CURA : Accueil

Pour une nouvelle approche du thème astrologique
par Patrice Guinard, Docteur ès Lettres



Les textes et thèmes qui suivent, ont été proposés en accueil au Cura, depuis le 9 avril 2010, aux dates anniversaires. Ils font suite à mon étude, La réforme du thème astrologique, et ont pour fonction de donner un aperçu de ma méthode et de mes priorités. Compte tenu de leur nouveauté, je n'ai pu trouver de logiciel, gratuit ou commercial, qui me permette de dresser correctement les thèmes selon mes souhaits.


Le déclin de l'astrologie contemporaine

J'utilise néanmoins le logiciel russe ZET (version freeware) pour sa plasticité relative, bien qu'il soit encore beaucoup trop tributaire des pratiques dominantes ou qui le deviennent parce que précisément les amateurs ont tendance à appliquer ce qu'ils trouvent dans leurs logiciels sans se poser de question sur leur pratique. C'est ainsi que déferlent actuellement, et pour l'heure surtout dans le monde anglo-saxon, après la vogue des mi-points et autres fantaisies de l'école allemande, des vagues de disciples de l'astrologie dite traditionnelle, néo-hellénistique, néo-arabique ou néo-médiévale, qui se propagent à mesure que des traductions d'ouvrages anciens envahissent le marché de l'édition. C'est d'autant plus pathétique que ces mêmes étudiants attardés, qui ignoraient presque tout de l'histoire de l'astrologie dix années auparavant et qui dans leur majorité n'ont jamais entrepris un quelconque travail de recherche historique, méconnaissent les avancées des plus originaux parmi leurs prédécesseurs du début du XXe siècle, lesquels avaient proposé de nouveaux agencements, précisément parce qu'ils connaissaient les limites de cette astrologie consensuelle dite traditionnelle. Autrement dit et pour simplifier : les astrologues d'aujourd'hui, ces "Petosiris attardés" selon l'expression de Bouché-Leclercq, au nom de leur récente découverte et d'une application consensuelle des compilations de Valens, de Ptolémée, voire d'Albumasar, de Lilly, Morin et al., ont tendance à condamner ceux qui oeuvrent pour remodeler ces systèmes surannés, justement parce que ceux-ci en connaissent les limites et déficiences. Cet état et cette évolution de l'astrologie depuis maintenant une quinzaine d'années sont considérés par Robert Hand dans un article paru sur Astrodienst comme plutôt encourageants ... Je crois au contraire qu'il devient de plus en plus difficile de faire publier dans les revues spécialisées, encore d'un bon niveau durant les deux premiers tiers du XXe siècle, autre chose qu'une bouillie d'interprétations et de suppositions aléatoires, qui conforte le grand public astrologisant dans ses erreurs.

Les leurres de l'interprétation

C'est pourquoi, dans les illustrations qui suivent, je limiterai les miennes à leur portion congrue, me contentant de ne signaler que quelques directions. Dans le fond, j'adhère à la thèse de certains critiques portant sur l'exercice herméneutique en astrologie, qui soulignent son caractère aléatoire voire illusoire. Par exemple John North en 1986 (p. xi) : "Les historiens ont presque toujours tendance à (se) demander face à un thème comment il était interprété. La réponse usuelle est la suivante : ' Comme l'astrologue le souhaitait '." Le problème, c'est que l'historien, et à un plus fort degré d'incompétence, l'idéologue et le vulgarisateur scientistes, lorsqu'ils s'aventurent à reconstruire un thème ancien avec des données modernes ajustées, se contentent de reproduire sans réflexion critique les modèles consensuels des astrologues. Autrement dit, ils en restent au niveau zéro de la réflexion épistémologique.

