CORPUS NOSTRADAMUS 238 -- par Patrice Guinard

Les publications de l'année 1566 pour l'an 1567


Le dernier texte imprimé de Nostradamus, paru à titre posthume, le fameux almanach Odo pour 1567 dont l'abbé Rigaux possédait un exemplaire qu'il a fait reproduire en 1904, est ressorti des ténèbres en novembre 2018 dans la lumineuse cité de Nice. Son imprimeur Benoît Odo, décédé en 1573, arborait l'enseigne du petit Lyon d'or, rue Mercière à Lyon. Il était vraisemblablement d'origine italienne (Benedetto Odo ou Oddo), et Nostradamus l'avait peut-être rencontré avant 1565 lors d'un de ses séjours en Italie. Outre les deux almanachs (1565 et 1567) imprimés pour Nostradamus, on connaît d'Odo divers autres titres :

- Edict du Roy pour contenir les serviteurs et servantes en leurs devoirs, 1565, in-8, 4 ff. (BNF Paris: F 46828(5), BM Grenoble: F 18195, BSB München: Gall g 753)
- Ordonnance du Roy pour le reiglement general de ses monnoies, 1572, in-8, 96 ff. (BSB München: Num rec 52 k (1))
- Lettres patentes du Roy sur la prolongation de l'escu sol, à cinquante quatre sols, & les testons à douze sols six deniers tournois, 1573, in-8, 4 ff. (Basel UL: Geigy 2841)
- Ordonnance du Roy pour le reglement general de ses monnoyes, (veuve Benoist Odo), 1573, in-8, 12 ff. (BM Lyon: Rés. 337431 ; BM Méjanes, Aix: Rec D 291 (15))


238A Almanach pour l'An 1567
Composé par feu Maistre Michel de Nostradame
Docteur en medecine, Conseillier & medicin [sic] ordinaire du Roy
Avec ses amples significations, ensemble les explications de l'Eclypse merveilleux & du tout formidable
qui sera le IX d'Avril proche de l'heure de Midy
Lyon, Benoist Odo, [1566], in-16, 56 ff. (titres et calendriers en rouge & noir)

=> exemplaire Rigaux en collection privée (8.5 x 11.7 cm ; broché des cahiers B à G incomplet, suivis du cahier A)

Du Verdier, 1585, p.881 (Odo imprimeur des almanachs)
Chavigny, Recueil, 1589, livre XII, pp.647-718
Baudrier 1, 1895, pp.315-316 (d'après l'exemplaire de Rigaux)
Rigaux, ca. 1917 (reproduction manuelle et note manuscrite sur la vignette)
Méricourt, 1937, pp.55-77 (frontispice et extraits)
Cioranescu 1, 1959, n.16608, p.529
Ruzo, 1982, n.12 pp.344-345 (d'après la reproduction typographique de Rigaux)
Chomarat, 1989, n.70 ("conseillet", sic)
Benazra, 1990, p.74-77
CAT Boisgirard-Antonini, Nice, 27-11-2018, n.146 (estimation 20.000 € à 30.000 €) ; vente Boisgirard-Antonini (mes remerciements à M. Mathias Petit)



Almanach pour l'An 1567, titre Almanach pour l'An 1567, dessin et note Rigaux


Composition du texte
- A1r : première page de titre
- A1v-A8v : premier calendrier avec quatrains mensuels et présages écourtés (15 pages)
- B1r: seconde page de titre
- B1v: comput ecclésiastique (an 6567 de la création = 1567), fêtes mobiles et temps prohibé pour les "espousailles"
- B2r-B7v: deuxième calendrier avec quatrains et présages journaliers (12 pages)
- B8r-v: épître à Mgr de Birague, datée de Salon le 15 juin 1566 (2 pages)
- C1r-D1v: troisième calendrier avec quatrains et présages journaliers. En D1v : quatrain sur la fin de l'an (18 pages)
- D2r-E4r: autre série de présages journaliers sans quatrains (jusqu'au 31 octobre) intitulée "Predictions sur la constitution de l'air & autres matieres" (21 pages)
- E4v: avis au lecteur
- E5r: significations des éclipses
- E5v: thème de l'éclipse solaire du 9 avril 1567
- E6r: "la vraye figure de l'Eclypse du Soleil" avec vignette
- E6v: brève dédicace à Emmanuel Philibert de Savoie
- E7r-G5r: présages pour l'année 1567 et les suivantes sans les quartiers lunaires habituels. En G5r : faciebat daté du 22 avril 1566 (29 pages)
- G5v-G6v: foires de Lyon, Paris, Rouen, Anvers
- G7r-G8V: (manquants)
- principales erreurs de foliotation : A6 folioté B2, C7 folioté L2, E2 non folioté, G3 folioté GJ.


