CURA : Accueil

Géométries matricielles
par Patrice Guinard


Ce texte regroupe, totalement remaniés, les chapitres 52 et 53 de ma thèse de doctorat (1993). En seconde partie, aux géométries et exercices de modélisation planétaire, c'est un essai de figuration de la Matrice astrale sous des orientations diverses, restant ouvert à de nouveaux agencements.

1. Généralisation des Maîtrises au Dominion et à la Cyclade

"C'est le divin quaternaire qui est l'agent universel de toutes ces merveilles : il se modifie, il prend toutes les formes pour remplir tous les vides ; mais il conserve à jamais son immortel caractère." (Louis-Claude de Saint-Martin)

Outre les systèmes disparates des "Maisons" ou Domiciles (oikoi) d'origine égyptienne, et des Exaltations (hypsomata) d'origine babylonienne, les Grecs utilisaient divers autres modes de répartition des planètes dans le zodiaque dont l'usage pratique est douteux : citons les Triplicités (trigona), les Confins ou Termes (oria) dont il existait au moins deux systèmes, l'égyptien et le chaldéen, auxquels Ptolémée a rajouté le sien (Tetrabiblos, I 20-21) ainsi que Valens (Bouché-Leclercq, p.206-215), et les Décans (dekanoi) d'origine égyptienne et transposant une méthode de repérage astronomique organisé selon le lever d'étoiles et de constellations dans les 36 décades de dix jours au cours de l'année civile égyptienne (vers 2000 BC), lesquelles apparaissaient dans une ceinture méridionale à peu près parallèle à l'écliptique (Bouché-Leclercq, 1899, p.232-233 ; van der Waerden, 1974, p.14-29 ; Neugebauer 1975, p.561). Le syncrétisme astrologique trouve ici ses limites où il côtoie l'aberration et le ridicule. L'idée originelle des Maîtrises a tourné à la fabrication d'une pléthore de correspondances numérologiques factices. Bouché-Leclercq s'en est distrait en son temps.

Car l'objet des Maîtrises n'est pas tant l'observation empirique de similitudes entre signes et planètes, que l'isomorphie globale entre des ensembles, et d'abord le planétaire et le zodiacal. Plus généralement il existe une seule Matrice astrale différenciée en quatre structures, selon quatre milieux conditionnels : l'énergie et les planètes, l'espace et les maisons, le temps et les aspects, figures et cycles, la structure et les signes zodiacaux. Quatre référents pour une seule Matrice. Ce que j'entends par Maîtrises, ce sont les relations d'équipotence des référents, et par suite d'équivalence transversale des éléments de chaque structure : Planétaire, Dominion, Cyclade et Zodiaque, lesquels différencient le même objet, la Matrice astrale (image du potentiel psychique humain), sous le mode qui est le sien. L'unification uranienne au plan énergétique équivaut à l'assimilation Taureau au plan structurel et à l'objectivation nocturne au plan spatial : il s'agit donc en première approximation du même pattern sous trois modes divers de la Matrice.

Ainsi le concept de Maîtrises s'applique tout aussi bien au Dominion, voire à la Cyclade : aux signes zodiacaux printaniers correspond l'Individuation, aux estivaux l'Alligation, aux automnaux la Participation, aux hivernaux l'Objectivation, et naturellement les secteurs diurnes aux signes diurnes (masculins) et les nocturnes aux signes nocturnes (féminins), comme le montre le tableau qui suit :


Signe
Domicile
MaisonDominion
Bélier
MAR
Individuation+ 3
Situation
Taureau
URA
Individuation- 8 Renommée
Gémeaux
JUP
Individuation+ 3 Situation
Cancer
LUN
Alligation- 5
Couple
Lion
SOL
Alligation+ 2 Amitié
Vierge
VEN
Alligation- 5 Couple
Balance
NEP
Participation+ 4
Harmonie
Scorpion
PLU
Participation- 7 Mystère
Sagittaire
CHI
Participation+ 4 Harmonie
Capricorne
SAT
Objectivation- 6 Connaissance
Verseau
MER
Objectivation+ 1 Communication
Poissons
CER
Objectivation- 6 Connaissance
Le Dominion, PG 1999


Les maisons diurnes sont situées au-dessus de l'horizon, les nocturnes en-dessous. Les maisons angulaires (3, 5, 7, 1) comme les maisons intermédiaires (8, 2, 4, 6) suivent la succession Individuation, Alligation, Participation, Objectivation, lesquels termes définissent le degré d'ouverture de la perception (plus étroite en Individuation et Alligation, plus large en Participation et Objectivation). Les Maisons, comme les signes zodiacaux et les planètes s'opposent par couples, le diurne au nocturne, l'individuation à l'objectivation, l'alligation à la participation, et plus précisément les Maisons 1 et 8, 2 et 7, 3 et 6, 4 et 5.