Mon Manifeste pour l'astrologie a été lu en quatre langues par des milliers d'internautes depuis sa mise en ligne en 1999, et cité par quelques dizaines, plus comme une justification des pratiques courantes que pour leur remise en cause et pour la nécessité d'élaborer un modèle rénové qui soit plus compatible avec les avancées, si ce n'est de la science, tout au moins de la mentalité et des aspirations rationalisantes de la conscience moderne. Ce texte qui n'était qu'une conclusion à un travail de recherche précis, entrepris maintenant depuis trente ans, a largement éclipsé la matière même auquel il succédait. Lorsqu'on y lit que la planète est un impressional avant d'être un symbole, il faut comprendre qu'il est ridicule de farcir l'interprétation des épisodes mythologiques relatifs à de simples noms donnés plus ou moins aléatoirement aux nouvelles planètes (Uranus, Cérès, Neptune, Pluton, voire les plus récents Eris, Orcus, MakeMake et al.) par des astronomes parfois hostiles à l'astrologie, -- mais ne le seraient-ils pas, l'absurdité demeure. Si Neptune avait été nommée Mithra, Faust ou Salomé, lui conserverait-on son domicile en Poissons ? Nouvelle absurdité ! Toute la question des maîtrises est à revoir, d'autant plus que les Petosiris Grecs et médiévaux ne raisonnaient pas autrement que leurs successeurs et homologues modernes, si bien que c'est l'ensemble de ces "significations primaires" qui ne sont que des analogies de faible portée et sur lesquelles s'appuie tout l'exercice interprétatif, qu'il convient de remettre en cause. Uranus n'est pas plus la planète des ruptures au prétexte qu'elle fut découverte quelques années avant l'agitation révolutionnaire et la terreur institutionalisée en France à cette époque ; pas plus que Saturne, dont la révolution n'atteint qu'une trentaine d'année, n'est la planète de la vieillesse. On n'en finirait pas d'égrener la longue liste des inconséquences justifiées par des analogies à deux balles et par des procédés numérologiques sommaires, mis en place par les astrologues au cours des siècles, et qui ternissent le concept et l'idée d'astrologie faute d'un minimum de réflexion et surtout parce que le praticien ne saisit pas la différence entre un impressional et ce qu'il appelle improprement symbole.


La rénovation technique du thème

Ci-suivent les différentes notions techniques préconisées lors de l'élaboration du thème :

1. Le zodiaque, comme référent matriciel unique du thème. Les tentatives d'un référent autre, de l'adaptation d'un zodiaque pour chaque planète, d'un repérage par les déclinaisons ou d'autres systèmes de coordonnées afin de résoudre notamment la question des rétrogradations, celles que j'ai entreprises comme celles que j'ai suivies ici ou là, ne sont pas concluantes.

2. Un zodiaque tropique, -- et non "tropical" (sous les tropiques ? !) comme on le trouve chez les wikis, les journalistes, et dans nombre de manuels de vulgarisation compilés par des semi-incultes. Les autres types de zodiaque ne sont que des adaptations, des dérivations du zodiaque tropique, d'autant plus douteuses qu'elles sont multiples et indécidables. Je consacrerai un prochain article à cette question et à la précédente.

3. Un système à huit maisons, lesquelles marquent le degré subjectif d'intégration de l'individu dans son environnement, et ontologiquement le mode d'intégration de la conscience à son extériorité. Les maisons sont de nature ontologique et elles répondent à une seule question : Devant quelle conscience, devant quelle autorité -- ma femme, mon compagnon, mes amis, une communauté de savants, un club d'artistes, Dieu, moi-même, la Loi, la société, etc -- suis-je disposé à rendre compte, en dernier ressort, de mes actes, de ma pensée, de ma vie ? Autrement dit, et si mon existence et mon destin ont un sens : Dans quel cadre ou sous quel regard, suis-je disposé à les justifier ? Il reste évident que les autorités civiles, morales, culturelles, n'apprécient pas que de telles questions soient soulevées. L'astrophilosophie pèse peu devant les idéologies. Je considère les douze maisons comme un système superstitieux mis en place par une certaine astrologie grecque décadente, en vue de donner des réponses pratiques au questionnement malsain d'une clientèle, et qui n'ont pas plus de valeur et de vérité que celle que leur accorde Kepler dans ses réflexions sur l'astrologie.

Concrètement et concernant le calcul des 8 maisons et leur organisation (oktatopos), on se réfèrera aux paragraphes qui leur sont consacrés dans mon texte La réforme du thème astrologique ; concernant le sens à donner à ces diverses modalités de la conscience et à leur organisation (le "Dominion" rebaptisé octotope), on ira relire mon article déjà ancien : Les 8 Maisons. [Le logiciel ZEt ne propose pas pour l'heure de domification par huit, mais une pléthore inutile de systèmes duodénaires. Des bidouillages s'avèrent nécessaires afin d'obtenir l'oktatopos en modus aequalis.]

