s'ils l'avaient vu eux-aussi, mais personne ne l'avait vu.

Cependant il est apparu à deux lieues de là, car le Seigneur de cet endroit qui l'avait aperçu, désirait que je puisse porter témoignage de ce qu'il avait vu et souhaitait en conserver la mémoire.

Deux jours après avoir rencontré cet homme, un barbier de St-Chamas est venu me voir et a déclaré que lui et d'autres citadins avaient vu la même chose, et qu'elle avait pris la forme d'un arc-en-ciel s'étendant jusqu'à la mer d'Espagne, et que là où il finissait, en raison de sa hauteur, il avait dû brûler et réduire en cendres tout ce qu'il traversait. Puis dans le ciel et sur une largeur d'environ un stade, le feu a tout pulvérisé avant de s'évanouir.

Et pour autant que je puisse juger de la situation dans cette région, c'est un phénomène nouveau et étrange, et il aurait mieux valu qu'il ne se produise pas, car cette apparition ou comète présage qu'il apparaîtra dans cette région de Provence ainsi que dans les autres endroits de la mer une calamité inattendue et imprévue, guerre, incendie, famine, peste, ou d'autres maladies étranges, ou encore que ces régions seront assiégées et soumises à des nations étrangères.

Ce prodige a été vu par plus de mille personnes, et on m'a demandé d'en faire état et de le communiquer à votre Éminence, en raison du fait que je l'ai vu et entendu moi-même, comme il s'est produit. Et je prie Jésus notre Seigneur de bénir votre Éminence et de lui accorder longue vie, prospérité et heureuse fortune.

Composé à Salon-de-Provence, le 19 mars de l'année 1554. L'humble et dévoué serviteur de votre Éminence, Michel de Nostre Dame.

Traduit du français, et imprimé à Nuremberg par M. Joachim Heller
 

© Patrice Guinard, 2006 (traduction française)


 
 

La provenance du texte et son identification

On connaît une quinzaine de lettres de Nostradamus : les dix lettres (1561-1565) du Recueil des Épistres latines traduites par Eugène Lhez en 1961, la lettre à Catherine de Médicis, imprimée par Benoist Rigaud en 1566, une lettre de 1565 à Johannes Lobbetius publiée par Ludwig Mieg en 1701, une lettre de 1562 aux chanoines d'Orange publiée par Edgar Leoni en 1961, une lettre de 1561 publiée dans le Bulletin de la Société de l'Histoire de France en 1854, et une lettre-ordonnance de 1559 au cardinal Lorenzo Strozzi, un cousin de Catherine de Médicis, et dont l'original se trouve aux Archives Départementales de l'Hérault.

Cette présente description d'un météorite ou d'une comète dans le ciel provençal, adressée en mars 1554 à Claude de Savoie, comte de Tende, serait le plus ancien document épistolaire connu du prophète provençal. Il a été traduit en allemand et publié à Nuremberg par l'astrologue Joachim Heller (Joachimus Hellerus).

Heller appartient au cercle du thélogien réformiste Philipp Schwarzerd dit Melanchthon, au sein duquel figurent l'astronome copernicien Johann Schöner, Johann Carion, auteur d'un traité sur les directions, Joachim Kammermeister (ou Camerarius), éditeur et traducteur du Tetrabiblos de Ptolémée, Jakob Milich et Gervase Marstaller, tous astrologues (cf. Thorndike, 5, 1941, pp.378-405). Joachim Heller de Weissenfels (c.1518-1590), qui a été le successeur de Schöner à l'université de Nürnberg, a rédigé une apologie de l'astrologie contre l'argumentation sophistique de Pico de la Mirandole dans sa préface à l'édition de l'Epitome totius astrologiae de Jean de Séville (Nürnberg, 1548), a édité trois traités de l'astrologue juif Mâshâ'allâh ben Atharî, converti à l'Islam (Nürnberg, 1549), et est l'auteur de prédictions annuelles, ses Practica, au moins parues entre 1548 et 1563 et donc contemporaines des Almanachs de Nostradamus.
 