Almanach pour l'An 1567, NON VATICINANDA, A8v, photo PG Almanach pour l'An 1567, Verum ego vaticinor, nec me praesagia fallunt, photo PG


L'almanach est dédié à René de Birague (1507-1583), né Renato Birago à Milan, conseiller du Roi et gouverneur du Lyonnais et Beaujolais en 1566, puis surintendant des finances (1568), garde des sceaux (1570) et cardinal (1578). L'épître de Nostradamus est datée de Salon le 15 juin 1566, soit 2 jours avant la rédaction de son Testament et 17 jours avant son décès. A cette épître s'ajoute une courte dédicace en latin à Emmanuel-Philibert de Savoie (1528-1580), duc de Savoie et prince de Piémont, le seul fils survivant de Charles II de Savoie. Nostradamus avait dressé la nativité de son fils Charles-Emmanuel en 1562.

La vignette facétieuse au frontispice (un astrologue pointant le ciel et s'apprêtant à tomber dans une crevasse ; cf. CN 55), reprise de l'Almanach pour 1565, est pour nous rappeler l'humour de Nostradamus : qu'on pense à la mise en scène des deux premiers quatrains des Prophéties, prise au sérieux (et lue au premier degré) par l'ensemble des commentateurs, incapables d'en avoir saisi l'intention parodique ! Brind'Amour indique que les levers et couchers des constellations, les ingrès du Soleil en signes, et certaines prévisions météorologiques s'inspirent du Traité des Étoiles fixes de Ptolémée traduit du grec par Nicolaus Leonicus (éd. de Bâle, 1551 ; cf. DIAL).


L'épître inédite à René de Birague [B8r-v]

A  T R E S  I L L V S T R E
Seigneur Monseigneur de Birague, Conseillier
du privé Conseil du Roy, Gouverneur
& Lieutenant general pour sa Majesté en
pays de Lyonnois & Beaujollois, en
l'absence de Monseigneur le prince & Duc
de Nemours, Michel de Nostradame
Cherit heur, bonne & heureuse vie.

Ce n'est aux vivans, monseigneur
de s'enquerir & vouloir scavoir
les temps & momens : & telle
curiosité n'engendre en l'esprit
que long & ennuyeux torment, pour
la difficulté qu'il y a de s'en
jamais attriever [apaiser] : n'ayant esté mon dessein tel,
que d'oser seulement promettre, tant s'en faut que
d'asseurer, de la moindre chose portée par mes
recerches & contemplations, que l'Astrologie judiciaire
me faict connoistre, pour avertir les humains
des evenemens contingens, selon que peuvent menacer
les astres : non que j'aye onques esté si stolide [sot, stupide] &
hors de moy, ainsi que d'aucuns ont assez legerement
jugé, que de me faire à croire ou un prophete, ou
un second Calcas, pour les presages que j'ay

n'agueres mis en public, & partie desquels sont
desja sorty effect, que & les troubles, & les
dernieres contagions nous ont faict amerement
sentir. Si est ce toutefois qu'il ne fault aucunement
mespriser tels augures, que le Ciel par certeins
signes decouvrent à ceux, que apte-naiz l'esprit
de l'eternelle essence à touchez.* Donc priant
Monseigneur, recevoir cette mienne Apologie pour
response à l'encontre des calomniateurs &
malvueillans, qui ne sont prompts que à blasonner
& mesdire, imputans la cause de ces discours
à venir, si Dieu veult, car c'est luy seul
qui les peut divertir & empescher, à un Demon
familier, duquel ilz dient, que je me suis favorisé
jusques icy : chose autant eloignée de verité, qu'ils
sont eux mesmes sequestrez de raison & bon indice,
que leur ont levé l'affection desordonnée, l'envie,
l'ignorance. De Salon de Craux en Provence
le xv de Iuin 1566.
Michel de Nostradame.