8 maisons
Octotope



4. Le nombre d'opérateurs planétaires du thème, i.e. les 11 planètes, incluse Cérès. J'ai récemment justifié ce choix dans l'article Quels opérateurs cycliques en astrologie ? Cérès est la planète de l'astrologie, elle remplace ma "Lune hivernale", dont j'ai ressenti l'existence nécessaire dans ma thèse de 1993 et dans l'article subséquent paru en 2000. Elle n'a aucun rapport avec le decorum mythologique qui entoure la déesse romaine (le grain, les récoltes, la fécondité, etc), mais a rapport à la potentialisation des données et des entités, autrement dit à la raison matricielle qui caractérise le raisonnement astrologique. Que les astrologues aient loupé Cérès en 1800 et après, alors qu'ils ont progressivement adopté Uranus, Neptune puis Pluton, est un symptôme inquiétant de leur insensibilité aux impressionaux, et du fait qu'ils ne s'abreuvent pas à la source astrale mais dans leur sous-littérature constituée de manuels de vulgarisation et de consensualisation, dans leurs écoles, clubs et fabriques de stéréotypes.

5. Les Angles, comprise la question du Milieu du Ciel (MC), ou du Milieu de l'Écliptique défini comme le point écliptique de plus haute altitude ; la représentation du ciel de naissance ; le positionnement des facteurs planétaires : ces questions ont été traitées dans le texte La réforme du thème astrologique. Les logiciels astrologiques ne représentent pas la position correcte des planètes au-dessus ou en-dessous de l'horizon dans les cas de forte latitude ; on remédiera à cette déficience par l'indication d'un fléchage approprié. Par exemple dans le thème de Chaplin, la Lune est au-dessus de l'horizon, et dans celui de Beckett dressé pour le 13 mai, Pluton est au-dessous.

6. Les aspects angulaires vrais, c'est-à-dire les distances angulaires réelles entre les opérateurs planétaires. Ils ne figurent généralement pas en standard dans le thème, mais parfois, dans certains logiciels, dans une représentation annexe du ciel en 3D. Aussi, dans les thèmes qui suivent, certains aspects indiqués n'en sont pas, et d'autres qui existent, ne sont pas indiqués. Les seuls aspects qui me semblent indiscutables sont la conjonction, l'opposition et la quadrature. D'autres le sont moins : j'ai retenu le trigone (120°), l'octile (45°) et son complémentaire le sesqui-carré ou tri-octile (135°), qui figurent ou non dans les thèmes qui suivent. Je consacrerai prochainement un nouvel article à cette question et à celle des orbes.

7. Les figures ou configurations synergiques : triangles, rectangles, trapèzes, quadrilatères, hexagones, etc. Les plus utilisées sont le Grand Trine (Grand Triangle), le T-Square (Demi-carré), et le Grand Cross (Croix). On peut en dénombrer une centaine et aucune étude systématique sérieuse ne leur a été consacrée. Ce sont des mises en relation simultanées entre trois, quatre, plus rarement cinq, six, etc ... facteurs planétaires. On suppose à tort qu'elles doivent dépendre des aspects (par exemple le Yod, quinconce-quinconce-sextile), alors qu'elles forment, indépendamment des aspects, des figures maintenant dans la sphère céleste une synergie de part et d'autre d'un plan d'équilibre. Par ailleurs, elles n'ont pas plus de signification spécifique que les aspects, mais indiquent une circulation de l'énergie, qui prime en importance sur les aspects qui ne mettent en jeu que deux facteurs. Une étude prochaine leur sera consacrée. [Dans les tout premiers thèmes qui suivent, l'indication des mi-points n'a pour unique fonction que le repérage des configurations triangulaires ; ils disparaissent dans les thèmes suivants.]

8. Le premier objectif de l'interprète est la réduction du thème d'un individu à son moteur, à son noyau, autrement dit aux configurations qui commandent sa dynamique psychique. Aussi la seconde tâche, après la mise en place raisonnée des facteurs du thème, sera sa réduction, i.e. la hiérarchisation des opérateurs planétaires, zodiacaux, voire sectoriaux (maisons). Pour les planètes, quatre facteurs sont retenus : les angles (i.e. la conjonction à chacun des quatre angles du thème), les aspects ou rapports entre deux planètes, les configurations synergiques, les facilitations et zones d'influence cycliques (maîtrises en signes et maisons). Cette question sera traitée dans un prochain article.