Une planète dignifiée dans une maison (par exemple le Soleil en Maison 2) est débilitée dans sa maison opposée (le Soleil en Maison 7). La partie septentrionale du Dominion regroupe les planètes diurnes (liées à l'excitation), la méridionale les planètes nocturnes (liées à l'inhibition). La partie occidentale du Dominion regroupe les planètes idéalistes (Soleil, Mercure, Uranus, Pluton), associées aux signes fixes, la partie orientale les planètes réalistes, associées aux autres signes (dits cardinaux et mutables). Le schéma indique aussi les heures planétaires de la journée (heure vraie au soleil) : de 4:30 à 7:30 l'heure mercurienne, de 7:30 à 10:30 l'heure solaire, de 10:30 à midi l'heure jupitérienne, de midi à 13:30 l'heure marsienne, de 13:30 à 15:00 l'heure neptunienne, de 15:00 à 16:30 l'heure chironienne, de 16:30 à 18:00 l'heure lunaire, de 18:00 à 19:30 l'heure vénusienne, de 19:30 à 21:00 l'heure cérésienne, de 21:00 à 22:30 l'heure saturnienne, de 22:30 à 01:30 l'heure plutonienne, et de 01:30 à 04:30 l'heure uranienne.

Maîtrises sectorielles, Couples planétaires et Dominion, CURA 2015

Les douze planètes s'agencent en une figure étoilée selon l'ordre des Maisons : Maisons 1 et 2 au Nord-Ouest, 3 au Nord, 4 au Nord-Est, 5 au Sud-Est, 6 au Sud, 7 et 8 au Sud-Ouest (cf. figure de gauche, infra). La figure est symétrique selon l'axe horizontal : à la maison I et à la planète Mercure au-dessus de l'horizon s'opposent la maison 8 et Uranus en-dessous. Les planètes s'opposent aussi deux à deux selon une symétrie centrale : reportées dans le zodiaque selon les Domiciles, les couples planétaires s'agencent symétriquement comme indiqué dans la figure de droite.

Etoile planétaire, ordre sectoriel, PG, CURA 2015
Couples de l'étoile planétaire, projection zodiacale, PG, CURA 2015


L'organisation de la Cyclade, ou la structuration des Aspects et Figures, admet une figure similaire. Proposons les équivalences qui suivent (en ne conservant que les aspects majeurs et médians, support des figures harmoniques) :

Maison 1, Ascendant, conjonction 0°
Maison 2, Semi-sextile et sextile, 30° et 60°
Maison 3, Milieu du Ciel, carré 90°
Maison 4, Trigone et quinconce, 120° et 150°
Maison 5, Descendant, opposition 180°
Maison 6, Bi-quintile et sesqui-carré, 144° et 135°
Maison 7, Fond du Ciel, tri-décile et quintile, 108° et 72°
Maison 8, Semi-carré et décile, 45° et 36°

ou encore, en regroupant les aspects mineurs, la Boussole des Aspects :




DominionMaisons grecques
Aspects
Objectivation+ 1 Communication l'Horoscope conjonction 0°
Alligation+ 2 Amitié le Bon Esprit sextile 60°
Individuation+ 3 Situation le Milieu du Ciel carré 90°
Participation+ 4 Harmonie
le Dieu trigone 120°
Alligation- 5 Couple le Coucher opposition 180°
Objectivation- 6 Connaissancela Mauvaise Fortune 150°, 144° et 135°
Participation- 7 Mystèrela Souterraine 108° et 72°
Individuation- 8 Renommée la Porte d'Hadès 45°, 36° et 30°

La Boussole des Aspects. Dominion et Cyclade (maisons et aspects)


2. Géométries matricielles

"Dans un champ donné, la première "phase" de la structuration consiste à reconnaître quatre pôles répartis en deux couples antagonistes, qui engagent le mouvement dialectique par deux rotations en sens inverse."
(Raymond Abellio, La structure absolue, 1965, p.21-22)

