Home

Idées en Vrac 2017
Patrice Guinard

 
 

Aboutissement. À l'avachissement de la conscience européenne succèdera son aporcissement puis son abouquissement...

Associations. Les milieux associatifs reproduisent les rapports de pouvoir et la corruption des milieux politiques, industriels ou financiers. Ils reproduisent à leur niveau rachitique leurs relations hiérarchiques, leurs dérives et fourberies, voire leurs pratiques mafieuses. Et c'est même leur fonction première et pour laquelle elles sont subventionnées : répéter le code, imiter et singer les procédures instituées parmi les grands. On s'associe malheureusement, non pour rechercher d'autres voies d'expression ou d'autres types de relations, mais pour se soumettre et se conformer au monde connu communément toléré.

L'astrologie n'a jamais connu d'âge d'or. Elle n'a jamais été institutionalisée. La conscience humaine n'a jamais été assez mûre pour cela. Pour les monarques et les clercs babyloniens, elle était liée à d'autres pratiques divinatoires et utilisée en tant qu'instrument de pouvoir. À Rome, elle avait ses partisans et ses détracteurs. À la Renaissance, elle était protégée par quelques souverains éclairés à titre individuel. L'âge d'or de l'astrologie est à venir : mais ce n'est pas pour demain !

Barbarie. Il est vain de vouloir dresser le bilan de la décadence ou barbarie actuelle : ce travail de forçat n'est promis à aucune reconnaissance ou dignité. L'état actuel de nos sociétés prévient même qu'on le désigne, et seuls pourront en témoigner les lambeaux et déchets qui en seront ses vestiges.

Calamité. C'est une sorte de calamité pour un écrivain ou un artiste de faire l'admiration de milliers d'imbéciles.

Cinéma. Le cadrage est délimitation de l'image animée : il sépare le champ du hors-champ. Le découpage est "la détermination du plan et le plan celle du mouvement dans un espace clos" (Deleuze). Le montage est la sélection finale des séquences et de leur succession. Mais les divers modes de cadrage, découpage et montage n'indiquent jamais en quoi une séquence est importante, signifiante, émouvante. L'étude des techniques du cinéma ne rend pas compte à elle seule de ce qu'est le cinéma. C'est l'intentionalité d'un cinéaste qui en rend compte, et le rapport entre cette intentionalité, le film, et le regard du spectateur.

Le cinéma français ne produit que de l'image théâtralisée, de l'image plaquée sur des dialogues, sur des discours, sur de la rhétorique : Resnais, Rohmer, Rivette ... Renoir et alii. Après plus d'un siècle, il n'a toujours pas accédé à l'image-mouvement qui est le propre du cinéma. Finalement il en est resté aux animations et pitreries de Méliès (qui lui heureusement a pu rester silencieux).

Cool Memories. Elles sauvent Baudrillard de l'anonymat universitaire et l'élèvent à autre place que la majorité de ses confrères. Baudrillard affirme la supériorité de la forme courte et aphoristique sur les rhétoriques : encore est-il resté beaucoup trop bavard et aurait dû s'astreindre au dixième de son texte. qui est surenchère sur une actualité qui n'a aucun sens et tentative de lui octroyer une signification paradoxale mais dérisoire, l'extrayant de la vacuité qui est son message final. Ce qu'on sent chez ce brillant intellectuel rompu aux rhétoriques académiques et à la distanciation exercée aux écoles nationales des élites, c'est le vide grandissant, s'engouffrant dans tous les champs socio-culturels, et l'attente de la terminaison de cette culture. Baudrillard réunit en lui deux spécificités rarement compatibles : le cynisme des esprits forts et l'intelligence de l'esprit.

La corruption sauvage, mais aussi instituée, généralisée, passée dans les moeurs et les lois, est l'indicateur le plus sûr du déclin des cultures et des états. Le pourrissement génère l'effondrement.
Dans un système corrompu, un élu est toujours corrompu : soit il l'est déjà, soit il le devient ; soit il l'est avant élection, soit après. Reste l'assassinat, réservé à quelques irréductibles.

Croyance et Autorité. Qu'est-ce qui détermine au final une croyance ? L'autorité d'un individu ou d'un groupe. On ne croit qu'à celui ou à ceux qui nous en imposent. L'autorité est le critère ultime qui fait pencher la balance de nos incertitudes.

Avec son Dieu est mort, l'Occident s'est tranché les veines, car Dieu était d'abord une entité civilisationnelle, un liant social. Ce qui signifie donc, au terme de l'écoulement, la mort de cette civilisation. Car l'occidental, individuellement, n'est ni prêt ni mûr pour endosser sa foi en la vie.