Quelques thèmes de Béliers et Taureaux : Baudelaire, Henri II, Bréhier, Beckett, Hobbes, Chaplin, Blixen, Kant, Leonardo, Hutten, Marx, Freud, Krafft, Machiavel


- Charles Baudelaire est né le 9 avril 1821 à Paris, à 15h
- sources : Paul Choisnard, Langage Astral (Traité sommaire d'Astrologie scientifique), Paris, Chacornac, 1902 ; 1941, p.288 (et Ring 1969, Gauquelin 1971, Müller 1992 : cf. les Données de Naissance du CURA 1).
- Baudelaire est un enfant de la maison IV (l'Harmonie), l'une des plus difficiles à vivre compte tenu de l'uniformisation et du rabougrissement des modes de vie modernes, et de leur asservissement aux idéologies ploutocratiques, aujourd'hui malades de l'argentangine prévue par Nostradamus dans sa Pronostication pour l'an 1555. Alors advient la possibilité, voire la nécessité des Paradis Artificiels (1860) quand elle est renforcée par la quadrature Mars-Neptune.

 



- Henri II est né le 31 mars (julien) 1519, soit le 10 avril (grégorien), vers 5h15. L'heure de sa naissance est disputée (cf. les données de seconde main recueillies par Lois Rodden dans l'Astro-Databank).
- Giuntini (1583, p.169 ; 1e éd. en 1573) dresse un thème pour 5:24 "post mediam noctem" (après minuit).
- Gaurico (1552, p.42v), le témoignage le plus ancien, donne 10:28 Horol. (après le coucher du soleil de la veille, à environ 18:30), ou encore 17:00 P.M. ("post meridiem", c'est-à-dire après le passage du soleil au méridien à environ 11:58 le jour précédent), soit à 4h58.
- Jean Brunet (ap. 1570 ; BnF: ms fr 14772) donne 17 heures "après midi" (même heure que Gauric)
- Jean Fornier de Montauban (mentionné par Du Verdier dans sa Bibliotheque, 1585, p.691) dans L'Uranie au treschrestien Roy de France Henry deuxiesme de ce nom (Paris, Charles Langelier, 1555, p.20 ; exemplaire à Sainte-Geneviève: 8 S 304 INV 2235 RES P.2) fait naître Henri II le 31 mars 1519 à 6h15 du matin (avec la Part de Fortune à 22° du Taureau et la "Part du Regne" à 19°05 du Lion).
- Un historien tardif fait naître le roi à 7 heures du soir (Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, Paris, Compagnie des Libraires, 1726, p.133).

- La position de Mars débilité en Cancer et au FC (en maison VII : le Mystère) caractérise la fin tragique de ce roi, illusionné sur ses propres capacités physiques et sportives, et s'imaginant de taille à affronter successivement les plus valeureux hommes d'armes de son royaume, encouragé par les efforts de mise en scène déployés par son entourage. Et si l'on fut déjà en 1559 dans le monde d'Idi Amin Dada, il est probable qu'on l'aura encore été durant les siècles ultérieurs, tant est partagée en France le spectacle illusoire du pouvoir.
- Sur l'anticipation de ce décès, cf. Le décès du roi Henry II deux fois présagé par Nostradamus.




- Émile Bréhier est né le 12 avril 1876 à Bar-le-Duc, à 3h
- Source : Michel et Françoise Gauquelin, BIRTH AND PLANETARY DATA GATHERED SINCE 1949, vol. A 6 : 2027 Writers & Journalists (Écrivains et journalistes), Paris, L.E.R.R.C.P., Mars 1971, numéro 146, p.12 (cf. CURA, 2001-2009 : http://cura.free.fr/gauq/902gdA6.html et http://cura.free.fr/gauq/902gdA6y.html).
- Bréhier, traducteur des Ennéades de Plotin, fut et reste le meilleur historien français de la philosophie, le plus compréhensif. Uranus (la planète des philosophes) au Descendant en A- (Alligation nocturne, le Couple) lui permit d'évaluer individuellement et avec justesse chaque philosophe à sa valeur tout en élaborant une vision synthétique de l'historicité des concepts et des raisonnements philosophiques.