La Roue des Maîtrises, en forme de quadruple cercle de Correspondances, regroupe Signes, Planètes et Maisons selon un agencement spécifique qui fait apparaître le caractère duel du Zodiaque, du Planétaire et du Dominion. La figure est globalement symétrique selon l'axe horizontal. L'hémicycle Nord à la figure regroupe, à partir du centre, les maisons diurnes se succédant suivant leur degré d'ouverture (de l'Individuation à l'Objectivation), les signes diurnes se succédant suivant leur ordre zodiacal, puis leurs domiciles et les exaltations au demi-cercle extérieur. L'hémisphère Sud regroupe les maisons nocturnes selon la même succession, les signes nocturnes dans l'ordre zodiacal, leurs domiciles et exaltations. L'axe horizontal est l'axe de symétrie opposant maisons, signes et planètes complémentaires.
Roue des Maîtrises. Rulers. Cercle des Correspondances Maisons Signes Domiciles et Exaltations planétaires, CURA 2015


D'autres couples planétaires résultent de l'organisation planétaire et de sa distribution zodiacale, de façon à ce que chaque planète dite active ou positive soit opposée à chacune des six planètes dites passives ou négatives, et réciproquement.

Planètes
Couples 1
Couples 2
Couples 3
Couples 4
SOL
PLU
CER SAT
URA
LUN VEN
MER URALUN VEN
PLU
CER SAT
VEN NEPMER MAR
CHI
SOL JUP
LUN CHIMER JUP
NEP
SOL MAR
MAR CERVEN PLU
SAT
LUN URA
CER
MARSOL NEP
JUP
MER CHI
JUP SATLUN PLU
CER
VEN URA
SAT
JUPSOL CHI
MAR
MER NEP
CHI LUNSAT URA
VEN
CER PLU
URA
MER
CHI NEP
SOL
MAR JUP
NEP VENCER URA
LUN
SAT PLU
PLU
SOL
MAR JUP
MER
CHI NEP

Ces couples planétaires, redistribués selon les Domiciles, s'organisent dans le zodiaque suivant les figures qui suivent, toutes quatre symétriques par rapport à l'axe équinoxial :

couples planétaires et zodiaque

Les quatre groupes de couples planétaires, positionnés d'après leurs Domiciles dans le Dominion, admettent les distributions symétriques qui suivent :

couples planétaires et Dominion




Un modèle dénaire du Planétaire figure dans le Sepher Yetsira. Les Sephiroth pourraient désigner les dix planètes jusqu'à Pluton et à l'exception de Cérès et de Chiron : Keter, Hhokmah et Bînah les trois "invisibles" (les transaturniennes), inconnues à l'époque de la rédaction du texte, et les autres Sephiroth les planètes du Septénaire (bien que la tendance hermétique moderne est d'associer les neuf planètes excluse Pluton aux neuf Sephiroth supérieures de l'arbre séphirotique et la Terre à Malkhouth, le Royaume). Carlos Suarès attribue à l'ensemble des Sephiroth les qualités énergétiques du Planétaire : "Quant aux Sephiroth, nous les avons comparées à des transformateurs d'énergie, lesquels déterminent les "principes" qui régissent dix degrés hiérarchisés de la structuration de cette énergie." (in Le Sepher Yetsira : Le livre de la Structuration, Genève, Mont-Blanc, 1968, p.50).

Au dernier chapitre du traité kabbalistique, des directions spécifiques sont attribuées aux signes zodiacaux : "Est-Nord, Est-Sud, Est-Haut, Est-Bas, Nord-Haut, Nord-Bas, Ouest-Sud, Ouest-Nord, Ouest-Haut, Ouest-Bas, Sud-Haut, Sud-bas" (Sepher Yetsira, éd. Suarès, p.112). Ainsi le Zodiaque peut se déployer "dans l'espace". J'ai reconstitué ce modèle tridimensionnel dans le schéma où les signes zodiacaux sont regroupés selon trois plans étagés : en haut celui de l'excitation printanière (Bélier/Gémeaux) et automnale (Balance/Sagittaire), au milieu et en grisé les signes fixes marqués par l'induction positive (Lion/Verseau) et négative (Taureau/Scorpion), en bas celui de l'inhibition estivale (Cancer/Vierge) et hivernale (Capricorne/Poissons). Chaque signe est relié à son suivant. Les Lion et Verseau apparaissent au sommet de triangles ascendants, les Taureau et Scorpion au sommet de triangles descendants.