* "C'est pourquoi il n'est aucunement besoin de blâmer l'augure et la prédiction, que le Ciel découvre et manifeste par certains signes à ceux dont l'esprit est apte à toucher et à participer de l'essence perpétuelle." (trad. de la version italienne par Brind'amour, 1993, p.446)

A l'issue des présages journaliers, un avis prévient le lecteur du décès récent de l'auteur de l'almanach :

AV LECTEVR [E4v]
"Amy, Lecteur, sois adverti comme feu Monsieur maistre Michel de Nostredame, comme il estoit homme,
a fait eschange de ceste vie peineuse & miserable à l'autre meilleure, le second jour de Iuillet dernier passé.
Et pource ne peut conduire à fin la presente prediction, que peu de jours au paravant il avoit commencee,
& avec grand diligence poursuivie : prevoyant assez que l'heure de son passage estoit venue,
& que bien proches estoyent ses jours de leur but limité. Adieu."


Aux présages journaliers de son almanach, Nostradamus, qui n'a plus rien à craindre, aura marqué à trois ou quatre reprises le terme de sa vie, assumant et scellant ainsi son destin oraculaire (cf. CN 235).
En effet, on lit au dernier présage du second calendrier (31 décembre) : "Ne verra la fin de l'an".
Au dernier présage du troisième (31 décembre) : "DEO QVAE CONT(R)ARIA SVNT, NON VATICINANDA" (Il n'y aura plus de prophéties, car elles sont contrariées par Dieu).
Et au dernier jour de ses prédictions météorologiques (31 octobre) : "La mort donnera empeschem(ent)".

Il donne aussi à son dernier Almanach une forme particulière, puisqu'après trois voire quatre calendriers accompagnés de présages journaliers concis, il se lance dans un long discours continu sur les conséquences de l'éclipse solaire du 9 avril 1567 pour les années 1567 et les suivantes, sans présenter ses habituelles descriptions des quartiers lunaires et de leurs effets météorologiques, épidémiques et socio-politiques. Il semble même qu'en certains passages, ce discours ait des résonances intemporelles qui le situent dans le prolongement de son épître au roi Henry II à l'entame du second livre des Prophéties.

Enfin, au début de ses présages pour l'année 1567 et les suivantes, la formule "VERVM EGO VATICINOR, NEC ME PRAESAGIA FALLVNT" (Je suis véritablement voyant et mes visions ne me trompent pas), confirme qu'il fallait bien lire "Possum non errare, falli, decipi" dans sa préface à César, et non l'inverse (CN 33, § 25). Brind'Amour croit cette fois à un emprunt (qui ne me semble pas évident) aux Églogues de Titus Calpurnius Siculus (III.96) : "Ibimus, et veniet, nisi me praesagia fallunt" ("Nous irons, et elle viendra si j'en crois les présages").


238B Réimpression de l'Almanach de Michel de Nostredame pour l'année 1567 (titre hypothétique)
"Mariebourg" [Méricourt-l'Abbé], "Sub St Michaelis Invoc(ationem)" (à l'invocation de Saint-Michel), [Henri Douchet], 1904

Ruzo, 1982, n.12 p.345 ; Bibliothèque Ruzo, n.454

L'abbé Hector Rigaux a reproduit l'almanach Odo courant 1904 (cf. CN 91). Ruzo possédait un exemplaire de cette réimpression à ce jour introuvable.


238C Almanach per l'Anno 1567
Composto per M. Michel Nostradamo
Dottor in medicina et consigliero del Re Christianissimo
Tradotto fidelmente del Francese nell'Italiano.
Con duoi diversi Calendarii & molto stupende dichiarationi dell'Eclisse del Sole
del presente anno 1567 & per duoi altri anni seguenti
In fine : "Stampato nel Monte Regale. 1567"
[Mondovi, Lorenzo Torrentino], 1567, in-8, 34 ff.

=> Biblioteka Jagiellonska, Cracovie University: 930437 I (anc. Mathesis 1397)

Ruzo, 1982, n.13 p.345
Chomarat, 1989, n.84
Benazra, 1990, p.77
Brind'Amour, 1993, pp.445-446, p.486 ("posto", sic)



Almanach per l'Anno 1567, titre Almanach per l'Anno 1567, épître Almanach per l'Anno 1567, décembre


Traduction assez fidèle de l'Almanach, comprenant l'épître à René de Birague, un condensé des deuxième et troisième calendriers avec une traduction rimée de 12 des 14 quatrains originaux (sans le quatrain de janvier et le quatrain final), la série des présages journaliers météorologiques, les présages pour l'année 1567, et l'avis au lecteur "Al Discreto Lettore". Les quatrains subissent cependant d'importantes transformations dans l'almanach italien, comme par exemple celui de novembre (cf. CN 234) :

Du retour d'ambassade, don de Roy, mis au lieu.
Plus n'en fera, sera allé à Dieu :
Parens plus proches, amis, freres du sang
Trouvé tout mort pres du lict & du banc.