- Samuel Barclay Beckett serait né dans l'actuelle agglomération de Dublin, le vendredi saint 13 avril 1906 vers 20h15 : "I was born on Friday the thirteenth, and Good Friday, too. My father had been waiting all day for my arrival. At eight p.m. he went out for a walk [d'une durée d'une demi-heure ?], and when he returned, I had been born." (Deirdre Bair, Samuel Beckett: A Biography, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1978, p.4 ; cf. aussi la traduction française de Léo Dilé, Beckett, Paris, Fayard, 1979, p.16, et AA Newsletter de novembre 1990).
- Heures et jours inventés ? (cf. Alfred Hornung, "Fantasies of the Autobiographical Self: Thomas Bernhard, Raymond Federman, Samuel Beckett", in Journal of Beckett Studies, 11/12, 1989, http://www.english.fsu.edu/jobs/num1112/091_HORNUNG.PDF). Les vendredi 13 qui précèdent Pâques ne sont que sept au cours des 19e et 20e siècles : en 1837, 1838, 1849, 1900, 1906, 1979 et 1990.
- Sur l'intérêt de Deleuze pour l'écriture et le bilinguisme de Beckett, cf. le compte-rendu d'Alice Godfroy sur l'ouvrage d'Isabelle Ost, http://www.fabula.org/revue/document4066.php.



- Le certificat de naissance indique le 13 mai, et non le 13 avril, pour une naissance enregistrée le 14 juin 1906. Bair ajoute que Beckett aurait falsifié sa date de naissance afin qu'aucun astrologue ne puisse dresser son thème et "prédire le moment de sa mort"(Bair, p.103 et version Dilé p.102) -- comme si un astrologue était capable de telles prédictions ! L'hypothèse est d'autant plus vraisemblable que l'anti-astrologisme actif de Beckett est notoire. Beckett est l'auteur d'un petit opuscule difficilement trouvable, en fait sa première oeuvre publiée séparément, intitulé Whoroscope (de whore et horoscope : "la putain horoscope"), paru chez Hours Press en 1930 (une petite maison d'édition fondée en 1928 par Nancy Clara Cunard en Normandie), et s'inspirant de la Vie de Descartes d'Adrien Baillet. Le dernier vers peut se traduire par "heure impénétrable, sans étoile". Bair note que "De façon générale, Whoroscope fait un étalage spirituel, superficiel, de connaissances ésotériques." (p.102).
- Pourtant je ne crois pas à l'invention du récit de Beckett concernant les circonstances de sa naissance tardive (le soir). Mais compte-tenu de ses déclarations, il est possible que l'heure ait elle-même été falsifiée. Les meilleurs mensonges ne sont-ils pas fabriqués à partir de données réelles? Un thème dressé le 13 mai, avec la triple quadrature saturnienne, convient mieux à l'intéressé que le thème précédent. Avec Saturne au FC en maison VII, le thème paraît encore plus concluant.
- Beckett serait né le 13 mai 1906 vers 21h30. Il aurait falsifié ses données de naissance, y retranchant un mois pour se faire naître un vendredi 13, et environ une heure. Pour le lecteur familier de mes études sur Nostradamus, de tels procédés, loin d'être indécelables, sont au contraire parfaitement lisibles, voire naturels (cf. par exemple L'organisation des premières éditions des Prophéties et le chiffrement des dates des deux préfaces").
- Dans les deux thèmes, l'Alligation nocturne (le Couple) signe la première production de l'auteur de Molloy (1951), de En attendant Godot (1952) et de Mercier et Camier (écrit en 1946). Vénus (la Dissociation), dominante, s'oppose tragiquement dans le second à Saturne au FC en Poissons.




