CORPUS NOSTRADAMUS 22 -- par Patrice Guinard
 

Lire les Prophéties de Nostradamus sur Internet
(Un guide de lecture)
 

L'objet de cette page n'est autre que d'aider le lecteur à accéder au texte original des Prophéties. Aucune exégèse ni aucun commentaire, seraient-ils les plus éclairés, ne remplacent la confrontation avec le texte authentique du prophète salonais, et l'éventuel saisissement qui en résulte.

En l'absence d'un canevas d'interprétation -- qui n'existe pas à ce jour, malgré les prétentions des uns et des autres --, canevas susceptible d'éclairer globalement l'ensemble de l'oeuvre prophétique, la meilleure entrée en matière reste la confrontation directe au texte.

Les meilleures éditions du texte des Prophéties restent les toutes premières, celles des années 1550-60 : les erreurs typographiques et les relectures hasardeuses du texte s'amplifient par la suite, quand ce n'est l'apparition d'éditions tronquées et facétieuses qui commencent à pulluler à la fin des années 80. Même Pierre Brind'Amour (1996), dans son commentaire critique de la première édition, celle de 1555, s'embarrasse encore de versions plus tardives (Rosset [sic] pour Roffet 1588, Ménier 1588, Sainct Jaure 1590, Poyet c.1612, etc) qui ne font qu'obstruer sa lecture.

Les lecteurs allergiques à la lecture sur écran se procureront l'édition récente de Bruno Petey-Girard aux éditions Flammarion (2003), établie d'après les éditions de 1555 et 1557. Elle a néanmoins le défaut de ne contenir que les deux tiers des Prophéties et de faire l'impasse, hasardeusement justifiée, sur le dernier volet de l'oeuvre -- au prétexte qu'il ne serait paru qu'après le décès du prophète (ce qui est inexact), et passant outre la remarquable exégèse du fameux quatrain IX 20 par Georges Dumézil (1984), curieusement évacué de sa bibliographie. On pourra regretter ce choix, d'autant plus que son introduction à la poétique et à la métrique très personnelles de Nostradamus n'est pas dénuée d'intérêt.

Les Prophéties sont parues en trois parties, à Lyon, en 1555, 1557 et 1558 sous le titre invariable : "LES PROPHETIES DE M. MICHEL NOSTRADAMUS". Les parties 1 et 2 ont été regroupées en un volume et une pagination continue en 1557 ; la dernière partie est parue séparément et correspond au second livre. En 1568, deux ans après la mort du prophète, le texte complet des Prophéties est publié à Lyon dans un ouvrage rassemblant les deux livres et la double-pagination des éditions antérieures.

D'autres éditions plus ou moins fidèles, notamment parisiennes et avignonnaises, dont aucun exemplaire n'a été conservé, sont parues vers 1560 et ont été reproduites à la fin des années 80.

Peu d'exemplaires subsistent aujourd'hui de ces premières éditions : deux exemplaires correspondant à deux tirages différents de la première édition, trois exemplaires de "la seconde" édition (une édition double qui comprend dans un cas 639 quatrains, dans l'autre 642 quatrains ; pour une explication de ces différences, voir mon article : "Les Nombres du Testament", CURA, Sept. 2002), aucun exemplaire de la troisième, et une vingtaine d'exemplaires pour les éditions Benoist Rigaud datées de l'année 1568, qui ont été réimprimées continûment entre 1568 et 1574 environ, comme le faisait par exemple l'éditeur Gallimard au début du siècle pour ses retirages.

L'ensemble de ces exemplaires est la source première de notre connaissance du texte authentique de Nostradamus, malgré les erreurs typographiques auxquelles elles n'échappent pas.
 

1555 : Lyon, Macé Bonhomme

Les deux exemplaires connus de cette édition ont été heureusement dénichés par Robert Benazra en 1982 et 1983 dans les bibliothèques publiques d'Albi, et de Vienne en Autriche.

Des copies circulant sur le net reproduisent des images provenant du même scan du fac-similé de Benazra !
Par exemple, le recto du feuillet B3 sur :

http://www.nostradamus.dk/books/ebo1555.htm
http://www.propheties.it/bibliotheque/1539-1567/1555-001%20Nostradamus,%20Les%20Propheties,%20Albi/index.html
http://www.nostradamus-bibliothek.de/ausgaben/1555-albi.htm
 

Une meilleure copie de l'exemplaire d'Albi est disponible au CURA (depuis janvier 2008) : http://cura.free.fr/801A-55A.html.

Une copie de l'exemplaire de Wien est disponible au CURA (depuis juin 2008) : http://cura.free.fr/806D-55W.html.
 

1557 : Lyon, Antoine du Rosne

Les deux exemplaires connus de ces éditions mises au nom d'Antoine du Rosne sont également disponibles sur Internet.

Une copie de l'exemplaire de Budapest, éditée avec une préface de Benazra en 1993, puis à nouveau en 2004 avec une substantielle introduction de Gérard Morisse, est depuis peu disponible à cette adresse : http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/index.asp?numfiche=155&numtable=XOSZK_8192. Il s'agit d'une contrefaçon parisienne imprimée vers 1560, inconnue comme telle des deux commentateurs précités.