CUBE ZODIACAL Sepher Yetsira CUBE ZODIACAL par quartes emboîtées


D'autres agencements cubiques sont possibles, faisant figurer les Maisons aux huit sommets et les signes zodiacaux ou les planètes aux douze arêtes, comme au second cube ci-dessus (quartes zodiacales hachurées). Des agencements planéto-sectoriels sont également envisageables sur les 8 sommets et 12 arêtes de l'étoile tétraédrique. On peut encore imaginer une projection des 12 planètes sur les deux cercles parallèles d'une sphère : ordonnées selon leurs domiciles zodiacaux, elles s'opposent deux à deux selon un plan vertical partageant la sphère en deux moitiés et alignant les planètes sur trois plans : les planètes équinoxiales (liées aux signes équinoxiaux) en haut, les planètes des signes fixes au centre, et les solsticiales en bas (cf. schéma infra). Sur l'icosaèdre, les couples planétaires s'opposent par le centre, et les hémisphères Nord et Sud regroupent les planètes positives ou négatives autour d'un double centre Soleil/Pluton, extrémités du système solaire (cf. schéma infra).

sphère planétaire, ordre zodiacal, PG CURA 2015 icosaèdre planétaire, PG CURA 2015

L'icosaèdre délimite une zone positive au Nord et une zone négative au Sud, et autrement cinq zones de 2, 3, 4, 5 et 6 triangles :
- Une zone E (Dualité) avec les triangles LUN-SAT-MAR et SAT-MAR-NEP
- Une zone mixte avec les triangles SAT-PLU-LUN, PLU-LUN-VEN et PLU-VEN-CER
- Une zone R (Unicité) avec les triangles SOL-MER-JUP, MER-JUP-VEN, JUP-VEN-CER et MER-VEN-LUN
- Une zone T (Multiplicité) avec les triangles URA-SAT-PLU, PLU-CER-URA, CER-URA-CHI, URA-CHI-NEP et URA-NEP-SAT
- Autre zone mixte avec les triangles LUN-MER-MAR, MER-MAR-SOL, MAR-SOL-NEP, SOL-NEP-CHI, SOL-CHI-JUP et CHI-JUP-CER

Les planètes s'agencent sur une boule recouverte de trois cercles orthogonaux délimitant six intersections et huit triangles. Chacun des 12 opérateurs planétaires est placé sur un quart de cercle.
Sur le cercle noir, en allant vers la droite : VEN, CER, NEP, MAR ; sur le cercle bleu, en montant : LUN, SAT, CHI, JUP ; sur le cercle rouge, en montant : les planètes d'induction que sont MER, PLU, URA, SOL.
Les planètes positives s'agencent sur une sorte de fourche bidentale recourbée de manche Uranus Pluton, et les négatives sur une fourche emboîtée à la précédente de manche Mercure Soleil.
Chaque planète est opposée à sa complémentaire. Des triplets planétaires sont situés au centre des côtés des huit triangles inscrits dans la boule, comme suit :
- le triplet printanier : URA, MAR, JUP
- le triplet hivernal : MER, CER, SAT
- le triplet des rapides : LUN, MER, VEN (au centre de la figure)
- le triplet des lentes : CHI, URA, NEP
- le triplet des "bénéfiques" : JUP, VEN, SOL
- le triplet des "maléfiques" : SAT, NEP, PLU
- le triplet "solaire" : SOL, CER, CHI
- le triplet "lunaire" : PLU, MAR, LUN

boule planétaire, PG CURA

L'organisation de la Matrice et par suite la répartition du potentiel psychique peuvent être appréhendées selon diverses coupes : celle de la Tétrade, celles de l'Ogdoade (Yi King), de la Décade (arbre séphirotique) ou de la Dodécade - autant de perspectives de la Matrice astrale qui, elle-même, à travers ses infrastructures planétaire, sectorielle et zodiacale, n'est pas autre chose que le champ d'assignation de la dynamique psychique. Les relations (Maîtrises) entre ces infrastructures permettent la coordination de leurs modèles astrologiques et "éso-astrologiques", lesquels ont pour fonction d'ordonner et de symboliser les opérateurs psychiques. En somme, il n'y a pas de "structure absolue", mais un système de correspondances fécondant le processus structural dans ses possibilités de modélisation.