- L'érudit John Aubrey (1626-1697), auteur des Brief lives, chiefly of contemporaries, déclare dans ses papiers manuscrits avoir recueilli personnellement les données de naissance de Thomas Hobbes, né "between the hours of four and six"(cf. James Martin Harvey (1904-1993), Nativitas: Astrological studies, vol. 1, São Paulo, Triom, 1992).
- Le philosophe anglais est né le 05 avril (Julien) ou 15 avril (Grégorien), dans la demeure paternelle à Westport, une paroisse près de Malmesbury, entre 4 et 6 heures du matin. Le thème est dressé pour 4h15 avec Uranus à l'Ascendant et les maisons Individuation dominantes (lesquelles signent l'orientation pré-utilitariste de sa philosophie). Homo homini lupus (L'homme est un loup pour l'homme), une maxime trouvée chez Plaute, illustre son rationalisme typiquement européen, voire l'idiosyncrasie occidentale, et a marqué l'esprit du siècle des supposées Lumières en France, voire justifié ontologiquement la politique militaire et coloniale franco-britannique.
- Le thème est marqué par un trapèze isocèle incluant la Lune au MC, Uranus à l'Ascendant, Neptune et Mars.




- Charles Chaplin est né dans un quartier pauvre de Londres (à Walworth) le 16 avril 1889, selon lui-même à 20 heures.
cf. Claude Weiss, 120 Berühmte Persönlichkeiten, Astrodata Band 3, Basel, 1979 (selon Bruno Huber & selon Jacques Berthon)
cf. Marc Penfield, 2001 - The Penfield Collection, Los Angeles, 1979, n.348 (his autobiography, i.e. Charles Chaplin, My autobiography, London, Bodley Head, 1964, p.14)
- Saturne, en Lion et au MC, forme un triangle isocèle avec Jupiter et Neptune et un demi-carré avec la Lune à l'Ascendant et Mars-Vénus au Descendant. L'individu comme entité physique, sensible et réfractaire (Lune en Scorpion), est secoué, ballotté, trituré, tel un pantin, par une extériorité complexe et hostile dont la force apparaît au final comme une illusion et une farce (Saturne en Lion), auxquelles il oppose une combativité tenace, à laquelle sont aussi vouées ses intrigues amoureuses (Mars-Vénus Taureau, Alligation nocturne).
 



- Karen Blixen est née à Rungsted, près de Hørsholm au nord de Copenhague, à 16 heures.
- sources : Jacques de Lescaut, [Vol. 14], Birth Data of 1390 Personalities March 20 - June 21, Bruxelles, 1990 ; et Arno Müller, 234 berühmte Frauen, Astro-Forschungs-Daten 3, Waldmohr, 1993 (rens. perso. Günther Menzer)
- auteur du best-seller Out of Africa (1937). La maison P+ (aspiration à l'Harmonie) marque ce thème.




- Emmanuel Kant est né le samedi 22 avril 1724 à Königsberg, capitale de la Prusse Orientale (actuellement Kaliningrad en Russie), à 3 heures du matin (cf. la biographie du médecin Johann Christoph Morzfeld : "Immanuel Kant wurde den 22sten April 1724 des Morgens um 3 Uhr bebohren." (in Fragmente aus Kants Leben. Ein biographischer Versuch, Königsberg, Hering und Haberland, 1802, p.14).
- Arno Müller (612 berühmte Männer, Astro-Forschungs-Daten 2, Waldmohr, 1992) donne la même heure, citant les Archiv der Akademie der Wissenschaften de Berlin (cf. Données de Naissance du CURA 1).
- L'opposition du Soleil en Taureau (en Participation nocturne) à Uranus en Scorpion signe le thème de l'auteur de la Critique de la raison pure.




- Leonardo est né le samedi 15 avril 1452 [i.e. le 24 avril Grégorien] à "3 heures de la nuit" [à 21h50 avec un coucher du Soleil vers 18h50] dans la demeure familiale à Anchiano au nord-est de Vinci. Antonio da Vinci, note dans son registre la naissance de son petit-fils : "Nacque un mio nipote, figliolo di ser Piero mio figliolo a dì 15 aprile in sabato a ore 3 di notte. Ebbe nome Lionardo." (D'après le registre de son grand-père paternel Antonio, Biblioteca Ambrosiana de Milan : cote Firenze, AdS, Notarile P 389 c, 105 t ; cf. http://www.reancostruzioni.it/grandi/leonardo_file/biografia.htm ; http://www.reancostruzioni.it/grandi/leonardo_file/manoscritti.htm).
- Le thème du célèbre peintre et savant est marqué par la maison VI (la Connaissance) ; Saturne (aptitudes et aspirations scientifiques) maintient Jupiter et Vénus (aptitudes artistiques et plastiques) en synergie. Une caractéristique du thème de Léonard est la liaison de toutes les planètes par aspect, une à une (compte tenu des aspects et orbes adoptés).