Joachim Heller, 1549, Nürnberg, Germanisches Nationalmuseum Joachim Heller, 1559, Practica auf das M. D. LIX. Jar

 

L'original du placard allemand pourrait être, a priori, une lettre manuscrite en français, relativement difficile à déchiffrer, puisque le traducteur allemand écrit "Schalon" pour Salon, et surtout "sanct Wilkum" (signifiant bienvenue) pour Ste-Victoire, le monticule à l'est d'Aix-en-Provence. Par ailleurs le style de la lettre, pour autant qu'on puisse en juger par la traduction allemande, s'apparente à celui de Nostradamus. La traduction n'est pas datée, et il est peu probable que ce texte soit paru l'année même de sa rédaction : alors peut-être en 1555 ou au début de l'année 1556, profitant du soudain engouement européen pour l'auteur des Prophéties et de la Prognostication nouvelle pour l'an 1555, ou encore à l'époque de l'offensive des adversaires du prophète dans les années 1558-1560.

Cependant il est fort improbable que ce texte ait pu échapper si rapidement, quelle que soit la date exacte de son impression, aux papiers personnels du comte de Tende, décédé le 6 avril 1566, trois mois avant Nostradamus. Il est tout aussi improbable que Nostradamus ait lui-même envoyé cette lettre à imprimer à l'éditeur allemand, sans avoir pris soin d'en faire paraître au préalable une version française. Que s'est-il donc passé? Quand, comment et pourquoi ce document a-t-il été publié?

Un fait est susceptible d'éclairer notre propos : il existe deux lettres-dédicaces de Nostradamus à Claude de Tende, perdues, mais dont on a gardé la trace : l'une est parue avec l'Almanach pour l'an 1560 (Paris, Guillaume Le Noir, 1559), et est datée du 10 mars 1559 (Ruzo, 1982, p.342), l'autre est mentionnée dans une lettre de l'éditeur lyonnais Jean Brotot à Nostradamus, en date du 20 septembre de l'année 1554, et non 1557 comme l'ont compris Brind'Amour (1993, p.333) et après lui Chevignard, mais sans avoir fait le rapport entre la lettre-dédicace et le texte allemand. En effet Brotot écrit : "J'ai reçu les deux prédictions que contenait votre paquet. Chacun de ces textes est précédé d'une dédicace, l'une adressée au gouverneur de la Provence, l'autre à M. des Panisses, prévôt de Cavaillon." (cf. La lettre de Jean Brotot à Nostradamus (septembre 1554), CURA, avril 2006).

Brotot déclare ne pas vouloir publier immédiatement les deux séries de présages, et fait part à Nostradamus de ses intentions et des modifications qu'il entend apporter pour l'impression des ouvrages. La Prognostication nouvelle et prediction portenteuse pour l'an 1555, dédiée à Joseph des Panisses, paraît à l'automne 1554. Le second texte, l'Almanach pour 1555, et que Brotot a peut-être renommé Présage Merveilleux, a pu être publié pour la foire automnale de Lyon (la période des soldes) ou un peu plus tard, car Chavigny en a conservé les présages (Recueil, pp.45-54) sans cependant faire mention d'une épître liminaire.

Le texte allemand reproduirait la dédicace parue avec cet "almanach" : l'erreur typographique sur le nom Sainte-Victoire montre que l'éditeur allemand aura essayé de traduire ce nom comme il a pu, et Chavigny n'aura pas trouvé dans ce texte particulier de "présages" susceptibles de figurer parmi ceux qu'il recense habituellement.

Une seconde hypothèse, fort peu probable, impliquerait que l'éditeur allemand a eu entre les mains la version manuscrite de Nostradamus, mais on ignore comment elle lui serait parvenue. Une troisième hypothèse, plus improbable encore, ferait du texte allemand la reproduction de la dédicace de 1559 (signalée par Ruzo) -- auquel cas il serait beaucoup plus tardif -- en raison des dates mentionnées : la dédicace de 1559 est datée du 10 mars qui est précisément le même jour où est apparu le phénomène décrit. Cependant ces hypothèses vont à l'encontre de mes analyses relatives à la Pronostication et à "l'Almanach" pour 1555 (cf. CURA, avril 2006).
 