La Matrice est une, globale - ou alors elle n'est pas. La théorie des Maîtrises interdit la manipulation aléatoire de symboles irreliés, aux contenus empiriques et approximatifs, ou rattachés à des équivalences mythologiques arbitraires. Elle fonde la cohérence du discours astrologique et l'unification logique de ses infrastructures (Zodiaque, Planétaire, Dominion, Cyclade) par une série d'équivalences internes. Une dynamique cyclique est inhérente aux divers opérateurs : on est vénusien à 4 mois, jupitérien à 7 ans, uranien à 35 ans (selon les Ages planétaires liés aux révolutions sidérales des planètes), mais Taureau au mois de mai, Capricorne fin décembre, et en "individuation diurne" à midi et en "participation nocturne" à minuit. Ces cycles sont universels.

Formes zodiacales, forces planétaires, lieux sectoriels et moments cycliques se rapportent à une même Matrice, selon les modes de différenciation propres à chacun des quatre milieux conditionnels (la Structure, l'Énergie, l'Espace, le Temps). Chaque opérateur psychique-astral peut être mis en relation avec ses opérateurs associés. L'Exaltation d'une planète dans un signe zodiacal est une modulation de l'attribution principale (le Domicile) et fait de ce signe un vecteur de cristallisation du couple planétaire. C'est ainsi que les "significations" des Signes, Planètes et Maisons s'appréhendent à travers leurs corrélations, dans leur interdépendance mutuelle.

Les infrastructures astrales s'organisent selon une logique des quatre premiers nombres naturels. Par les Maîtrises sont assignées les relations qu'entretiennent la Triade et la Tétrade : les planètes se répartissent en ternaires au sein des quartes zodiacales et sectorielles. En particulier, chaque quarte zodiacale possède ses trois fonctions planétaires associées. La Tétrade qualifie le Zodiaque, la Triade le Planétaire (et ses trois niveaux de perception intrinsèques), la Dyade le Dominion (avec l'horizon terrestre comme limite des arcs diurnes et nocturnes planétaires), et la Monade la Cyclade (le moment temporel étant un instantané zodiacal, planétaire et sectoriel).

L'ensemble des facteurs astrologiques (avec 8 maisons, 10 planètes et 12 signes) pourrait avoir été perçu par le gnostique Valentin au début du IIe siècle AD, à une époque où le modèle grec des Huit Maisons n'avait pas encore été totalement oublié ou occulté : "Au début, deux éons en ont produit deux autres, puis le deuxième couple un autre couple, et ainsi de suite jusqu'au total de huit. Le cinquième et le sixième produisirent alors dix éons, le septième et le huitième en produisirent douze. Le total : 8 + 10 + 12 = 30." (Robert Grant, La Gnose et les Origines chrétiennes, trad. Jeanne-Henri Marrou, Paris, Le Seuil, 1964, p.49-50). Les huit premiers éons désignent les maisons astrales : les maisons Participation se rapporteraient à la Monade initiale, c'est-à-dire à la dynamique de l'unité primordiale et aux possibilités de fusion de l'étant à l'Être, les maisons Alligation à la polarité intrinsèque à tout phénomène sous son double aspect positif et négatif, les maisons Individuation à la Triade intrinsèque au Planétaire, et les maisons Objectivation à la Tétrade finale, fondement du Zodiaque.

Signes, planètes, maisons et cycles, inégalement distribués dans le thème natal, figurent pour chacun, pour chaque organisme, sa perspective psychique-astrale propre, laquelle se réfléchit sur les relations qu'il entretient avec son environnement. Les signes zodiacaux traduisent les modes de réactivité de l'organisme, caractérisés par la mobilité ou la lenteur des processus nerveux dans leurs phases spécifiques. Les planètes traduisent les modes de perception et de décomposition du monde extérieur selon les variations énergétiques de l'excitabilité. Les maisons astrales traduisent les modes d'intégration de l'organisme à son environnement, c'est à dire ses situations d'enracinement ou de dégagement existentiels. Enfin les opérateurs cycliques traduisent le déroulement, l'historicité et l'évolution temporelles de ces opérateurs.



Référence de la page:
La Matrice astrale III : Géométries matricielles
http://cura.free.fr/2015/1512matrice3.html
-----------------------
All rights reserved © 2015 Patrice Guinard

C.U.R.A.
Centre Universitaire de Recherche en Astrologie
Web site Designer & Editor: Patrice Guinard
© 1999-2015 Dr. Patrice Guinard