- L'humaniste luthérien Ulrich von Hutten, la principale source attestée (avec Roussat) des Prophéties et des almanachs de Nostradamus (cf. Guinard, Corpus Nostradamus # 14, 35, 47, 60, 61, 73, 102, etc), décédé prématurément le 29 août 1523, est né le 21 avril 1488 [i.e. le 30 avril Grégorien] au château de Steckelberg près de Schlüchtern en Hesse, à 9h30 le matin selon Garcaeus, qui donne un AS à 28° du Cancer calculé pour une latitude de 49°N (Astrologiae methodus, 1576, p.145 : cf. DIAL2).
- Sur la famille des Hutten, cf. la dissertation de Georg-Wilhelm Hanna : Die Ritteradligen von Hutten, ihre soziale Stellung in Kirche und Staat bis zum Ende des Alten Reiches (Bamberg, Avril 2006, http://deposit.ddb.de/cgi-bin/dokserv?idn=982458525).
- Le thème est dominé par la Lune (en maison VIII : la Postérité) qui forme deux triangles, et maintient en synergie le Soleil et Uranus d'une part, Mars et Neptune de l'autre.




- Karl Marx est né à Trier (Trèves) le 5 mai 1818 à 2 heures du matin.
(sources: Wemyss, Famous nativities, 1938, n.157 (= Rodden) ; Ring, AM3, 1969, p.40 (geburtsregister) ; Müller, 1992 : cf. les Données de Naissance du CURA 1).
- Neptune en sagittaire en A+, l'Amitié (Association internationale des travailleurs) maintient Mercure (didactisme) et Mars (action) en synergie.




- Sigmund Freud, né Sigismund (et Schlomo en hébreu), est né le 6 mai 1856 dans la cité de Freiberg en Moravie, dans l'empire austro-hongrois (aujourd'hui Pribor en République Tchèque), à 18h30.
- sources : Jones, 1953 ; Lucas, 1979 ; Sandor Belcsak (in Meridian, Mai 1983 ; cf. DN CURA 1) ; Rodden
- "Sigmund Freud was born at 6:30 p.m. on the sixth of May, 1856, at 117 Schlossergasse, Freiberg, in Moravia" (Ernest Jones (1879-1958), The life and work of Sigmund Freud, New York, Basic Books, 1953, vol.1, p.1). Le clinicien britannique Philip Lucas précise dans le Mercury Hour (oct. 1979) que l'heure provient du journal de son père Jakob.
- Une naissance peu convaincante en mars 1856 a été proposée : cf. http://www.astro.com/astro-databank/Freud%2C_Sigmund (notes de Lois Rodden). Cf. l'image du certificat de naissance le 6 mai à l'adresse http://www.loc.gov/exhibits/freud/images/vc008101.jpg.

- Mercure, Uranus et le Soleil sont conjoints en Taureau en Alligation nocturne (le Couple, ici la marque de la cure psychanalytique). Saturne tient Mars et Neptune en synergie dans un triangle qui fait de Mars (la pulsion sexuelle), en tri-octile au Soleil et à Uranus, le pivot de la vision de l'inconscient chez le psychanalyste viennois.

- Sur une critique du freudisme, cf. l'Anti-Oedipe de Deleuze et Guattari, l'antipsychiatrie britannique, et mon article "Du Sémiotique à l'Astral". L'astrologie, via son application herméneutique, explique mieux l'individu Freud, que le psychanalyste, rallié aux idéologies de la pensée dominante et consensuelle, n'est capable d'aider l'astrologue.