Commentaires sur le texte

La figure sur bois, gravée par l'imprimeur allemand, et  représentant un visage lunaire d'où jaillit une flèche enflammée, est une interpolation, car la comète est apparue et a disparu de part et d'autre de la Lune.

Le terme Judica au titre s'explique par la liturgie : en effet le 5e dimanche de Carême, Judica, est celui qui précède le dimanche des Rameaux.

La trajectoire de la comète dans le ciel de Provence, telle que décrite dans le texte d'après les divers témoignages rapportés, peut être représentée par le schéma ci-dessous (avec ces sortes de radis ou d'ongles supposés la représenter) : apparition à l'est et disparition au sud-ouest dans la Méditerranée.
 

Trajectoire de la comète de 1554 dans le ciel de Provence
 

Ce passage d'une comète ou d'un météorite dans le ciel de Salon peut être mis en relation avec le présage 40 de la Pronostication pour l'an 1553, se rapportant à l'Espagne : "Au reste une Comete jointe avecques Jupiter sera occasion de les faire elever en degré pour ceste année" : d'une part la comète est visible jusqu'à la mer et se dirige vers l'Espagne, d'autre part elle apparaît entre la Lune et Jupiter, qui, au moment de l'apparition, est précisément à son lever. Et en mars 1554, à la date de la lettre, nous sommes toujours en 1553 selon le découpage de l'ancien calendrier.

Et au présage 40, cette fois de l'Almanach pour l'an 1554, pour le mois de mars, cette fois selon le nouveau calendrier habituellement employé par Nostradamus avant sa mise en application officielle, on trouve l'expression : "un signe merveilleux fait apparoir à la fin de Mars grande effusion de sang & mortalité, & plus au royaume de Naples & Sicile, & au païs de Provence signes apparants de peste & guerre."

Les indices concordent si bien avec le présage de la pronostication, rédigé deux (et un) ans auparavant, qu'on peut se demander si cette apparition salonaise est réelle, ou s'il ne s'agit pas d'une habile mise en scène de Nostradamus.

Mais la caractéristique la plus étonnante du texte reste sa date et la configuration astrale qui s'y rapporte : le 19 mars 1554 à l'heure indiquée, la Lune a passé sa culmination, Jupiter vient de se lever, et le Soleil de se coucher juste après le cortège des quatre autres planètes en Poissons. La Lune est au double carré de Jupiter d'une part, de l'amas planéto-solaire de l'autre. Jupiter, mentionné dans le présage pour 1553/54, la Lune culminante, et le Soleil, locomotive du train planétaire, sont les trois dominantes du thème. Le Soleil et Jupiter à plus de 29° de leur signe ont presque atteint les points équinoxiaux ; la Lune passera le point solsticial dans la nuit. En outre le Soleil entre en Bélier, son signe dit d'exaltation, et la Lune entre en Cancer, son domicile.
 

Comète du 10 mars 1554, Salon, 19h30
 

Cette configuration exceptionnelle ne peut laisser l'astrologue indifférent, et bien qu'on ait souligné, sans doute à juste titre, que Nostradamus n'était pas un technicien chevronné de l'art, reste que l'essentiel pour lui n'était probablement pas le détail des calculs, mais l'esthétique des configurations, par laquelle il puisait peut-être son inspiration. Et c'est probablement même une autre astrologie qu'il pratiquait, une astrologie relativement libérée des contraintes techniques et astrométriques, mais sensible aux configurations d'ensemble et à la charge émotionnelle et énergétique qu'elles symbolisent.
 
 

Note: Je remercie Wilhelm Zannoth pour sa transcription du texte allemand, et pour son aide lors de l'élaboration de ce dossier.
 
 
 

Retour à l'index

Bibliographie

Retour Nostradamica

Accueil CURA
 

   http://cura.free.fr/dico3/604A-com.html
  02-04-2006, last updated : 22-09-2010
   © 2006-2010 Patrice Guinard