Disciples impossibles. Aucun maître spirituel n'a eu de continuateur à sa hauteur. Krishnamurti, l'universal instructor, n'a pas réussi à engendrer un seul disciple. Taisha Abelar, la plus ancienne et fidèle apprentie de Castaneda, n'a produit qu'un ouvrage médiocre avant de disparaître avec son maître. Mais il en va de même en philosophie occidentale. Nietzsche a-t-il réussi à engendrer un nietzschéen autre que singes insignifiants ? Ainsi chacun est et reste seul, même après une large diffusion de son oeuvre.
Les créateurs qui se cherchent des disciples ne veulent pas rester seuls. Ce besoin marque les limites de leur foi en leur création.

Distribution des richesses. Quatre points de vue indépendants : à chacun selon - son travail, - son mérite, - ses besoins, - ses désirs.

Double erreur de jugement. Il est tout aussi dommageable de supposer de ses adversaires une perspicacité qu'une sottise qu'ils n'ont pas.

Le droit international est la grande escroquerie sur-capitaliste moderne. Il n'a d'autre légitimité que celle imposée par la caste de ses instigateurs, et n'a pas pour fonction de régler les rapports politiques et économiques entre États, mais d'aménager un espace d'impunité et de liberté totale pour les nantis hors États. Le droit international est le vernis juridique au service de l'infime minorité qui ne cesse d'accumuler biens et richesses au détriment de tous. Par le droit international, l'humiliation se généralise aux peuples et aux États.

Élections et mandats. Pourquoi 5 ans et non plus 7 ? Parce que c'est une limite déjà à peine supportable pour la représentation de tels quadrupèdes aux commandes supposées d'une nation. Louis XIV avait tenu 72 ans !

Éloignement. Plus les mois passent, plus l'on s'approche de la lumière, plus le brouhaha social et les agitations de la cité s'étiolent, plus les croyances, espérances et désirs communs apparaissent ternes, rabougris, insignifiants, frivoles.

Éradication des forces vives sous le règne d'une terreur molle, dans l'arène de la corruption généralisée et institutionalisée, de l'hypocrisie comme valeur ultime, et menant à la fabrication de loques humaines.

Expression. Il n'y a pas d'expression possible dans le monde aconvivial moderne : partout on vous renvoie à la gueule le cadre et les spécialistes, c'est-à-dire les limites de l'interrogation et les mots d'ordre.

Expressions citoyennes : celle des ignorants apeurés mais vainqueurs, celle des idiots plein d'espoir reconduits, et celle des lâches et paresseux majoritaires.

Fébrilité. On redoute et punit la brutalité des mots mais on normalise celle des images, des actes, des situations et des comportements. Corps et âmes endurcis dans un mental fébrile.

Femme vs Femme. Un homme ne devrait jamais, jamais se laisser influencer par ce qu'une femme dit d'une autre femme.

Fidélité éternelle. Je fais partie de ces rares idiots qui aimeront toujours, quoi qu'il advienne, une femme qu'ils ont aimée, serait-elle devenue une putain ou une démente.

Les flyers, l'idée essentielle de Castaneda, celle des visiteurs, occupants ou envahisseurs, est une reformulation du Divertissement de Pascal. Ce n'est pas seulement l'extériorité qui peut aliéner, mais aussi la conscience individuelle avec son arsenal de représentations mentales, incessamment agitée par le bavardage intérieur. Nous vivons sous occupation de représentations aliènes. La conscience est truffée et inondée de matières étrangères ; elle est agitée et mue par des flux extérieurs qui ont créé, entretiennent et sont ego. Et le monde intérieur, qui n'est pas celui de la représentativité mentale ou de l'égoïté, mais qui est à la fois en nous et hors de nous : il est nagual ! Immensité qui englobe et subsume matérialité et conscience.

Futurologique. Ceux qui auront renoncé à réagir aujourd'hui comme des hommes, demain pourront être chassés et abattus comme des bêtes.

Les Genres astraux, point essentiel du logos astral. Il existe deux mondes indépendants, difficilement conciliables : un monde septentrional (printanier-hivernal) et un monde méridional (estival-automnal), et en eux s'accordent le masculin et l'asexué d'une part, le féminin et l'androgyne d'autre part. Toutes autres relations et rencontres ne sont qu'occasionnelles, contingentes, aventureuses, ludiques.

Hamlet. Un organisme ou une organisation contient en germe les étapes de son évolution. Si ça tourne mal, c'est que les prémices étaient déjà biaisées ou pourries.

Il n'y a pas un type d'homme religieux, mais des hommes de pouvoir, des hommes de connaissance et des mystiques. Toute religion est donc idéologie.

Houellebecq. À lire Soumission, on comprend mieux les raisons de son succès : il incarne assez bien le type du paumé semi-cultivé universel qui a pu préserver quelques étincelles d'intelligence défensive mais auquel on a tout repris : sentiments, rêves, désirs, imaginaire.