Depuis le XVIIe siècle en France, l'obscurantisme antiastrologique ne laisse aucune chance aux chercheurs astrophiles et astrologues d'accéder, si ce n'est aux postes académiques payés par le contribuable, au moins à une possibilité d'expression dont ils sont privés dans les médias. On reconnaît que la psychanalyse n'est pas une science, mais elle n'est pas relayée dans les oubliettes de la culture en tant que "pseudo-science" comme l'est l'astrologie, laquelle a pourtant résisté à deux millénaires de coercition et d'acculturation étatique et institutionnelle, notamment théologienne et aujourd'hui scientiste. En revanche des crédits et contrats d'édition sont aisément accordés à quelque raté de la science, de la météorologie ou des psychologies autorisées pour alimenter le discours antiastrologique de son ignorance, de sa mauvaise foi et de sa nullité intellectuelle. Alors que la psychanalyse, d'invention récente et dont les temps sont comptés, est encore largement conviée à des débats d'experts sur les ondes ou sur le papier, l'astrologie est régulièrement désavouée, bafouée, ridiculisée, dans de grotesques reportages télévisés et des articles (Le Monde, Libération, etc), élaborés par des sous-intellectuels et des journalistes, surtout dans un pays où la liberté d'expression ne se mesure qu'à la puissance des corporatismes et à leur inféodation aux appareils financiers, et où est pléthorique la masse de discours et de leçons à prodiguer dans ce registre -- lesquels font sourire le quidam, passées les frontières, et n'ont pour but que de cultiver les cerveaux autochtones.
[Pour une meilleure lisibilité, les huit maisons sont désormais marquées sur les thèmes à partir de la première dans le sens horaire.]




- L'astrologue nostradamologue suisse-allemand Ernst Krafft est né le 10 mai 1900 à Bâle, à 12h45.
- source lui-même : Cahiers Astrologiques, 10, Nice, 1939, p.162, et Traité d'astro-biologie, p.172 : "ma date est : - Bâle, 10 mai 1900, à 12 h. 3/4 H.E.C. (selon indication du registre de naissances)".
- sur Krafft, voir mon analyse (cf. "L'astrologie française au XXème siècle", Cura, 2001), ou sa version anglaise. Les indications que j'ai données, suite à ma recherche au Warburg Institute en 1996-97, ont été pillées sans indication de source par l'Astro-Databank :
"His "Correspondence" (University of London, Ann Arbor), offers interesting insights on his life and thoughts [for example, his disastrous speculations on the stock market] and his belief that the Jews were responsible for WW II", http://www.astro.com/astro-databank/Krafft%2C_Karl_Ernst.
- Le triangle isocèle Lune-Soleil-Saturne (135-90-135) est la clé de ce thème marqué par l'Individuation (maisons III et VIII).




- Machiavel, baptisé le 4 mai 1469 à Florence, est né le "3 mai" 1469 "à 4 heures", c'est-à-dire le jour précédent 2 mai 1469 [le 11 mai Grégorien] à 23h10 (le jour commençant au coucher de Soleil vers 19h10), selon les registres baptismaux de la cathédrale de Santa Maria del Fiore : "A dì 4 di detto [maggio] 1469 (...) Nicolo Piero e Michele di m. Bernardo Machiavelli, p. di Santa Trinita, nacque a dì 3 a hore 4" (Registro 3, fg. 102 di 306).
 


- sources : Gaspare Amico, La vita di Niccolo Machiavelli : commentari storico-critici sulla vita pubblica e privata, sui tempi e sugli scritti del segretario fiorentino corredati di documenti editi ed inediti (Firenze, Giuseppe Civelli, 1875) puis Oreste Tommasini, La vita e gli scritti di Niccolò Machiavelli, Torino, Ermanno Loescher, 1883, vol.1, p.77, http://www.archive.org/details/lavitaegliscrit00tommgoog) ; cf. aussi American Astrology, 11/1967.

- Le thème est marqué par Uranus (la planète des philosophes) au MC, les maisons Objectivation (la Connaissance, la Communication), et l'axe Neptune-Saturne dans les signes de la spécialisation (Taureau/Scorpion) lui permettant de rénover la pensée politique par la finesse de ses analyses et la démystification des rouages du pouvoir, masqués par les idéologies et croyances.



Référence de la page:
Patrice Guinard: Pour une nouvelle approche du thème astrologique
http://cura.free.fr/09-10/1005chart1.html
-----------------------
All rights reserved © 2010-2011 Patrice Guinard

C.U.R.A.
Centre Universitaire de Recherche en Astrologie
Web site Designer & Editor: Patrice Guinard
© 1999-2011 Dr. Patrice Guinard