Une copie de l'exemplaire d'Utrecht, une édition non rééditée à ce jour bien que plus soignée que la précédente, est disponible à cette adresse : http://objects.library.uu.nl/reader/resolver.php?obj=000979476. La copie de l'exemplaire de la bibliothèque d'Utrecht est exécrable, et rognée à la page 17.
 

1568 : Lyon, Benoist Rigaud (éditions X, A, B et C : cf. CORPUS NOSTRADAMUS 38)

J'ai transmis à Mario Gregorio pour sa collection numérisée, la Bibliothèque Nostradamus (cf. CN 146), ma copie de l'exemplaire de la bibliothèque de Grasse (1e édition Rigaud, édition X) : http://www.propheties.it/bibliotheque/1568-1599/1568-002%20Nostradamus,%20Les%20Propheties,%20Benoist%20Rigaud%20-%20Grasse%20Res%2012597/index.html.

Un exemplaire de la bibliothèque municipale de Lyon est disponible sur le site Gallica (édition A) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k792600.

Cet exemplaire est incomplet dans les coins et les pages 65-66 de la seconde partie du traité sont manquantes.
 

Un exemplaire de l'édition B est disponible sur le site de Wilhelm Zannoth : http://www.zannoth.de/nostradamus/nostra-html/index.html.

Un exemplaire de l'édition C est disponible sur le site de la Bibliothèque numérique e-corpus (anciennement Internum) : http://www.e-corpus.org/fre/notices/9100. J'ai entrepris des démarches en 2006 auprès de M. Maurel du Musée Arbaud afin d'attirer son attention sur l'importance de cette édition et d'en obtenir la numérisation par le Centre de Conservation du Livre à Arles.

Certains auteurs, pourtant parmi les plus sceptiques, semblent encore ignorer l'importance des différences entre ces éditions, et croire qu'il n'existe qu'une édition Rigaud 1568 ! Ainsi, en 2003, Peter Lemesurier qui présente les quatrains comme étant issus du "texte original de l'édition de 1568" (p.265) ou Jean-Paul Clébert qui donne le texte des trois dernières centuries d'après "l'édition de 1568" (p.39). En fait, l'un comme l'autre se contentent de suivre Brind'Amour (1996, pp.544-545) et de reprendre le texte du fac-similé publié en 2000 par Michel Chomarat d'après son exemplaire.
 

1588-1668 : Paris, Lyon, Amsterdam

D'autres éditions, d'un moindre intérêt quant à la connaissance du texte originel, sont disponibles sur le site Gallica :

[Paris], [veuve Roffet], [1588] : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k52374v
Paris, Pierre Ménier, 1589 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k700592
Lyon, Jean Poyet, [c.1612] : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70320v
Amsterdam, Jean Jansson et al., 1668 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70545r

Les éditions Roffet et Ménier sont des éditions ligueuses qui reproduisent une édition volontairement tronquée parue à Paris en 1561 chez la parisienne Barbe Regnault d'après les directives de farceurs hostiles au prophète salonais. L'édition Poyet suit les éditions Pierre Rigaud du début du siècle (cf. CN 71).

L'année 1668 n'a pas été choisie au hasard par les éditeurs néerlandais, ni par le parisien Jean Ribou qui publie sa première édition la même année : c'est le centenaire des éditions complètes des Prophéties. L'édition d'Amsterdam, dans les catalogues de vente, est de loin la plus présente, d'après mon étude sur un millier de catalogues. Elle bénéficie de l'intérêt des collectionneurs en raison de son appartenance à la collection des Elsevir. De plus l'année 1668 fait suite aux événements britanniques de 1649 (exécution du Stuart Charles 1er) et de 1665-1666 (peste et incendie de Londres), illustrés au frontispice de l'édition, et qu'on a reconnus alors dans le fameux vers 2 du quatrain IX 49, et dans les quatrains 51 et 53 de la deuxième centurie.
 

Annexe : Quelques éditions récentes des Prophéties en librairie

° Nostradamus: Les prophéties (Lyon 1555), Lyon, Les Amis de Michel Nostradamus, 1984 (éd. en fac-similé & préf. Benazra)

° Nostradamus: Les prophéties. Lyon 1557, Lyon, Michel Chomarat, 1993 (éd. en fac-similé & préf. Benazra)

° Nostradamus: Les premières centuries ou propheties, Genève, Droz, 1996 (éd. Pierre Brind'amour)

° Nostradamus: Les prophéties. Lyon 1568, Lyon, Michel Chomarat, 2000 (éd. en fac-similé & index Chomarat)

° Nostradamus: Prophéties, Paris, GF Flammarion, 2003 (éd. Bruno Petey-Girard)

° Nostradamus:: Les prophéties [Lyon 1557], [Budapest], Országos Széchényi Könyvtár, 2004 (éd. en fac-similé & préf. Gérard Morisse)
 
 

Retour à l'index

Bibliographie

Retour Nostradamica

Accueil CURA
 

 http://cura.free.fr/dico2pro/605B-intro.html
 19-05-2006, last updated : 11-12-2013
 © 2006-2013 Patrice Guinard