L'imbécile heureux est ou a été heureux et imbécile dans la même mesure dans toute société. En revanche les autres ont peut-être plus de raisons d'insatisfaction aujourd'hui qu'hier.

Inaccessible. Il n'existe aucun savoir, aucune tradition ou sagesse antique qui soit accessible à l'ignorance et à la brutalité modernes.

In-formation et dépendance. Il n'y a aucun enseignement dans les discours dits informatifs, ni aucune information : juste des mots d'ordre et des signaux idéologiques. On y impose non seulement l'intérêt et l'objet de conscience, mais aussi sa forme. L'annonce informative, une sorte de réclame épurée, transmet d'abord le cadre, le lexique et la syntaxe auxquels l'informé est tenu d'adhérer, au-delà de tout contenu dit informatif. L'information est d'abord la fabrication de la dépendance au médium.

Instinct second. L'artiste, le penseur, le créateur aujourd'hui a développé un instinct de survie particulier, second, qui l'incite à continuer de créer malgré l'environnement, au beau milieu de la sous-culture de masse.

Jusqu'au bout. La pensée est comme une fusillade. Il faut aller jusqu'au bout de sa pensée, faute de se retrouver au beau milieu et de s'y faire dégommer.

Magot. Les Vivants et les Morts, clamait Miller. La plupart, passées quelques réussites, se retirent avec leur magot, une propriété, un portefeuille, une femme, une retraite, et restent ferrés à ce magot jusqu'à leur fin.

Maisons. Mon idée des Secteurs astrologiques est une vision alternative sur notre environnement, qui est psychique-astral, avant même d'être social ou naturel.
- L'Objectivation est le champ idéal et idéel de la connaissance et des savoirs, parcouru par les organismes institutionnels académiques, scientifiques et technologiques, mais qui ne s'y réduit pas. Il est le lieu de l'isolement, du sacrifice et de la recherche désintéressée, et aussi de l'émiettement du réel, du développement des réseaux et des toiles, des multiplicités et des mises en relation qui pulvérisent la conscience.
- La Participation est une ouverture sur l'inconnu et l'invisible, sur le vivant, l'animé ou l'inanimé dans leurs manifestations les plus imperceptibles, une ouverture qui est à la fois perception et action, et qui multiplie ou néantise les mondes, les arrière-mondes, les échos et résonances entre les mondes. La vie intérieure y atteint son degré de plus haute acuité et profondeur.
- L'Alligation offre un espace de sociabilité confiné, privilégié, voire élitiste, qui échappe aux lois et réglementations sociétales. C'est l'espace du don, des échanges, des sacrifices, des attentions et faveurs amicales ou amoureuses.
- L'Individuation elle-même, qui est intéressement, égoïté, recherche de gains, bénéfices, satisfactions et plaisirs, n'est pas totalement réductible à la compétitivité moderne ou une plus ancienne. Si leurs valeurs et directions sont similaires, leurs modes d'expression peuvent différer.

Mécanisation des cervelles. Quand un exécutant abuse de sa fonction pour imposer un point de réglementation au mépris de la situation et des relations naturelles inter-individuelles, c'est qu'il est passé à l'état de légume. Ce n'est pas la robotique ou la mécanisation qui fabriquent du sous-homme : on devient machine à faire marcher la machine par intériorisation de cette mécanisation in se in situ.

Misère et Espoir. L'espoir suscité dans une population à l'occasion d'une élection politique présentée comme majeure est à la mesure de son degré de misère existentielle. Mais souvent sans espoir suscité, le degré de misère est tout aussi élevé.

Encore et toujours Paracelse : "L'homme sans les astres n'est pas même en mesure de recoudre sa braguette." Et les blaireaux à console et smartphone cliquettent aux wikis pour retrouver les contenus...

Piètre Stratégie. La femme revendique l'égalité en tous domaines au moment même où l'homme est tombé au plus bas.

Quand le pire n'est pas advenu, on en vient à penser qu'on ne l'a pas reconnu.

Postérité. Quelle valeur peut avoir la postérité à l'aune de la présente actualité ?

Posture défensive. Certains ont développé une exagération équivalente à l'outrance moderniste, et un degré de haine comparable à son niveau d'infamie. Car il faut lire entre les lignes quand le cynisme n'est plus même l'ultime prérogative de la pensée unique.

Prévention. Comme un mondain évite le miteux ou le cul-terreux, l'artiste ou le penseur se préserve des gens de communication et d'administration.

Progrès technologique. Ce sont les machines qui deviennent autonomes, imprévisibles, libérées, et les hommes dépendants, programmés, asservis.

Schopenhauer et Castaneda. Pour l'un et l'autre, le monde est Volonté et Représentation.
Par représentation, Castaneda entend le Tonal, le monde ordinaire, la raison, tout ce qui est susceptible d'être conçu et représenté, tout ce qui est accessible ou le devient.
Par Volonté il entend la capacité d'agir et d'accéder au Nagual, à l'inconnaissable, au Réel qui se situe au-delà du monde appréhendable.