Traduit par :
Premio alli Ambasciador' nel suo ritorno,
Il Rè che stà in honor di vita privo,
Parenti, amici, senza alcun soggiorno,
Fratei di sangue anchor com'Io ti scrivo.


Soit en retraduction par décasyllabes à partir de la version italienne :
Ambassadeur, recompense au retour.
Roy à l'honneur, trouvé privé de vie.
Parens, amis, sans plus aucun sejour,
Freres du sang, comme encor' je t'escripz.



238D Almanach pour l'An 1567
avec ses amples significations & explications
composé par M. Michel de Nostradame
docteur en medecine, conseiller & medecin ordinaire du Roy,
de Salon de Craux, en Provence
"Lyon", "Anthoine Volant et Pierre Brotot", [1566 ?]

Contrefaçon parisienne (?) mise au nom de Volant et Brotot, attestée par l'édition suivante.


238E Almanach pour l'An 1567
avec ses amples significations & explications
composé par M. Michel de Nostradame
docteur en medecine, conseiller & medecin ordinaire du Roy,
de Salon de Craux, en Provence
Bordeaux, veuve de [François] Morpain, "prins sur la copie imprimée à Lyon pour Anthoine Volant et Pierre" [sic], [1566 ?], in-8, 8 ff. (calendrier en rouge et noir)

Delpit, 1869, pp.75-76 (d'après l'exemplaire de Léo Drouyn)
Claudin, 1897, p.100
Labadie, 1917, n.3
Bibliotheca Bibliographica Aureliana 25, 1968 (Louis Desgraves)
Chomarat, 1989, n.69
Benazra, 1990, p.79

Cette contrefaçon introuvable a été décrite par Jules Delpit dès 1869. Au frontispice une vignette au dextrochère sortant des nuages et empoignant une sphère, sans doute similaire à celle de l'Almanach pour 1566 de l'édition "Anthoine Volant & Pierre Brotot" (cf. CN 237). Elle comprend un calendrier avec présages journaliers et quatrains (controuvés ?), suivi d'une série de présages dits "merveilleux" pour chaque quartier lunaire, introduite par un discours "pour responce aux calomniateurs d'astrologie" daté du 26 août 1566 (!), et s'achève par un relevé des foires de Paris, Lyon et Bordeaux. Elle pourrait aussi reprendre certains éléments de l'Almanach Odo puisque Delpit a relevé dans le texte une allusion à l'éclipse du Soleil en Bélier de 1540, dont il est également question dans l'Almanach originel.


238F A prognostication for the yeare of our Lorde God 1567 [intitulé hypothétique]
catalogué comme "The Prognostication of the xii monethes for this present yeare 1567" (d'après la mention in fine)
(précédé de ? An almanack for the yeare of our Lorde God 1567 [intitulé hypothétique])
[London], [1566 ?], in-8, 8 ff.

=> Washington, Folger Shakespeare Library: STC 18696 (almanach et cahier A de la pronostication manquants) ; copie bibl. Nostradamus

Pollard / Redgrave (STC 1), 1926, n.18696
Pollard / Redgrave (STC 2), 1976, n.493.3
Capp, 1979, p.372
Chomarat, 1989, n.84



A Prognostication for 1567, mai-juin A Prognostication for 1567, décembre


Cette traduction anglaise est mise au nom de "M. Nostrodame" [sic]. La prétendue nouvelle lune du 7 juin 1567 reprend le texte de la pleine Lune du 8 juin 1560, adaptant peut-être la version Lenoir de l'Almanach pour 1560, à moins que le texte londonien s'appuie sur la même récente contrefaçon que la bordelaise. Le premier cahier est manquant dans l'exemplaire de Washington : les présages pour chaque quartier lunaire (sans quatrains) commencent au dernier quartier de mai. Mais malheureusement pour les nouveaux faussaires de Bordeaux, et pour les récidivistes de Paris et Londres, Nostradamus n'aura pas rattaché cette année-là ses présages aux habituels quartiers lunaires, les piégeant ainsi devant la postérité !

Nice, 2 février 2020
 
 
Retour à l'index
Bibliographie
Retour Nostradamica
Accueil CURA
 
 
Patrice Guinard: Les publications de l'année 1566 pour l'an 1567
http://cura.free.fr/dico-a/2002a1567.html
02-02-2020
© 2020 Patrice Guinard