Sérieux. On n'est jamais vraiment dans le sérieux. On fait tout pour se distraire ou se divertir. Pascal. On reporte toujours le sérieux à plus tard. Au final : la frivolité de nos vies et du monde. L'humanité baigne dans la souffrance, dans l'insatisfaction, mais surtout dans la frivolité, cette dernière expliquant les précédentes ? Seuls les animaux sont sérieux.

Soupe-culture terminale. En général l'individu, quel que soit son niveau de culture, académique, populaire, ou semi-cultivé, n'est pas en mesure ni n'a l'envie d'estimer par lui-même de la valeur, enjeu, originalité ou envergure d'une information ou d'un contenu de pensée, et moins encore d'en connaître la source : il s'en remet à des institutions ou de prétendues autorités, spécialistes ou vulgarisateurs, qui sont les béquilles branlantes de son cerveau détricoté. D'où la soupe-culture actuelle des cliqueurs, pilleurs, plagiaires, wikipèdes, qui marque le temps de la croyance consensuelle, déracinée, désorientée, stade préalable à l'effondrement de toute culture.

La survie, pour la plupart, c'est-à-dire ce qui les prévient du suicide, se mesure au degré d'ignorance de leur insignifiance.

Tétrade de la modernité : le monde moderne comme Mutilation, Pétrification, Contamination, Bonimentation.
- Mutilation ou fabrication de sous-hommes, ultra-spécialisation empêchant le développement de la totalité de l'être. La Mutilation résulte du rapport que chacun est contraint d'entretenir avec toute forme d'énergie dégradée. Par elle, l'homme passe à l'état de légumineux entretenu par la machine.
- Pétrification ou lapidification, chacun plaqué à son lopin de survie. La Pétrification, c'est l'arrêt donné à toute tentative de déploiement du vivant, c'est l'horizon ramené au confinement, la vitesse à l'immobilité, l'aérien à la lourdeur.
- Contamination par voisinage, par promiscuité, par suggestion, par exclusion de toute altérité : propagation délétère par laquelle s'extériorisent production sociale et histoire, et s'intériorisent mode de perception et temporalité.
- Bonimentation ou publicité et propagande, fabrication de pseudo-vedettes et de nullités de substitution, infantilisation, polarisation sur le futile et l'inutile. La Bonimentation, c'est le produit résiduel de toute activité : car au final tout nous revient comme gadget marketing, enrobage mensonger, discours maquillé, tronqué truqué frelaté falsifié.

Timing. "J'ai tout essayé..." Le problème n'est pas d'avoir essayé peu ou plus, mais dans le bon ordre et au bon moment. Le timing est un facteur essentiel de ce qui est.

Tous paumés. Après le commun avènement, celui des paumés, reliquat humanoïde, quand elle s'étiole, d'une société foncièrement hypocrite ayant perdu par sa duplicité tout sens des valeurs. Alors se pose la question récurrente : Pourquoi ça ne marche pas ? - dans laquelle trempe, complice, toute la sphère administrative politique médiatique journalistique décisionnelle.

Le Tractatus de Wittgenstein. Ce n'est rien d'autre qu'un ramassis et une déclinaison de mots d'ordre : rien de rationnel là-dedans, mais l'imposition forcenée d'un type de rationalité.

Transits planétaires. La preuve absolue, irréfutable, récurrente, en faveur de l'astrologie réside dans l'expérience vécue des transits planétaires. Pour qui possède encore un soupçon d'existence intérieure, une ultime parcelle non totalement recouverte et submergée par le bousin sociétal et médiatique, il est aisé de constater que les passages (ou retours) des planètes, et notamment des géantes (Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune) à environ 1°5 du Soleil, de la Lune et des configurations natales dominantes, adviennent avec une augmentation d'énergie, de vitalité, de confiance, de moral, inexplicable par d'autres facteurs ou circonstances existentiels. Cette expérience astrologique justifie l'engagement en sa faveur contre l'obscurantisme des siècles passés et de celui entamé.

Trous à rats. C'est en ces lieux caverneux qu'ils haïssent et bannissent ceux qui voudraient les en faire sortir, tout en n'y discutant que d'une chose : Comment aménager notre trou à rats ?

 

Torino, SatPap, Prisse

 
 
Idées en Vrac 2016
Idées en Vrac 2015
Idées en Vrac 2014
Idées en Vrac 2012-2013
Idées en Vrac 2005-2011
Idées en Vrac 1989-2004
 
 
Patrice Guinard : Idées en Vrac 2017
http://cura.free.fr/2015/1712vrac2017.html
17-12-2017
© 2017 Patrice Guinard